Menu
A+ A A-

Message du Directeur Executif de l'ONUSIDA pour la journée mondiale du sida 2014

En cette Journée mondiale de lutte contre le sida, n’oublions pas les vies prises par le virus Ebola ni les pays et les populations touchés par sa flambée en Afrique occidentale.

L’épidémie d’Ebola nous rappelle les premiers jours de l’épidémie de sida : les personnes étaient effrayées et se cachaient, la stigmatisation et la discrimination étaient omniprésentes, et l’on ne disposait d’aucun médicament. L’espoir était mince.

Mais aujourd’hui, grâce à la solidarité mondiale, à la mobilisation sociale et à l’activisme de la société civile, nous avons pu – tous ensemble – transformer cette tragédie en opportunité. Nous avons réussi à rompre la conspiration du silence, à faire baisser les prix des médicaments et à briser la trajectoire de l’épidémie de sida. Tout ceci a permis de sauver des millions de vies.

Nous devons maintenant briser l’épidémie pour de bon, faute de quoi elle pourrait redémarrer et il deviendrait alors impossible d’y mettre fin.

Nous disposons d’une courte fenêtre d’opportunité de cinq ans pour atteindre ceux qui restent laissés pour compte, les personnes dont les droits ont été niés – les jeunes femmes et les adolescentes, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les migrants, les personnes incarcérées, les professionnel(le)s du sexe et les personnes qui consomment des drogues injectables.

Pour ce faire, nous devons faire en sorte que les systèmes de santé soient renforcés afin qu’ils puissent fournir les services essentiels nécessaires et que la société civile soit soutenue pour pouvoir continuer de jouer son rôle vital.

En cette Journée mondiale de lutte contre le sida 2014, l’heure est venue pour nous de redoubler d’efforts, d’accélérer notre action et de combler l’écart entre les personnes qui ont accès aux services de prévention, de traitement, de soins et d’appui en matière de VIH et celles qui restent sur le bord du chemin.

En accélérant l’action dans les pays, les villes et les communautés, nous pouvons atteindre les personnes les plus durement touchées par le VIH. En atteignant les cibles « 90-90-90 » de l’Initiative Accélérer, nous pouvons faire en sorte que d’ici à 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur séropositivité, 90 % des personnes conscientes de leur séropositivité aient accès au traitement et 90 % des personnes sous traitement atteignent des niveaux de VIH indétectables dans leur organisme.

Alors unissons-nous en cette Journée mondiale de lutte contre le sida pour combler l’écart pour pouvoir mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030.

ONUSIDA

Reunion transfrontalière entre les ministres en charge de la santé de la Guinée et du Mali sur la maladie à virus Ebola Kouremalé, le 29 novembre 2014

  • Publié dans EBOLA

 

L’existence actuelle d’un foyer actif à Kourémalé appelle à un renforcement de la collaboration transfrontalière entre les deux pays frères. C’est ainsi que les concertations entre les deux ministres en charge de la santé ont permis de très vite planifier cette importante rencontre...

Pour en savoir plus télécharger le communiqué finale ci-dessous

 

Situation de la maladie à virus Ebola à la date du 30 novembre 2014

 

 

 

Ce jour dimanche 30 novembre 2014, la situation de la lutte contre la maladie à virus Ebola se présente comme suit :

- Sept (7) cas positifs : six (6) liés au patient guinéen et la fillette de Kayes ;
- Cinq (5) décès dont quatre (4) liés au patient guinéen ;
- Un (1) cas confirmé est en traitement dans un centre spécialisé ;
- Zéro (0) nouveau cas confirmé ce jour ;
- Zéro (0) cas suspect ce jour ;
- Levée de suivi sur Six (6) personnes-contacts ;
- Le nombre de personnes-contacts est de 280,
- Le nombre de contact suivi ce jour est de 273,
- Le nombre de contacts non vus est de sept (7), soit un taux de suivi de 97,5%

Par ailleurs, le Gouvernement signale qu’un cas initialement positif a été guéri et contrôlé négatif le vendredi 28 novembre 2014.
Le Gouvernement se réjouit de cette évolution, et félicite tous les services et toutes les personnes qui ont contribué à l’identification, au suivi et à la prise en charge, jusqu’à guérison de cette personne.

Le Gouvernement rappelle en conséquence à la population que la maladie à virus Ebola peut être guérie avec une prise en charge précoce.
Par conséquent, le Gouvernement appelle la population à la vigilance, et à signaler tout signe pouvant évoquer cette maladie aux services compétents, afin de réunir toutes les conditions favorables à une guérison.

Le Gouvernement renouvelle son soutien aux agents de la santé et aux services de sécurité pour faire respecter avec rigueur les consignes de contrôle sanitaire.

Le Gouvernement remercie l’ensemble de la communauté internationale pour son appui conséquent dans la lutte contre la maladie, et ses témoignages de solidarité à l’endroit du Mali.

Le Gouvernement invite toutes les personnes ayant eu des contacts directs ou indirects avec les personnes déclarées positives à se faire identifier, pour un contrôle sanitaire, en appelant les numéros verts : 80 00 89 89 / 80 00 88 88 / 80 00 77 77.

Bamako, le 30 novembre 2014
Le Coordinateur du Centre Opérationnel d’Urgence
Pr Samba O. SOW

 

 

 

Situation de la maladie à virus Ebola à la date du 29 novembre 2014

 

 

 

Ce jour samedi 29 novembre 2014, la situation de la lutte contre la maladie à virus Ebola se présente comme suit :

- Sept (7) cas positifs : six (6) liés au patient guinéen et la fillette de Kayes ;
- Cinq (5) décès dont quatre (4) liés au patient guinéen ;
- Un (1) cas confirmé est en traitement dans un centre spécialisé ;
- Zéro (0) nouveau cas confirmé ce jour ;
- Zéro (0) cas suspect ce jour ;
- Levée de suivi sur Six (6) personnes-contacts ;
- Le nombre de personnes-contacts est de 280,
- Le nombre de contact suivi ce jour est de 273,
- Le nombre de contacts non vus est de sept (7), soit un taux de suivi de 97,5%

Par ailleurs, le Gouvernement signale qu’un cas initialement positif a été guéri et contrôlé négatif le vendredi 28 novembre 2014.
Le Gouvernement se réjouit de cette évolution, et félicite tous les services et toutes les personnes qui ont contribué à l’identification, au suivi et à la prise en charge, jusqu’à guérison de cette personne.

Le Gouvernement rappelle en conséquence à la population que la maladie à virus Ebola peut être guérie avec une prise en charge précoce.
Par conséquent, le Gouvernement appelle la population à la vigilance, et à signaler tout signe pouvant évoquer cette maladie aux services compétents, afin de réunir toutes les conditions favorables à une guérison.

Le Gouvernement renouvelle son soutien aux agents de la santé et aux services de sécurité pour faire respecter avec rigueur les consignes de contrôle sanitaire.

Le Gouvernement remercie l’ensemble de la communauté internationale pour son appui conséquent dans la lutte contre la maladie, et ses témoignages de solidarité à l’endroit du Mali.

Le Gouvernement invite toutes les personnes ayant eu des contacts directs ou indirects avec les personnes déclarées positives à se faire identifier, pour un contrôle sanitaire, en appelant les numéros verts : 80 00 89 89 / 80 00 88 88 / 80 00 77 77.

Bamako, le 29 novembre 2014

Le Coordinateur du Centre Opérationnel d’Urgence

Pr Samba O. SOW

 

 

 

Situation de la maladie à virus Ebola à la date du 28 novembre 2014

 

 

 

Ce jour vendredi 28 novembre 2014, la situation de la lutte contre la maladie à virus Ebola se présente comme suit :

- Sept (7) cas positifs : six (6) liés au patient guinéen et la fillette de Kayes ;
- Cinq (5) décès dont quatre (4) liés au patient guinéen ;
- Un (1) cas confirmé est en traitement dans un centre spécialisé ;
- Zéro (0) nouveau cas confirmé ce jour ;
- Un (1) cas suspect testé négatif ce jour ;
- Levée de suivi sur deux (2) personnes-contacts ;
- Le nombre de personnes-contacts est de 286.
- Le nombre de contact suivi ce jour est de 285,
- Le nombre de contact non vu est de un (1), soit un taux de suivi de 99,5%

Par ailleurs, le Gouvernement signale qu’un cas initialement positif a été guéri et contrôlé négatif ce jour.
Le Gouvernement se réjoui de cette évolution, et félicite tous les services et toutes les personnes qui ont contribué à l’identification, au suivi et à la prise en charge, jusqu’à guérison de cette personne.

Le Gouvernement rappelle en conséquence à la population que la maladie à virus Ebola peut être guérie avec une prise en charge précoce.
Par conséquent, le Gouvernement appelle la population à la vigilance, et à signaler tout signe pouvant évoquer cette maladie aux services compétents, afin de réunir toutes les conditions favorables à une guérison.

Le Gouvernement renouvelle son soutien aux agents de la santé et aux services de sécurité pour faire respecter avec rigueur les consignes de contrôle sanitaire.

Le Gouvernement remercie l’ensemble de la communauté internationale pour son appui conséquent dans la lutte contre la maladie, et ses témoignages de solidarité à l’endroit du Mali.

Le Gouvernement invite toutes les personnes ayant eu des contacts directs ou indirects avec les personnes déclarées positives à se faire identifier, pour un contrôle sanitaire, en appelant les numéros verts : 80 00 89 89 / 80 00 88 88 / 80 00 77 77.

Bamako, le 28 novembre 2014

Le Coordinateur du Centre Opérationnel d’Urgence

Pr Samba O. SOW

 

 

 

Rapport interne de l’OMS au MALI de la Maladie à virus Ebola (Situation du 28 Novembre 2014)

 

 

 

Situation du jour, après 2 tests consécutifs négatifs, la patiente hospitalisée au centre de traitement est sortie.

Cette sortie a fait l’objet d’une conférence de presse animée par le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique.
Les tests de laboratoire effectués sur les échantillons prélevés des 2 cas suspects dont 1 corps se sont révélés négatifs, et ont été considérés comme non cas;
1 cas confirmé reste hospitalisé au centre de traitement de Bamako. Le cas suspect testé négatif attend son second prélèvement...

 

 

 

Ebola: La transmission par le sperme possible jusqu'à 82 jours après guérison

  • Publié dans EBOLA

Le sperme pourrait continuer de transmettre le virus Ebola jusqu'à 82 jours après la guérison clinique du patient, soit près de 12 semaines, a annoncé vendredi l'Organisation mondiale de la santé (Oms) à Genève.

L'Oms préconise aux personnes infectées de s'abstenir de toute relation sexuelle, dont le sexe oral, durant les trois mois suivant l'apparition des premiers symptômes. Au cas contraire, utiliser des préservatifs, et garder une bonne hygiène après s'être masturbé.

Selon l’Oms, l'incubation du virus de la fièvre hémorragique Ebola peut normalement durer jusqu'à 21 jours, période pendant laquelle la personne doit rester en observation.

Mais les sujets atteints restent contagieux tant que le virus est présent dans leur sang et leurs liquides biologiques, y compris le sperme et le lait maternel. Dans une étude datant de 1995 sur un cas d'Ebola d'un patient de la République démocratique du Congo, l'organisation sanitaire affirme que des traces du virus avaient été retrouvées dans son sperme "82 jours après le début de son infection".

De telles traces, ajoute-elle, avaient également été retrouvées 40 jours après les premiers symptômes d'un patient convalescent en Ouganda, dans une étude de 2000 et 61 jours après dans une autre étude datant de 1977.

Selon le dernier bilan de l'Oms, publié le mercredi 26 novembre dernier, le nombre de morts dus à l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'élève à 5.689 sur un total de 15.935 personnes infectées.