Menu

A+ A A-

Actualités (1475)

VISITE DE STRUCTURES SANITAIRES

Pr.  Samba. O. Sow au cœur des structures de santé

Au-delà des inaugurations, et lancement, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique,  a  fait de sa tournée à Ségou et Mopti une pierre deux coups. En effet, durant trois jours, Pr Samba Sow, a visité plusieurs structures sanitaires dans lesdites régions. L’objet de ces visites était de s’assurer des conditions de travail des agents, recenser les difficultés et offrir des solutions d’améliorations des plateaux techniques et des conditions de travail dans ces structures de santé. Ce périple a conduit le ministre au Csréf de Mopti, au Cscom de Komoguel et en dernier lieu, l’Hôpital Sominé Dolo à Sévaré, où les difficultés sont surtout liées à un délestage récurrent d’électricité qui aurait occasionné l’endommagement de plusieurs matériels. 

A Ségou, ce fut la visite du Csréf de la ville de Ségou, les Cscom de Sébougou et de Cinzana-Gare ainsi que le Cscom universitaire de Konobougou non loin de la ville de Fana sur la RN6.  A Ségou, la seule difficulté que rencontre l’hôpital régional est l’absence d’un scanner dont le marché avait été lancé depuis deux, nous a confié un cadre de la direction régionale. Il faut noter qu’un vaste programme de restructuration de cet hôpital est en cours pour qu’il puisse jouer pleinement son rôle dans la prise charge des évacuations sanitaires.

Dans les différentes structures, le ministre a jugé nécessaire de visiter les services de premier plan notamment les maternités, les pharmacies, le bloc opératoire, la pédiatrie, les laboratoires, l’imagerie médicale, etc.

Pr. Sow a pris l’engagement de tout mettre en œuvre pour mettre l’hôpital  Sominé Dolo sur une ligne prioritaire pour la bonne conduite des activités hospitalières.

Il a invité les uns et les autres à maintenir l’hygiène pour l’amélioration de la qualité des soins. S’agissant des ennuis judiciaires qui couvrent des agents de santé à Ségou et comme  à Mopti, le chef du département a promis de tout faire pour un dénouement heureux de ces différents contentieux  judiciaires et invité les agents à la retenue en vue d’éviter toutes sortes de bras de fer avec la justice. Des propos soutenus par le représentant des syndicats du secteur de  la santé et des affaires sociales dans la délégation  ministérielle, Sinaly Sanogo, qui a invité également  au calme et à la retenue pour un dénouement heureux des affaires de justice en cours.

Le ministre de la Santé a également évoqué les réformes envisagées par les hautes autorités du pays dans le secteur de la santé qui ne visent que, dira-t-il, l’amélioration des conditions de vie, de travail et de la qualité des soins sanitaires sur l’ensemble du territoire. Il a félicité les responsables des structures visitées pour leur qualité managériale. 

O.D.

En savoir plus...

MOPTI : Environ 1,7 million de Mild pour bouter le paludisme

Pour inverser le taux de prévalence de 59,7 % de paludisme dans la région de Mopti contre une moyenne nationale de 35,7 %,  le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, avec l’appui financier du Fonds mondial de lutte le tuberculose, le paludisme et le VIH, a lancé officiellement-ce jeudi 10 août 2017-à Mopti la campagne de distribution gratuite d’environ 1,7 million de moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action (Mild) d’un coût estimé à plus de 4 milliards de F CFA.

Avec un taux de prévalence de 59,7 % de paludisme, la région de Mopti abrite du 10 au 14 août une campagne de distribution gratuite de Mild. Fruit de la bonne collaboration entre le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique et le Fonds mondial, cette campagne permettra la distribution d’environ 1,7 millions de moustiquaires pour éradiquer le paludisme dans la Venise malienne.

La cérémonie de lancement de cette campagne était présidée par le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr. Samba O. Sow. Il était accompagné du gouverneur de la région de Mopti, du maire de la ville de Mopti, du représentant du PSI-Mali et des notabilités de la ville de Mopti.

Pour inverser la prévalence très élevée du paludisme dans la région de Mopti, il est prévu une synergie d’actions, a informé le ministre Pr. Samba O. Sow. En plus de la distribution de 1,7 million de Mild, il faut ajouter la pulvérisation intra domiciliaire (qui a débuté le 24 juillet 2017 dans la région, cette opération concerne 53 aires de santé dans 4 districts sanitaires) sans oublier la campagne de chimio-prévention du paludisme chez les enfants de 3 à 59 mois avec la Sulfadoxine-pyriméthamine et l’Amodiaquine également lancé à Ségou par le ministre Sow.

"L’un des meilleurs moyens pour lutter efficacement contre le paludisme est de dormir sous moustiquaire imprégnée à longue durée d’action", a conseillé le Pr. Samba O. Sow. Selon lui, les études scientifiques ont montré que lorsque 80 % de la population utilisent les Mild, cela permet de réduire de 50 % le nombre d’épisodes de paludisme dans la population  et  de 10 % par an le nombre de décès chez les enfants de moins de 5 ans.

L’opération, qui cible près de 3,6 millions de personnes dans la région de Mopti, va coûter environ 4,3 milliards de F CFA. Elle mobilise 4280 agents de dénombrement, 1914 agents distributeurs, 370 superviseurs de proximité, 32 superviseurs locaux et 16 superviseurs du niveau central. Pour la sensibilisation et l’information, 2689 mobilisateurs sociaux et 38 radios de proximité sont à pied-œuvre pour le succès de cette campagne.

Le ministre Sow a insisté sur la distribution correcte de cette donation et invité les populations à l’utilisation à bon escient des moustiquaires offertes à eux par le Fonds mondial. Il a remercié les autorités administratives et coutumières, les équipes socio- sanitaires, le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) et PSI pour la bonne organisation de cette opération sans oublier le donateur, le Fonds mondial.

Le représentant de PSI, M. Alex. K. Brown, représentant le Fonds mondial, s’est réjoui de prendre part au lancement de cette campagne. Il s’est penché sur les axes stratégiques du Fonds mondial dans le monde et en particulier au Mali, qui visent l’éradication des épidémies ; à savoir : le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme en partenariat avec le gouvernement, la société civile, etc.

A l’en croire, le Fonds mondial investit près de 4 milliards de dollars US par an pour l’appui  de programmes menés par des spécialistes locaux dans plus de 40 pays. Il a salué les efforts consentis par le directeur du PNLP, Diakalia Koné, le directeur national de la santé et les agents de l’ONG-PSI, présente au Mali depuis 2002 dans la lutte contre les épidémies susmentionnées.

M. Brown a réitéré l’engagement du Fonds mondial auprès du gouvernement à travers le ministère de la Santé dans la lutte contre l’éradication du paludisme, cause de la moitié des consultations médicales dans notre pays.

La cérémonie a noté la distribution des premières Mild par le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique. La prestation de l’orchestre du Kanaga et un sketch de sensibilisation et d’information d’une troupe théâtrale locale sur la campagne de distribution de Mild à Mopti ont été également fait partie des temps forts.

Ousmane Daou 

 

En savoir plus...

Réunion de cabinet élargie délocalisée à Mopti

Face à la beauté et la capacité d’accueil de ce nouveau bâtiment, le ministre a promis de tenir à Mopti dans un bref délai un conseil de cabinet élargi.

 

Quant à la  cérémonie  de coupure du ruban symbolique de la nouvelle  direction de Ségou sise à Angoulême, elle s’est déroulée le vendredi 11 août en présence du gouverneur et de plusieurs autres personnalités politiques de la région. Elle est bâtie sur une superficie de 5600 m2. Elle est composée d’un seul bloc principal de deux niveaux avec des bureaux, une chambre  froide, une cantine, 6 chambres de passage réservées aux  missionnaires et un logement pour le directeur régional, etc. 

 

A Ségou, Pr. Samba O. Sow a remercié les autorités régionales et tous ceux qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet lancé il y a de cela deux ans. Il a promis d’apporter  des travaux complémentaires dans un délai court pour améliorer davantage les conditions de travail des agents. Il s’agit entre autres de l’aménagement de la cour, de la construction d’une cantine et d’un parking.

 

O.D

 

En savoir plus...

Le ministre de la Santé inaugure deux nouvelles DRS

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr. Samba O. Sow a procédé le jeudi et le vendredi derniers à l’inauguration de deux nouvelles directions régionales de la santé, à savoir celles des régions de Mopti et de Ségou.  Pour Mopti,  le coût de réalisation est estimé à plus d’un milliard de francs CFA et  la seconde direction, notamment la nouvelle direction de Ségou, a coûté au budget national environ  500 millions de  FCFA.

Dans le cadre de l’amélioration des conditions de travail  des agents,  le ministre de la Santé et de l’Hygiène, Pr Samba. O. Sow, a procédé le jeudi et vendredi derniers à l’inauguration de deux nouvelles directions régionales. Il s’agit de la direction régionale de la Santé de Mopti et de celle de la région de Ségou.   

   

La coupure du ruban symbolique de la  nouvelle direction de la Santé de Mopti,  située à Sévaré, a regroupé les autorités administratives et politiques de la région. Ce joyau architectural  dont les travaux ont duré deux ans est bâti  sur une superficie d’un hectare. Il  comprend un bâtiment principal composé de trois blocs avec plusieurs bureaux et une salle de conférences. A ceux-ci s’ajoutent les magasins avec deux chambres froides pour la conservation des vaccins et certains médicaments et réactifs, une cantine, plusieurs chambres de passages réservées aux missionnaires et un logement pour le directeur régional. La construction et l’équipement des lieux ont coûté plus d’un milliard de francs CFA, financés entièrement par le Budget national.

Cette inauguration s’est déroulée le jeudi dernier en marge du lancement de la Campagne de distribution gratuite de Moustiquaires imprégnées à longue durée d’action à Mopti.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, très heureux du style architectural et des équipements installés à ce bâtiment, n’a pas manqué de saluer tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cet édifice au compte de la Venise malienne en occurrence la Cepris, maître d’ouvrage, l’entreprise et la direction régionale de l’Urbanisme, de l’Habitat et des Domaines pour son expertise. Pour lui, cette réalisation s’inscrit en droite ligne dans l’amélioration des conditions de travail des agents de la santé tant prônée par les plus hautes autorités de l’Etat. Il a lancé un appel pressant aux personnels ainsi qu’aux autorités de la région de Mopti pour ce qui concerne l’entretien des lieux.

 

 

 

 

 

En savoir plus...

Sortie de la 4ème Promotion du Master en Santé Publique baptisée feu Moussa TRAORE

C’était le Samedi 29 juillet 2017 dans l’amphithéâtre de 1000 places de la FMOS-FAPH/USTTB que s’est déroulée la cérémonie de la sortie  de la 4ème promotion du Master en Santé Publique baptisée feu Moussa TRAORE.

La cérémonie était Co-présidée par le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Pr Samba SOW et son  homologue de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique représenté par son Secrétaire général. Étaient également présents les responsables de l’université dont le Professeur Seydou Doumbia, Doyen de la FMOS, qui après avoir souhaité la bienvenue aux invités a rappelé dans son discours la contribution de la faculté au développement socio-sanitaire de notre pays et même de la sous -région par sa formation de qualité de médecins et de pharmaciens. Selon lui le Master en Santé Publique qui est à sa sixième année d’expérience et de réussite.
Le Doyen de la FMOS a ensuite invité le ministre de la Santé et l'Hygiène Publique à soutenir d’avantage le programme de formation des médecins communautaires pour le Mali.
En concluant le Pr Doumbia, Doyen de la FMOS a remercié l’Université Johns Hopkins des USA, l’université de Bordeaux, l’UNICEF, l’Institut Royal de Tropiques (KIT) d’Amsterdam,  l’Union Européenne, l’OMS… pour leur soutien tant sur le plan financier que humain.
« Le Master en Santé Publique offre une formation de base, en Santé publique dont les deux premiers semestres constituent le tronc commun. La deuxième année est structurée en trois options : Epidémiologie, Santé Communautaire et Nutrition’ ».
Cette année la promotion feu Moussa TRAORE comprend 30 membres composée de 16 nutritionnistes, 09 épidémiologistes et  05 médecins en Santé Communautaire.


C’était avec joie que le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique le Pr Samba SOW a remis les attestations des trois majors. Il s’agit de : Dr Edou Guindo en Nutrition, Dr Mahamadou Hamady Assadou en Epidémiologie et Dr Daouda Simpara en Santé Communautaire.
Pour le Ministre de la Santé, le Professeur Moussa TRAORE n’est pas mort car ses élèves, sa famille sont là pour  continuer son œuvre. Le ministre a promis que le soutien de son département ne fera pas défaut compte tenu de  l’intérêt de ce Master pour la santé de la population.Cependant, il a insisté auprès des lauréats pour servir la nation comme l'a fait feu Moussa TRAORE.

Retrouvez le discours de Monsieur Ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique ci-dessous

 

 

 

En savoir plus...

Atelier d'orientation des points focaux "Une seule santé" ou "One health" les 24 et 25 juillet 2017

Dans le cadre de la mise en oeuvre des activités du projet Préparation et Réponse (P&R) de l’USAID, une des activités pertinentes est l’orientation des points focaux sur le concept « Une Seule Santé » ou «  One Health » pour l’Agenda de la Sécurité Sanitaire (GHSA) au Mali.

Et dans un concept international marqué par l’émergence de plusieurs types de menaces sanitaires, les acteurs techniques au niveau national doivent avoir une bonne organisation stratégique pour permettre des interventions dans un cadre global multidisciplinaire et multisectoreil.

Le projet P&R de l’USAID en collaboration avec la Fondation Mérieux organisent l'atelier d'orientation des points focaux "Une seule santé" ou "One health" qui réunis les points focaux  à  l’Hôtel Azalaï Grand Hôtel ce 24 juillet et prendra fin le 25 juillet 2017.
Cet' atelier vise à sensibiliser les représentants techniques des services centraux sur l’approche «  Une seule Santé » et sur l’importance de la communication et de la collaboration multi sectorielle.

Retrouvez le TDR ci-dessous

Revivez en images sur notre page facebook.

 

 

En savoir plus...

3ème réunion du comité de pilotage régional du projet paludisme et des maladies tropicales négligées au Sahel, Bamako les 24 et 25 juillet 2017

 Le comité du pilotage régional du projet Paludisme et maladies tropicales négligées au Sahel (P /MTN), tient sa 3èmeréunion à Bamako. La cérémonie d’ouverture a été  présidée par Dr DIARRA Bakary, secrétaire général au Ministère de la Santé et l’Hygiène Publique du Mali  en  présence du  Directeur général  de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), Dr Xavier Crespin. Cette 3ème session, permettra aux participants  d’apprécier le niveau de mise en œuvre des recommandations de la 2ème réunion du Comité de Pilotage Régional, de faire le point sur l’état d’avancement des différentes interventions planifiées, réalisées et apprécier les résultats à mi-parcours de l’année 2017.

Les recommandations adressées à l’endroit des pays et de l’OOAS à l’occasion de la mission conjointe d’appui à la mise en œuvre du projet seront également examinées  et des recommandations pour la bonne marche et l’atteinte des objectifs du P/MTN seront formulées.

Avec un objectif d’accroître l’accès et l’utilisation des services à base communautaire harmonisés pour la prévention et le traitement du paludisme et de certaines maladies tropicales négligées dans les zones transfrontalières des pays bénéficiaires, ce projet en dépit des difficultés rencontrées a obtenu des résultats encourageants, dans la mesure où, environ 70% des activités programmées en 2016 ont été réalisées et le niveau de performance des indicateurs satisfaisant grâce au concours de l’ensemble des acteurs.

Ce projet paludisme et maladies tropicales négligées d’une durée de 4 ans est financé par la Banque Mondiale  d’un coût total de 121 millions de dollars, soit 37 millions pour chacun des trois pays du Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso) et 10 millions pour l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), la structure coordinatrice.

Selon le secrétaire général, l’idée maîtresse de cette initiative est d’alléger le fardeau énorme du paludisme et des MTN et de contribuer à la réduction de la pauvreté, à l’augmentation de la productivité et à l’amélioration de la qualité de vie des populations touchées. Il s’agit d’une collaboration essentielle dans la gestion des situations épidémiologiques au niveau des différents  pays.

Le Directeur de l’OOAS, dans son discours a rappelé les uns et les autres de la conjugaison des efforts pour l’amélioration des résultats 2017. Il a en outre réaffirmé une fois de plus la disponibilité et l’engagement de l’OOAS pour soutenir les efforts des pays dans l’atteinte de l’objectif du projet Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel.

 

 

 

 

 

En savoir plus...

Coopération médicale sino-malienne L’équipe de la mission chinoise au Mali décorée par le ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique Pr Samba SOW

Les membres de la 24e mission médicale chinoise en fin de mission au Mali ont été décorés ce mardi 18 juillet 2017 au Centre National d’appui à la lutte contre la Maladie (CNAM) par le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Pr Samba Sow.

Au total, il s’agit de 33 agents de santé de toutes spécialités ont reçu des médailles. Cette décoration est une reconnaissance envers ces professionnels chinois qui ont participé de façon qualitative à la prise en charge de nos compatriotes dans tous les services de l’hôpital du Mali durant deux ans. La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Pr Samba Sow ; l’ambassadeur de la Chine au Mali, le secrétaire général de la Grande Chancellerie des Ordres nationaux du Mali et le Directeur Général de l’hôpital du Mali, Pr Mamadou Kane. Après avoir servi notre pays durant deux années, les membres de la 24e mission médicale chinoise sont en fin de service au Mali. Avant leur départ pour leur pays d’origine, le ministre de la Santé a jugé nécessaire de récompenser ces braves femmes et hommes qui ont loyalement travaillé à l’Hôpital du Mali pour donner des soins de qualité aux malades. Au total 33 professionnels chinois repartis en trois groupes ont reçu des médailles. Les bénéficiaires des médailles du chevalier du mérite national du Mali à titre étranger sont au nombre de trois personnes. Il s’agit de M. Zhan Jiashu, Directeur de la commission culturel, Education, Santé et Sport de la Conférence consultative politique du peuple chinois de la municipalité de Jianxing ; Mme Niu Fangzheng, directrice de la Communication et de la Coopération Internationale du bureau de la santé et du planning familial de la Province du Zhéijang ; M. Song Baishan, chef de la 24e mission médicale chinoise au Mali. Les lauréats des médailles du chevalier du mérite national du Mali avec effigie Lion Debout à titre étranger sont au nombre de deux personnes : M. Chen Yueqiang, cuisinier et M. Yao Qihong, cuisinier. Le troisième groupe sont au nombre de 28 agents de santé chinois de spécialités diverses. Ils ont reçu des médailles du chevalier du mérite de la santé du Mali à titre étranger : M. Lou Xianfeng (traumatologue), M. Zhou Feng (neurochirurgien) , Mme Lu Xiue (gynécologue), M. Chen Jumin (pédiatre), M. Ge Yongping (gastro-entérologue), M. Su Feng (radiothérapeute) , M. Ling Xin (technicien en radiothérapie), M. Lin chegwen (échographiste) , Mme Hong Min (infirmière), Mme Hong Huidong (laborantine), M. Wang Jianyong (cardiologue), MLiu Wei (traumatologue), M. Hu Xiaobin (anesthésiste), M. Shang Jian (anesthésiste), M. Shen Hongwei (pharmacien), M. Wang Lizhang (radiologue), M. You Jihong (gynécologue), M. Jin Donghui(chirurgien général), M. Fu Yajun (anatomo-pathologiste), Chen donxiao (anesthésiste), Mme Zhu Xiufeng (infirmière), M. Rong Yonghua (acupuncteur), M. Lu Yunping (chirurgien thoracique), M. Lou Qunbing (anesthésiste), M. Chen Hongin (ORL), M. Feng Wenhui (infectiologue), Mme Li Cui (interprète), M. Zhu Weixu (interprète). Dans son intervention, le ministre de la santé et de l’hygiène Publique, Pr Samba Sow, a laissé entendre que la coopération entre le Mali et la Chine remonte aux années d’indépendance du Mali : « au plan sanitaire, cette coopération sino-malienne se traduit entre autres par la réception de mission médicale chinoise. De 1996 à nos jours, 24 missions médicales chinoises se sont succédé au Mali. Chacune de ces missions a contribué à sa manière à l’amélioration de la santé des Maliens ». Selon le ministre, durant deux ans, ces professionnels chinois ont participé de façon qualitative à la prise en charge de nos compatriotes dans tous les services de l’Hôpital du Mali : « Ils ont en plus organisé une semaine d’appui à l’Hôpital de Kati en 2016. Donc cette cérémonie constitue une marque de reconnaissance de leurs efforts que nous souhaitons magnifier de la façon la plus solennelle ; elle est aussi un rappel de la longue amitié et de la coopération exemplaire entre les deux peuples chinois et maliens ». Pour le Pr Samba Sow, c’est le lieu pour les acteurs de la santé d’exprimer encore une fois de plus toute la gratitude du peuple malien et celle du gouvernement du Mali à ces médecins chinois qui durant leur séjour, ont travaillé sans relâche et de la façon la plus efficace possible dans un contexte culturellement différent de celui de leur pays d’origine. En plus des médailles, les médecins chinois ont également reçu des cadeaux de la part du ministère de la santé. Au nom des bénéficiaires, M. Song Baishan, chef de la 24e mission médicale chinoise au Mali, a remercié les autorités maliennes pour leur hospitalité. Selon lui, l’expérience malienne a été un véritable succès.

Y DOUMBIA

Le discours de Monsieur le Ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique Pr Samba SOW
Revivez l'événement en images sur notre page facebook

 

 

 

 

En savoir plus...

Atelier de validation Modules de formation sur le guide narratif One Health (OH) et le document sur la mobilisation communautaire des 7 zoonoses prioritaires au Mali au « Môtel des Moulins » à Fana dans la région de Koulikoro. Du 10 au 14 juillet

 

Du 10 au 14  juillet 2017, s’est tenu dans la salle de réunion du Môtel des Moulins de Fana dans la région de Koulikoro, l'atelier de validation des modules de formation sur le guide narratif One Health (OH) et le document sur la mobilisation communautaire des 7 zoonoses prioritaires  (rage, l’anthrax, la brucellose, la leishmaniose, les salmonelloses, la toxoplasmose et les borrélioses) au Mali.
L’atelier a regroupé plus de 25 points focaux ou leurs suppléants  « One Health » (OH) ou   « UNE SEULE SANTE » des structures suivantes : INRSP, DNS, DNSV, DNACPN, DNA, DNEF, ANGESEM, OPV, ANSSA, LCV, CNTS, CNAM/DOU-SP, CNASA, ANTIM, MSHP, DGPC, DPM, DCSSA, ICER/FMOS, LBMA/FST, CHU-Point G et des  partenaires au développement tels que GHSA, FMx, CICM, IMC, CDC, P&R et l’Association des Consommateurs du Mali (ASCOMA).
La cérémonie d’ouverture a été marquée par l’intervention du Dr Abdoul Karim SIDIBE, Chef de la Division Prévention et de la Lutte contre la Maladie de la Direction Nationale de la Santé, représentant le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique. Dans son intervention, il a tout d’abord souhaité la bienvenue aux participants. Ensuite, il a situé l'atelier dans son contexte  (voir TDR) tout en soulignant que les quatre secteurs clés de la lutte contre les zoonoses au Mali sont les ministères en charge de la Santé, l’Elevage, l’Environnement et l’Agriculture.
Selon lui pour obtenir des résultats probants, les différents secteurs sont tenus de travailler conjointement pour ce qui concerne les zoonoses au Mali. Pour terminer, il a remercié tous les participants qui ont effectué le déplacement. La cérémonie d’ouverture a été suivie par la présentation des participants et l’adoption de l’agenda de l’atelier.


L’objectif général de l’atelier était d’améliorer et valider les différents modules  de formation se rapportant au guide narratif sur les sept maladies zoonotiques retenues pour la plate-forme au Mali et le  document sur la mobilisation communautaire avec l’appui de P&R/ USAID.
La méthode de travail utilisée était les présentations, les travaux de groupes suivis de plénière. Les présentations ont porté sur le guide narratif des sept principales zoonoses retenues pour le Mali, les fiches techniques sur  les sept zoonoses, le document de la mobilisation communautaire sur les sept zoonoses.
Les participants ont été répartis en quatre groupes de travail et avaient comme mandat d’améliorer les documents suivants un plan adopté par consensus sur le guide, les fiches techniques conformément au SIMR et le document sur la mobilisation communautaire. Chaque groupe a travaillé sur le document de la mobilisation communautaire. En plus, le groupe 1 a passé en peigne fin la partie du guide narratif sur la Rage et l’Anthrax,

 

 

 

En savoir plus...

Commémoration du 30ème anniversaire de la création de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) : Message du Directeur Général

09 juillet 1987, 09 juillet 2017, cela fait trois décennies que les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Région Ouest Africaine, convaincus de la place centrale de la santé dans l’intégration et le développement socio-économique de la région, adoptaient le protocole A/P2/7/87 portant création de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), en tant qu’unique Institution spécialisée en santé de la région.

Ce jour particulier m’offre l’occasion, à l’instar des années précédentes, de rendre un hommage mérité aux Pères Fondateurs de l’OOAS, qui ont très tôt perçu le sens de mettre en place cet instrument d’intégration régionale en matière de santé, avec pour mission d’offrir aux populations de la CEDEAO, le niveau le plus élevé en matière de prestation de soins de santé.

L’atteinte des objectifs de cette mission, à la fois difficile et exaltante constitue une œuvre de longue haleine que l’OOAS s’efforce d’accomplir au quotidien, avec conviction et détermination en collaboration avec l’ensemble des Etats membres de la CEDEAO et le soutien des partenaires. En trente ans d’existence, des efforts considérables ont été accomplis dans le domaine de la Gouvernance en santé, du partenariat stratégique et de l’harmonisation des politiques, de la lutte contre les épidémies et les autres maladies, de la Santé Maternelle et Néonatale, de l’enfant, des adolescents et jeunes et des personnes âgées, du renforcement des Systèmes de Santé, le développement de la Recherche, de la Médecine Traditionnelle, des Ressources Humaines en Santé, de la Promotion des Bonnes Pratiques, des Médicaments et Vaccin, de l’Information Sanitaire etc…, mais le chemin reste encore long.

En effet, la région Ouest Africaine reste encore en proie à des épidémies récurrentes de méningite, de choléra, de rougeole, de dengue, la résurgence des épizooties de grippe aviaire hautement pathogènes et plus récemment l’épidémie de la fièvre de la vallée du Rift, et celle de la maladie à virus Zika. L’espace CEDEAO garde encore en mémoire, les stigmates de la terrible épidémie de la maladie à virus Ebola qui est venue rappeler à notre conscience l’interface homme-animal-écosystème dans l’évolution et l’émergence des pathogènes et surtout la nécessité de conjuguer les efforts, à travers la mise en œuvre d’actions multisectorielles, pour des systèmes de santé plus solides et résilients, en vue de faire face avec efficacité aux menaces croissantes des épidémies. C’est pourquoi, l’OOAS a voulu placer ce 30ème anniversaire sous le thème : « L’approche « Une Seule Santé » : Exigence d’une synergie d’actions dans la lutte contre les maladies en Afrique de l’Ouest ».

Cette approche intégrée de la santé met l’accent sur les interactions entre les secteurs de la santé animale, humaine et leurs divers environnements. Elle encourage les collaborations, les synergies et l’enrichissement croisé de tous les secteurs et acteurs dont les activités peuvent avoir un impact sur la santé.

En effet, 75% des nouvelles maladies infectieuses qui ont affecté les humains au cours de la dernière décennie sont d’origine animale. Le but de l’approche une seule santé est donc d’améliorer la santé et le bien-être des populations grâce à la prévention des risques et à l’atténuation des effets des crises qui proviennent de l’interface entre les humains, les animaux et leurs écosystèmes. Elle exige d’appréhender la sécurité sanitaire dans une perspective globale et transversale, appelant à une collaboration étroite, entre les acteurs de la santé humaine, de la santé animale, de la santé végétale, des écosystèmes et de la biodiversité, afin de mettre en place au niveau national, comme au niveau régional des mécanismes aptes à assurer avec efficience et efficacité, la surveillance, la détection, la prévention et le contrôle des maladies.

Dans cette perspective, plusieurs décisions ont été récemment prises par les plus Hautes Autorités de notre région qui corroborent l’amorce d’un changement de paradigme en matière de lutte contre les maladies et les épidémies dans notre région. Il s’agit entre autres de :

-  la Décision prise par la 47ème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO tenue à Accra le 19 mai 2015, de créer un Centre Régional de Surveillance et de Contrôle des Maladies de la CEDEAO (CRSCM/CEDEAO) basé à Abuja au Nigéria ;
-  la mise en place d’une Equipe Régionale d’Intervention Rapide (ERIR) dénommée « CASQUES BLANCS DE LA CEDEAO » ;
-  l’adoption de la Résolution de Dakar, portant création d’un Cadre de Coordination Régionale de l’approche « Une Seule Santé », lors de la 50ème Session de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO tenue en décembre 2016 ;
-  l’adoption de la Déclaration de Monrovia sur la reconstruction Post Ebola par la 51ème Session de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO en Juin 2017, dans le prolongement de la réunion de haut niveau post Ebola tenue à Monrovia en Avril 2017.

S’inscrivant dans cette même dynamique, la récente Assemblée des Ministres de la Santé de la CEDEAO tenue à Abuja, au Nigéria le 16 Juin 2017 a adopté les termes de référence de la Plateforme de coordination politique du Cadre régional « Une Seule Santé » de la CEDEAO, ainsi que la feuille de route relative aux principales interventions à mener durant la période 2017-2018 pour son opérationnalisation.

C’est ici le lieu, de renouveler notre gratitude à tous les Chefs d’Etats et de Gouvernement de notre région pour leur fort engagement, le soutien constant et l’accompagnement permanent à l’OOAS, dans sa quête de trouver collectivement et stratégiquement des solutions aux problèmes de santé de nos populations.

Je voudrais aussi saisir cette occasion pour témoigner notre reconnaissance et notre gratitude aux Etats membres et appeler au renforcement du lien déjà établi entre les acteurs de la santé humaine, de la santé animale, ceux en charge de l’agriculture et des questions environnementales de notre région en vue d’actions collectives, afin de relever ensemble le défi de la prévention et de la lutte concertées et collectives contre les épidémies et ainsi, accélérer le développement socio-économique de notre région.

Je voudrais par ailleurs, renouveler à l’ensemble des Partenaires Techniques et Financiers, notre profonde gratitude pour leur disponibilité constante à nous accompagner durablement dans nos efforts d’assurer aux populations de notre communauté un meilleur état de santé.

Je ne saurais terminer cette adresse sans témoigner notre attachement aux idéaux d’intégration prônés par la CEDEAO.


Vive l’intégration africaine, Vive la CEDEAO, Vive l’OOAS

Je vous remercie

Dr Xavier CRESPIN, Directeur Général de l’OOAS

 

 

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS