Menu
A+ A A-

Manuel de gestion des plaintes dans le cadre des activités du PACSU

Le Gouvernement du Mali a préparé, avec l’appui de la Banque Mondiale, un projet de quatre ans, le Projet Accélérer les Progrès vers la Couverture Sanitaire Universelle (PACSU). Ce projet appuiera le Mali à accélérer la réalisation de la couverture sanitaire universelle en développant des interventions innovantes à fort impact et en renforçant la gestion du système de santé et la gouvernance financière.

Il est évident que les interactions entre acteurs ou parties prenantes peuvent potentiellement aboutir à des situations de conflits pour plusieurs raisons dont, entre autres, le mauvais accueil, la discrimination, le mépris, l’atteinte à la dignité humaine, la marginalisation des personnes affectées par les épidémies de façon globale et spécifiquement celle de la maladie à coronavirus, les conditions de travail des agents de santé, le refus à l’accès aux soins aux communautés qui se rendent dans une formation sanitaire, etc.

Le présent manuel de gestion des plaintes dans le cadre des activités du PACSU permet aux communautés et aux formations sanitaires des zones d'intervention d'exprimer leurs griefs éventuels, de faire leurs réclamations et de dénoncer tout acte d'abus et / ou de violation de droits. Pour plus d’informations, télécharger le manuel.

 

SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE DE LA 3ème SEMAINE DE L’ANNEE 2021

La situation de la 1ère à la 3ème semaine est de neuf mille trois cent soixante-huit (9 368) prélèvements analysés dont sept cent trente (730) cas confirmés, et vingt-cinq (25) décès. La situation cumulée depuis le début de la maladie est de soixante-dix-huit mille cinq cent soixante-neuf (78 569) prélèvements analysés dont sept mille neuf cent quatre-vingt-trois (7 983) cas confirmés et trois cent vingt-trois (323) décès soit une létalité de 4, 04 %, 5 717 guéris, 709 en traitement dont 67 dans les structures de santé et 642 à domicile, 8 transférés en dehors du pays. Pour en savoir plus sur les autres maladies, télécharger ci-dessous le rapport de situation.

 

SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE DE LA 2ème SEMAINE 2021

Le rapport s’articule autour de l’évolution de la situation épidémiologique et des actions de riposte aux maladies à déclaration obligatoire. En effet, cette semaine a été caractérisée par une diminution du nombre de cas confirmés de Covid-19 (239) par rapport à la semaine précédente (347). Pour en savoir plus sur les autres maladies, télécharger le rapport.

 

Revue du Plan de Communication sur les Risques et Engagement communautaire pour la riposte contre le coronavirus

L’an deux mille vingt un et du vingt- cinq  au vingt-six janvier, s’est tenu au Centre de formation Marie DELHEZ  à Koulikoro, l’atelier sur la revue du plan de communication sur les risques et l’engagement communautaire pour la riposte contre le coronavirus.

 

L’atelier est organisé par le centre national d’information, d’éducation et de communication pour la santé (CNIECS) sur financement USAID/ Breakthrough Action sous le leadership du secrétariat permanent de la Plateforme Une Seule Santé.

 

L’objectif de cet atelier était de faire le point d’exécution des activités programmées dans le plan de communication des risques et engagement communautaire pour la riposte de la COVID-19.

 

Au total une vingtaine de participants ont pris part à cet atelier de deux jours, (voir en annexe la liste de présence).

 

L’atelier a démarré par le mot de bienvenue de Dr Hamadoun Dia, conseiller santé numérique et engagement communautaire à Breakthrough Action qui a salué de vive voix les participants d’avoir fait le déplacement sur Koulikoro la capitale du Méguétan et a donné la parole au secrétaire permanent de la plateforme « Une Seule Santé », Dr Youma Sall Coulibaly pour son discours d’ouverture.

 

Dr Sall, dans son intervention a remercié le CNIECS et  Breakthrough Action pour la tenue de cet atelier. Elle a aussi exhorté les participants à plus de rigueur dans l’analyse pour enrichir le contenu  du plan qui est un document capital pour le département de la santé. Selon, le secrétaire permanent de plateforme USS, ce plan de communication sur les risques et engagement communautaire sert de référence afin d’apporter une meilleure réponse à la pandémie de COVID-19. Après le discours d’ouverture de l’atelier, il y a eu un tour de table pour coller un visage à chaque nom. A la suite de cela, les participants ont été divisés  en deux groupes de travail ayant un même mandat. La méthodologie utilisée était basée sur la présentation du plan afin d’évaluer le niveau de sa mise en œuvre. Pour ce faire des canevas de travaux de groupe ont été donnés à chaque groupe.

 

Les travaux de groupe ont porté  entre autres sur :

 

-L’analyse du processus de la communication des risques et engagement communautaire ;

 

-L’évaluation du niveau de réalisation du plan ;

 

-L’analyse du mécanisme de mobilisation des ressources financières ;

 

L’identification des forces et insuffisances du plan ;

 

-La proposition des recommandations pour améliorer la mise en œuvre du plan ;

 

Les travaux de groupe ont continué au deuxième jour de l’atelier.

 

A l’issu de cet exercice, les participants se sont réunis en session plénière. Au cours de laquelle, les discussions ont porté principalement sur :

 

L’octroi  de deux cent cinquante mille masques  par la primature pour soutenir l’opération Kata-Katani  financée par l’UNICEF.

 

Les considérations socio-culturelles (non-respect des mesures) et les événements sociaux ;

 

A l’issue des travaux de groupe les recommandations suivantes ont été formulées qui sont entre autres :

 

  • Prioriser les activités non réalisées ou en cours de réalisation ;
  • Intégrer la communication sur la vaccination contre la covid-19 dans le plan ;
  • Etendre la formation en communication de risque jusqu’au niveau opérationnel ;

 

·         Disséminer le plan révisé  auprès de toutes les parties prenantes dans un bref délai ;

 

·         Assurer une bonne coordination des acteurs dans la mise en œuvre des activités de communication ;

 

·         Intensifier la communication pour le changement de comportement à risque dans la communauté (déni  de la maladie, relâchement de certains gestes barrière).

 

 

 

                                                                               Koulikoro, le 26 janvier 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lignes directrices internationales d’éthique pour la recherche en matière de santé

Le Conseil des Organisations internationales des Sciences médicales (CIOMS) en collaboration avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont élaboré 25 lignes directrices internationales d’éthique pour la recherche en matière de santé impliquant des participants humains qui sont :

 

·         Ligne directrice 1 : Valeurs scientifique et sociale et respect des droits ;

 

·         Ligne directrice 2 : Recherche dans des environnements à faibles ressources ;

 

·         Ligne directrice 3 : Répartition équitable des bénéfices et des contraintes dans le choix des personnes et des groupes participant aux recherches ;

 

·         Ligne directrice 4 : Bénéfices individuels potentiels et risques de la recherche ;

 

·         Ligne directrice 5 : Choix du témoin dans les essais cliniques ;

 

·         Ligne directrice 6 : Prise en charge des besoins de santé des participants ;

 

·         Ligne directrice 7 : Engagement communautaire ;

 

·         Ligne directrice 8 : Partenariats collaboratifs et renforcement des compétences pour la recherche et la revue éthique ;

 

·         Ligne directrice 9 : Personnes capables de donner un consentement éclairé ;

 

·         Ligne directrice10 : Modifications du consentement éclairé et dispenses ;

 

·         Ligne directrice11 : Collecte, stockage et utilisation de matériel biologique et des données associées ;

 

·         Ligne directrice12 : Collecte, stockage et utilisation de données dans le cadre de la recherche en matière de santé ;

 

·         Ligne directrice 13 : Remboursement et indemnisation des participants de recherche ;

 

·         Ligne directrice 14 : Traitement et indemnisation des préjudices liés à la recherche ;

 

·         Ligne directrice 15 : Recherche impliquant des personnes ou des groupes vulnérables ;

 

·         Ligne directrice 16 : Recherche impliquant des adultes incapables de donner un consentement éclairé ;

 

·         Ligne directrice 17 : Recherche impliquant des enfants et des adolescents ;

 

·         Ligne directrice 18 : Les femmes en tant que participants de recherche ;

 

·         Ligne directrice 19 : Les femmes enceintes et allaitantes en tant que participants de recherche ;

 

·         Ligne directrice 20 : Recherche lors de catastrophes ou d'épidémies ;

 

·         Ligne directrice 21 : Essais randomisés par grappes ;

 

·         Ligne directrice 22 : Utilisation de données obtenues en ligne et via des outils numériques dans la recherche en matière de santé ;

 

·         Ligne directrice 23 : Obligations relatives à l'établissement de comités d'éthique de la recherche et à leur examen des protocoles ;

 

·         Ligne directrice 24 : Responsabilité publique dans la recherche en matière de santé ;

 

·         Ligne directrice 25 : Conflits d'intérêts.

 

Pour en savoir plus, télécharger le document, les commentaires soutiennent chacune des directives.

 

 

 

 

 

 

Appel à candidature aux fonctions Directeur de Recherche et Maître de recherche

Le Centre National de la recherche scientifique et Technologique lance un appel à candidature pour l’inscription sur les listes d’Aptitudes aux fonctions DR et MR de recherche de la CNELA, session ordinaire de 2020. Les dossiers de candidature sont recevables au secrétariat du CNRST jusqu’au 27 Novembre 2020. Pour toutes autres informations, télécharger l’avis ci-dessous.

 

SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE DE LA 39ème SEMAINE 2020

La situation épidémiologique de cette semaine a été caractérisée par une augmentation des décès liés au paludisme dans les régions du Nord, la notification de cas de TNN dans les districts sanitaires de Sikasso et Ténenkou; la confirmation de l'épidémie de rougeole dans le district sanitaire de Ségou suivie de riposte. Pour en savoir plus, télécharger le rapport de la situation ci-dessous.

 

Plan de gestion environnementale et sociale (PGES)dans le cadre du Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali

Le présent PGES spécifique aux travaux de renforcement et de réhabilitation des laboratoires, de construction des hangars ou tente dans le cadre du Projet d’Intervention d’Urgence Covid-19 au Mali est élément complémentaire du CGES qui décrit toutes les atteintes environnementales et sociales du projet. Il détaille un certain nombre d’activités concrètes en vue d’appliquer les mesures d’atténuation et de bonification identifiées dans le Cadre de Gestion Environnementale et Sociale (CGES). Pour en savoir plus, télécharger le plan ci-dessous.

 

COVID-19 au Mali: Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES)

l’objectif du CGES est d’identifier les impacts et risques potentiels associés aux différentes interventions pendant la mise en œuvre du projet d'intervention d’urgence COVID-19 au Mali et de définir les procédures et les mesures de gestion environnementale et sociale qui devront être mises en œuvre pendant l’exécution du projet. Il définit le cadre de suivi et de surveillance ainsi que les dispositions institutionnelles à prendre durant la mise en œuvre du projet et la réalisation des activités pour atténuer les impacts environnementaux et sociaux négatifs, les supprimer ou les réduire à des niveaux acceptables. Pour plus d’information consulter le document.