Menu

A+ A A-

Actualités (1385)

Le ministre de la Santé et l’hygiène Publique visite le Centre de Santé de Référence de Ouelessebougou dans la région de Koulikoro

Le ministre de la Santé et l’Hygiène Publique, Dr Marie Madeleine TOGO a effectué, dimanche 12 février 2017 une visite de travail et d'inspection des locaux du nouveau centre de santé de référence de Ouelessebougou afin de s'enquérir de leur rendement professionnel. A son arrivée, elle a été reçue par le préfet à la tête d’une importante délégation composée du Président du conseil de cercle,  des élus locaux, des autorités locales civiles et militaires, notamment la Directrice de la Santé de la région à l’entrée de la ville.

En savoir plus...

Résultats de la fonction publique

COMMUNIQUE N°2017-000004/MTFP-CNCFP
Le Ministre du Travail et de la Fonction Publique chargé des Relations avec les Institutions communique :
les candidats dont les noms suivent sont déclarés admis par ordre de mérite aux concours directs de recrutement dans la Fonction Publique d’Etat, au titre de l’exercice budgétaire 2016, ouverts par le communiqué N°2016-000023/MTFP-CNCFP du 19 octobre 2016, modifié.

Télécharger en PDF ici

En savoir plus...

Mme le ministre de la Santé et l’Hygiène Publique aux centres de santé de Niena et Bougouni

La visite de terrain de Mme le ministre se poursuit. Cette 3ème  journée est consacrée à Niena et Bougouni. Dans les 2 cercles,  le ministre et sa délégation se sont rendu chez le chef de village pour rencontrer les notabilités et en même temps leur transmettre les salutations du président de la République Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA.

A Niena comme à Bougouni, le ministre a visité successivement la pharmacie, la radiologie,  le laboratoire d’analyse, la maternité, le bloc opératoire, les salles de consultation et d’hospitalisation. Au niveau de chacun des  blocs visité, le ministre échange avec les responsables. Au terme de la visite une rencontre est organisée avec le personnel au cours duquel le médecin chef présente les activités menées en  2016, le bilan financier et les contraintes et difficultés.

A l’étape de Niena les discussions porté sur ont les problèmes d’électricité et l’absence de spécialistes pour la radiographie numérique qui est disponible déjà. Mme le Ministre a donné des propositions de solution à cet effet. Malgré une insuffisance de personnel les indicateurs sont bons dans l’ensemble, les protocoles sont affichés dans les bureaux et les locaux sont propres, ce qui témoigne tout l’enthousiasme et le sérieux de l’équipe.  Le CSRéf de ,Niena à travers son 1er responsable a été félicité par Mme le ministre de la santé et de l’hygiène Publique.

A Bougouni les 98 cas de morsures de chiens étaient l’un des points largement discuté. Le ministre a insisté sur la gratuité du sérum antivenimeux et demandé au service d’hygiène d’élaborer des stratégies pour contrer à ce cas spécifique et là dans le plus bref délais.

Partout où Mme le Ministre a passé, elle a conseillé que chacun privilégie le dialogue pour résoudre les problèmes à l’interne, elle tient à ce que la sécurité soit non seulement assurée à l’intérieur de nos structure qu’à l’extérieur et en dernier lieu sur elle insiste sur l’éthique.

 

      

 

 

 

En savoir plus...

Suite de la visite du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique à Sikasso

 

Au jour 2, la visite a concerné la Direction régionale de la santé et de l’Hôpital de Sikasso.

A la direction, le ministre et sa délégation ont visité les 6 logements de passage, les bureaux, les différentes salles de réunion et l’arrière cours.  Au terme de cette visite, la délégation a rencontré le personnel au cours de laquelle le 1er responsable Dr Dembélé Ousmane a présenté les activités menées au cours de l’année 2016, les difficultés. Notons que les  perspectives de la direction pour l’année 2017 sont entre autres la création des sites PTME, la formation des prestataires.

Les discussions ont porté notamment sur le taux élevé de morsure de chien, 98 cas dans le district sanitaire de Bougouni, le taux élevé de mortalité  maternelle (76 décès)  dans la région avec comme 1ère cause l’hémorragie.

Des préoccupations soulevées par le  président régional de l'Ordre des médecins ont porté notamment sur la lenteur dans la délivrance des licences, la gestion des centres confessionnels et les pratiques que font les matrones dans les maternités rurales.

A l’hôpital le ministre a visité successivement le service le laboratoire d'analyse, l'imagerie médicale, le centre d'hémodialyse, la néonatologie et le service de pédiatrie.
Au niveau de l'imagerie les 2 appareils sont toujours en panne et nécessitent d'être remplacés par de nouveaux. Il a été demandé à la DFM de prendre des dispositions nécessaires.
Le centre de dialyse est un nouveau bloc qui a toutes les commodités nécessaires pour une bonne prise en charge des patients.

A la rencontre avec le personnel de l’Hôpital, le Directeur a fait un exposé sur les différentes activités de 2016,   les difficultés rencontrées qui sont entre autres la  mauvaise qualité de la tuyauterie du réseau interne d’adduction d’eau qui perdure depuis l’inauguration , l’insuffisance d’infrastructures par rapport au besoin des spécialités (cardiologie, pédiatrie, bureaux etc.….), l’absence d’ingénieur en maintenance…

 A toutes ces préoccupations, Mme le Ministre a donné des stratégies de solution. A tous les niveaux elle a remercié les agents pour leur dévouement cependant beaucoup reste à faire pour relever le défis.

 Elle a insisté sur la responsabilité médicale et la notion de sécurité dans les formations sanitaires.

La rencontre avec le personnel de l’Hôpital  a mis fin à l’étape de la ville de Sikasso. Plus d’infos sur la page Facebook.

 

 

 

 

 

 

 

En savoir plus...

Visite de travail du ministre de la santé dans la région de Sikasso

Ce jeudi 09 février 2017, le gouverneur de la région de Sikasso a eu l’insigne honneur d’accueillir Dr Marie Madeleine TOGO, ministre de la santé et de l’hygiène Publique en visite de travail. A son arrivée, à la tête d’une importante délégation composée des membres de son cabinet, du Directeur National adjoint de la Santé, du Directeur de la CEPRIS, du Directeur du CNIECS,  du Président de l’Ordre des pharmaciens, du Chef de l’Unité Communication de l’ANTIM, du Chef du personnel DRH… Mme le ministre a été reçu par le Directeur régional de la santé et le Directeur de l’Hôpital de Sikasso sur le site du Centre de Santé de référence de la commune urbaine de sikasso, première étape de cette visite. Elle a pour but de s'enquérir des conditions de travail des agents qui sont sur le terrain et apporter des solutions au problème s’il y a lieu. Madame le ministre a visité successivement le service de gynécologie obstétrique, le laboratoire d'analyse, le bloc opératoire, l'imagerie, le service de pédiatrie et la morgue. Au niveau de chaque bloc Mme le Ministre et sa délégation ont reçu des explications de la part des responsables.

En savoir plus...

Réunion annuelle de planification conjointe des activités du Projet Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel (P/MTN)

A la réunion annuelle de planification conjointe des activités du Projet Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel (P/MTN) couvrant trois pays de la CEDEAO à savoir le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Organisée par l'Organisation Ouest Africaine de Santé (OOAS) à l’hôtel Salam du 6 au 7 février 2016
La cérémonie officielle du lancement des activités a été présidée par le Secrétaire Général du Ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique Dr Bakary DIARRA représentant de Mme le Ministre Dr Marie Madeleine TOGO en déplacement dans la région de Tombouctou en ce moment pour visite de terrain.
Le SEGAL était accompagné par le DGA de l'OOAS le Dr Laurent ASSOGBA et le représentant du projet de la Banque mondiale Dr Boubacar Daou
Rappelons que l'objectif de cet atelier est de contribuer à la mise en œuvre efficace des interventions, en vue d'une collaboration plus active pour le contrôle et l'élimination du paludisme et des MTN
Retrouvez plus d'image de la journée sur notre page facebook
En savoir plus...

Lancement officiel de l’introduction du vaccin MENAFRICVAC dans le PEV de routine du MALI à Siby

le vendredi 03 février 2017 la ville de Siby a abrité le lancement officiel de l’introduction du vaccin MENAFRICVAC dans le PEV de routine du MALI
sous la présidence de Madame la Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique représente par le Secrétaire Général du dit département Dr Bakary DIARRA
accompagné par le Directeur National de la Santé et le chef de Cabinet du Ministère de la Santé sans oublier les partenaires notamment GAVI, l’UNICEF, l’OMS, l’USAID, ROTARY et les autorités locales de Siby.
Pour un rappel historique sur cette maladie et les progrès réalisés dans sa lutte au Mali.
La méningite est une maladie infectieuse, redoutable, qui se reconnait par  les signes suivants : la fièvre, les vomissements, la raideur au cou, la somnolence, la confusion et la désorientation. Chez le nouveau-né et le nourrisson, les symptômes classiques à savoir la fièvre, les maux de tête, la raideur au cou peuvent être absents ou difficiles à déceler ; le sujet peut simplement paraître plus lent, amorphe ou irritable, avoir des vomissements ou manquer d’appétit.
La maladie survient sous forme de poussées d’épidémies récurrentes en général, au 1er trimestre de l’année et touche toutes les classes d’âge avec une prédilection pour celle de moins de 30 ans. Le Mali fait partie des pays de la « ceinture de la méningite » qui couvre en partie 21 pays au sud du Sahara s'étendant du Sénégal à l'Ethiopie. Ces pays sont le théâtre de fréquentes épidémies. La dernière grande épidémie au Mali est survenue en 1997 avec 11 228 cas notifiés dont 1126 décès, soit une létalité de 10% et un survivant sur cinq garde des incapacités définitives, perte de l'audition, arriération mentale ou paralysie par exemple.

Retrouvez les images des moments forts sur notre page facebook

En savoir plus...

Pr Rokia Sanogo, lauréate du Prix Kwame Nkrouma 2016 de l’UA pour les Femmes Scientifiques

Pr Rokia Sanogo, enseignante chercheure de Pharmacognosie à l’USTTB et Cheffe du Département Médecine Traditionnelle  (DMT) de l’Institut Nationale de Recherche en Santé Publique (INRSP) de Bamako a reçu le 24 janvier 2017  auprès du siège de l’Union Africaine le prix Kwame Nkrouma 2016 pour les Femmes Scientifiques. Ce prix couronne  plus de 28 ans d’engagement au service de la valorisation des ressources de la Médecine Traditionnelle au Mali et ailleurs. Sa compétence, sa rigueur, son engagement et son travail acharné dans le domaine de l’enseignement et de la recherche sur les plantes médicinales d’Afrique ont été ainsi reconnus et récompensés. Née à San en 1964, docteur en pharmacie à Bamako en 1990, spécialisée en Pharmacognosie en 1995 et Ph.D. en Pharmacognosie à l’Université de Messine (Italie) en 1999, la Prof Sanogo a commencé à enseigner la  Pharmacognosie en Pharmacie en 2001 à l’Université de Bamako.
Inscrite maître assistante du CAMES en 2005, la Prof Sanogo, depuis 2008, est la première femme du Mali agrégée en Pharmacie par le CAMES. C’est ainsi qu’à partir de 2009, elle a participé à l’encadrement et aux soutenances de thèses de Ph.D, de doctorant(e)s africain(e)s du Congo Brazzaville, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Benin, Guinée Conakry, Togo et Niger. Elle est aussi experte de l’Organisation Ouest Africaine de Santé dans l’espace CEDEAO pour l’élaboration des monographies des plantes médicinales et responsable de l’étude de leur toxicité, dans le cadre de la réalisation de la  Pharmacopée de l’Afrique de l’Ouest. Elle en outre collabore avec l’OMS dans le domaine de la valorisation de la Médecine Traditionnelle.
La prof Sanogo participe également à l’enseignement et la recherche sur les plantes médicinales africaines auprès des Facultés de Pharmacie d’Université d’Afrique, d’Italie et de France. Elle enseigne aussi au Cours d’Ethnopharmacologie Appliquée de la Société Française d’Ethnopharmacologie à Metz (France).
Prof Rokia est l’auteur de plus de soixante-dix publications scientifiques sur les propriétés biologiques et la chimie des plantes médicinales du Mali et d’ailleurs, ainsi que de plusieurs ouvrages sur les aspects sociaux, économiques, culturels et de Santé Publique de la Médecine Traditionnelle Africaine. En tant que femme, en plus des thèmes généraux de recherche, ses projets sont surtout orientés à l’approfondissement des problèmes spécifiques aux femmes (mortalité maternelle, mutilations génitales féminines, contraception, stérilité, dysménorrhées, troubles liées à la ménopause, etc.). Pour faire en sorte que son engagement pour la valorisation de la médecine traditionnelle puisse avoir un impact réel sur la santé des populations, la Prof Sanogo depuis 2003 est promotrice et présidente d’Aidemet Ong.
L’engagement de la Prof Sanogo pour la médecine traditionnelle a des racines profondes : “Mon grand-père paternel, Issa Magnan Sanogo, qui était un célèbre chasseur et thérapeute traditionnel de notre zone, s’était occupé d’une femme qui avait des difficultés à avoir des enfants, avec un résultat positif. Après sa mort, la femme est retournée chercher le même traitement pour une autre femme. Malheureusement, personne ne connaissait la recette qui avait permis à de nombreuses femmes d’avoir des enfants ». Mais la Lauréate regarde aussi vers le future: “Mon souhait, c’est de pouvoir capitaliser les riches expériences accumulées, de valoriser les nombreuses compétences qui existent, ainsi que les différentes opportunités qui se présentent, pour parvenir à la création d’une plateforme pluridisciplinaire autonome de formation, de recherche et de développement pour la valorisation des ressources de la Médecine Traditionnelle, avec la pleine implication des dépositaires des savoirs traditionnels de santé ».
L’Equipe d’Aidemet Ong  

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS