Menu
A+ A A-
Ateliers

Ateliers (106)

SYNTHESE GENERALE DE L’ATELIER DE FORMATION DES MEMBRES DES PLATEFORMES REGIONALES « UNE SEULE SANTE » (PRUSS) DE GAO, KIDAL ET MENAKA SUR L’ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE EN SITUATION DE CRISE SANITAIRE (EC-SCS)

L’an deux mil vingt-deux et du vingt-quatre au vingt-six août s’est tenu dans la salle de conférence de l’hôtel « la fleur du désert », l’Atelier de Formation des Membres des Plateformes Régionales « Une Seule Santé » (PRUSS) de Gao, Kidal et Ménaka   sur l’Engagement Communautaire en Situation de Crise Sanitaire (EC-SCS) sous la présidence du Gouverneur de la Région de Gao représenté par son Directeur de cabinet sur financement de Breakthrough ACTION.
Etaient présents :
1.    Niveau national :
1.    le représentant de la Direction Nationale des Services Vétérinaires (DNSV);
2.    la représentante de l’Institut National de Santé Publique (INSP) ; 
3.    la représentante de l’Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale (ANTIM).
4.    Niveau régional
Les points focaux de la plateforme Une Seule Santé des Directions Régionales de la santé, des Services Vétérinaires, de l’Agriculture, des eaux et Forêts des régions de Gao, Kidal et Ménaka,
5.    Partenaires :
1.    la Directrice du Projet Breakthrough ACTION;
2.    le médecin d’appui OMS à la DRS de Gao ;
3.    la représentante du Bureau d’étude Koulé Consulting.
L’objectif général était :
Renforcer les capacités des acteurs régionaux en matière d’engagement communautaire en situation de crise sanitaire et de communication de risques.
Les objectifs spécifiques étaient :
Renforcer les connaissances et les compétences des participants principalement sur les aspects ci-après :
1.    Orientations générales
2.    Définition de quelques concepts fréquemment clés utilisées lors des crises sanitaires
3.    Importance de la Communication des Risques et l’Engagement Communautaire (CREC) dans la gestion des crises sanitaires
4.    Etapes du processus READY de l’Engagement Communautaire
5.    Intégration de la dimension genre et des droits humains dans la CREC
6.    Facilitation et Co facilitation
Les différentes interventions ont marqué les cérémonies d’ouverture et de clôture :
1.    La Directrice Pays du projet Breakthrough ACTION, dans son intervention a souhaité la bienvenue aux participants et évoqué les raisons qui ont motivé le Projet à la réalisation de cet atelier qui est organisé pour toutes les régions du Mali, tout en soulignant l’importance de la collaboration intersectorielle dans le cadre de l’approche ‘Une Seule Santé’ et que l’appui de son organisation serait toujours constant.
2.    le représentant de la Plateforme Nationale ‘Une Seule Santé’ a salué les participants, rappelé les insuffisances constatées lors des évaluations précédentes : l’évaluation Externe Conjointe et l’Evaluation de la Performance des Services Vétérinaires des capacités du Mali pour la mise en œuvre du Règlement Sanitaire International 2005 réalisées respectivement par l’Organisation Mondiale de la Sante en juin 2017 et l’Organisation Mondiale de Santé Animale en novembre 2017 qui ont attribué à la communication des Risques des scores allant de 1 à 2 (faibles ou capacités limites) sur une échelle de 1 à 5. Il a au nom de la Plateforme Nationale ‘Une Seule Santé’ et à son nom propre remercié particulièrement l’USAID à travers le projet Breakthrougt ACTION pour son appui constant et indéfectible.
3.    Pour le représentant de Monsieur le Gouverneur, il a d’abord souhaité la Bienvenue à l’ensemble des participants, a présenté l’historique de l’approche ‘Une Seule Santé’ au Mali et a situé l’atelier dans son contexte avant de remercier l’ensemble des participants et l’appui technique et financier du partenaire. Tout en souhaitant plein succès aux travaux, il a déclaré ouvert l’atelier.
Les présentations ont porté sur :
1.    Le rappel de quelques concepts ;
2.    La facilitation et Co-facilitation ;
3.    La communication des Risques et de l’engagement Communautaire (CREC) ;
4.    Le processus READY de l’Engagement Communautaire (obtenir l’adhésion et le soutien des leaders communautaires, collecter et analyser les données de la communauté pour une prise de décision, orienter les leaders et groupes communautaires pour leur implication, orienter la communauté sur le processus d’engagement communautaire, Elaborer et mettre en œuvre des plans de riposte communautaire et assurer un feedback et suivi régulier dans la communauté)
5.    L’écoute dynamique et Gestion des Rumeurs ;
6.    L’intégration du Genre et des droits humains dans les stratégies de la communication des risques et l’engagement communautaire ;
7.    La simulation relative à la réaction de la communauté face à une crise sanitaire ;
8.    Les bonnes pratiques en matière de CREC dans le cadre de la gestion des crises sanitaires ;
9.    Les outils d’évaluation pour l’étape 2 et la capacité des pays dans le cadre du RSI.
Les travaux de groupe avec restitution en plènière ont été effectués.
Au cours de ces présentations, différents points ont fait l’objet d’échanges/discussions à savoir :
1.    L’action proportionnée dans le RSI ;
2.    Le concept d’approche multilatérale dans un Programme Mondial de Sécurité Sanitaire ;
3.    La responsabilité de déclaration d’une crise sanitaire comme étant une Urgence de Santé Publique de Portée Internationale ;
4.    La différence entre infodémies et rumeurs ;
5.    L’Implication et l’engagement des personnes affectées ;
6.    L’identification des leaders communautaires à rencontrer au niveau de la région ou du district ;
7.    Les défis dans l’identification des leaders communautaires ;
8.    La confiance entre la communauté et les mobilisateurs communautaires ;
9.    La perte de confiance entre la communauté et les mobilisateurs communautaires ;
10.    L’arbre à problème.
A tous ces points, des réponses satisfaisantes ont été apportées.
Au terme de l’atelier, des recommandations suivantes ont été formulées :
Recommandations    Responsables
Faire la restitution au retour dans les différents services    Participants
Former les agents au niveau des cercles    DRS/DRSV/DRA/DREF/Partenaires


Gao, le 26 Août 2022
L’atelier

En savoir plus...

L’atelier de remplissage de l’outil de collecte des données de l’auto-évaluation du RSI (2005) et de l’outil SPAR (outil d’évaluation annuelle du RSI)

L’an deux mil vingt-deux, du vingt-huit Février au quatre Mars, s’est tenu l’atelier deremplissage de l’outil de collecte des données de l’auto-évaluation du RSI (2005) et de l’outil SPAR (outil d’évaluation annuelle du RSI) dans la salle de conférence de l’Hôtel club de Sélingué.

Cet atelier a été organisé dans le cadre du processus d’évaluation interne du RSI (2005) par le Ministère de la Santé et du Développement Social à travers le point focal RSI avec l’appui financier de la Banque Mondiale à travers le projet REDISSE III.r

La cérémonie d’ouverture a été marquée par deux interventions dont :

Celle du spécialiste en suivi-évaluation et Coordinateur par Intérim de REDISSE III, celui-ci a remercié les participants d’avoir répondu à l’appel. Il a rappelé les objectifs de l’atelier et l’importance du travail qui sera fait pour répondre à une exigence du RSI.

Celle de la Conseillère Technique Juridique du Ministère de la Santé et du Développement Social (MSDS), représentantle Secrétariat Permanent de la Plateforme Nationale « Une Seule Santé » au Mali.i

Les objectifs de cet atelier étaient:

 

·         la présentation des résultats de l’évaluation interne des capacités de mise en œuvre du RSI (2005) au Mali ;

 

·         la validation des données collectées ;

 

·         le remplissage de l’outil SPAR.

 

Pour plus d’informations, télécharger le rapport de synthèse de l’atelier.

 

En savoir plus...

Atelier de formation des points focaux sur les concepts liés aux Violences Basées sur le Genre (VBG) et les pratiques néfastes

 

L’an deux mille vingt-deux et du 03 au 07 janvier s’est déroulé au Centre de Formation des Collectivités Territoriales (CFCT) de Koulikoro, l’atelier de formation des points focaux sur les concepts liés aux Violences Basées sur le Genre (VBG) et les pratiques néfastes. Il est organisé par la Cellule de Planification et de Statistique Secteur Santé, Développement Social et Promotion de la Femme sur financement ABS SSR/CANADA. La facilitation a été assurée par le Programme National pour l’abandon des Violences Basées sur le Genre (PNVBG).

 

L’Objectif général de l’atelier était d’outiller les points focaux Genre (f/h) en matière de Violences Basées sur le Genre (VBG) et des pratiques néfastes à la santé de la femme et de la fille. De façon  spécifique, il s’agit de 

 

-          comprendre les concepts liés aux VBG et les pratiques néfastes à la santé de la femme et de la fille ;

 

-          s’approprier du mécanisme et de la problématique de lutte contre les VBG et des pratiques néfastes à la santé de la femme et de la fille ;

 

-          décrire les mesures de lutte contre les VBG et les pratiques néfastes à la santé de la femme et de la fille.

 

 

La cérémonie d’ouverture a été marquée par l’allocution du Point Focal du Comité Sectoriel d’Institutionnalisation de la Politique Nationale Genre du SS- DS-PF qui a placé l’atelier dans son contexte et a fait un rappel sur les attentes de l’atelier et les objectifs des termes de références. Il a exhorté les participants à plus d’assiduité pour l’atteinte des objectifs et a adressé ses mots de remerciement aux partenaires techniques et financiers particulièrement le partenaire ABS SSR/CANADA pour son appui financier pour la tenue de ce présent atelier.

 

Les présentations ont porté entre autres sur :

 

-          la présentation du Programme National sur les Violences Basées sur le Genre (PNVBG) qui s’articule autour des points suivants :

 

o   le contexte de création du PNVBG ;

 

o   les missions du PNVBG ; 

 

o   les actes posés par le PNVBG depuis sa création

 

-          les Pratiques Traditionnelles Néfastes (PTN) qui ont porté sur l’excision, origine, types et ampleur, les raisons de la pratique et les conséquences.

 

-          les raisons populaires justifiant la pratique de l’excision au Mali ;

 

-          les traités et conventions signés ratifiés par l’Etat du Mali mais aussi sur le cadre légal national ;

 

-          les formes de violence ;

 

-          les typologies des VBG

 

-          les Mutilations Génitales Féminines ;

 

-          l’ampleur des VBG ;

 

-          les principales causes à la base des VBG ;

 

-          les conséquences des VBG ;

 

-          les facteurs favorisants la résilience ;

 

-          les principes directeurs des VBG ;

 

-          les notions de communication (ce qu’il faut éviter en communication)

 

-          le rôle des acteurs.

 

 

 

Par ailleurs, les raisons populaires justifiant la pratique de l’excision au Mali ont été évoquées telles que les mythes, l’hygiène et l’esthétique, le contrôle de la sexualité, l’effet maléfique du clitoris, la religion… A toutes ces présentations plusieurs questions de compréhensions et de commentaires ont étés évoquées par les participants et des réponses satisfaisantes ont étés données par le facilitateur.

 

 

 

Recommandations formulées sont les suivantes:

 

-          mettre en place un cadre législatif règlementaire des VBG au Mali ;

 

-          assurer le respect des dispositions de la loi N°2015-052 du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives ;

 

-          revoir les stratégies de communication pour l’abandon des VBG ;

 

-          étendre la formation au niveau des services déconcentrés ;

 

-          promouvoir des activités de réinsertion sociale des survivantes ;

 

-          prévoir un atelier de renforcement de capacités des points focaux sur l’importance de la base de données sur les VBG ;

 

-          respecter l’assentiment et le consentement dans la gestion de VBG.

 

En savoir plus...

Atelier de formation des points focaux une santé et des professionnels des Médias des Régions Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka et Taoudéni sur la communication des risques(CR) dans le cadre de l’approche une seule Santé

Du 03 au 05 décembre 2021 s’est  tenu dans la salle de réunion de l’hôtel Fanta N’DONGO de Ségou l’atelier de formation des points focaux une santé et des professionnels des Médias de Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka et Taoudéni sur la communication des risques(CR) dans le cadre de l’approche une seule Santé.
L’atelier a été organisé par Breakthrough ACTION (BA)/USAID.
la Cérémonie d'ouverture a été marquée par quatre interventions. Il s’agit de :
- Celle de la directrice de BA qui après avoir rappelé les objectifs de la formation a remercié les facilitateurs nationaux pour leur disponibilité. et elle a réitéré l’engagement de sa structure  à accompagner le  gouvernement dans sa lutte contre les maladies à potentiel épidémiques et zoonotiques ;
- Celle du Charge de communication de l’OMS  qui au nom des partenaires des partenaires techniques et financiers a remercié le projet BA/USAID et renouvelé l’accompagnement de tous les partenaires ;
- Le  Secrétaire Permanent de la plateforme Une Seule Santé du Ministère de l’Agriculture a mis l’accent sur le rôle du secrétariat permanent et la mise en place de la plateforme dans les régions de Gao, Kidal, Taoudénit et Ménaka ;
- Celle du Conseiller à la Sécurité du Gouverneur de la Région de Ségou qui après avoir souhaité la bienvenue aux participants dans la cité légendaire des balanzans, a placé l’atelier dans son contexte. il a invité les participants a plus d’assiduité dans le travail afin d’atteindre les objectifs assignés à la formation. Tout en souhaitant plein succès aux travaux, il a déclaré l’atelier ouvert.   
Les travaux ont porté essentiellement sur:
- Règlement Sanitaire International, Programme Mondial de la Sécurité Sanitaire, Sécurité sanitaire des aliments, Résistance aux antimicrobiens, Urgence de Santé Publique de Portée Internationale, Sécurité biologique, Sûreté biologique, Approche multisectorielle, Approche multidisciplinaire, l’Infodemie, Risques et Danger, journalistes/acteurs de média, porte-parole du gouvernement ;
- L’aperçu général sur l’approche Une seule Santé ;
- La description de la plateforme Nationale Une seule Santé et ses organes ;
- La définition et la description des maladies zoonotiques prioritaires et principaux Evènements de Santé Publiques Majeurs (ESPM) ;
- La Sécurité Sanitaire des aliments (SSA) ;
- La Résistance aux Antimicrobiens (RAM);
- La survenu d’un ESPM ;
- La gestion des rumeurs : cas de Virus Ebola au niveau d’un point d’entrée ;
- Les outils d’évaluation ;
- Les documents de références.



 

En savoir plus...

Atelier de révision des supports de communication sur la prévention et la réponse à la maladie à virus Ebola à Fana, du 17 au 19 Mai 2021

L’an deux mille vingt un et du dix-sept au dix-neuf mai se sont déroulés dans la salle de conférence de l’hôtel Auberge Titi de Fana, les travaux de l’atelier de révision des supports de communication sur la prévention et la réponse à la maladie à virus Ebola à Fana.

 

Etaient présents à cette rencontre :

 

Niveau national :

 

-          03 représentants du Centre National d’Information, d’Education et de Communication pour la Santé ;

 

-          01 représentant de l’Agence Nationale de la Télésanté et d’Informatique Médicale ;

 

-          01 représentant du Centre National d’Appui à la Santé Animale ;

 

-          01 représentant de l’Institut National de la Santé Publique ;

 

-          01 représentant de l’Hôpital de Dermatologie de Bamako

 

-          03 représentants de Breakthrough ACTION.

 

Niveau Local (District sanitaire) :

 

-          Le Médecin chef du district sanitaire de Fana ;

 

-          Le Chef du Service Local du Développement Social et de l’Economie Solidaire de Fana ;

 

-          Le Chef du service local de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille de Fana ;

 

-          Le représentant de la FELASCOM de Fana ;

 

-          Le secrétaire général du RECOTRADE de Fana ;

 

La cérémonie d’ouverture, placée sous la présidence de la représentante du Centre National d’Information, d’Education et de Communication pour la Santé (CNIECS) a été marquée par trois interventions dont celle du Médecin chef du district sanitaire qui après les salutations d’usage, s’est réjoui de la tenue de la présente rencontre à Fana avant de souhaiter la cordiale bienvenue aux participants.

 

Le représentant du partenaire technique et financier a fait un tour d’horizon du contexte dans lequel se tient le présent atelier à savoir la révision des supports de communication sur la prévention et la réponse à la maladie à virus Ebola. Il a rassuré les participants de l’accompagnement sans faille du partenaire pour la mise en œuvre des recommandations issues des travaux de cet atelier.

 

La représentante du CNIECS a dans son discours d’ouverture rappelé l’objectif majeur de cet atelier qui est de réviser les supports de communication sur la prévention et la riposte à l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Elle a ensuite invité l’ensemble des participants à une participation active aux travaux de groupe pour l’atteinte des objectifs.

 

Les objectifs de l’atelier sont :

 

Objectif général :

 

Réviser/développer les supports de communication sur la prévention et la riposte à l’épidémie de la maladie à virus Ébola

 

Objectifs spécifiques

 

-          Passer en revue les supports visuels (affiches, aide-mémoire, plaquettes, flyers, etc.) sur la MVE de 2014 et apporter des corrections si nécessaires ;

 

-          Mettre à jour les messages, les microprogrammes et spots TV et audio pour de nouvelles productions sur la prévention de la MVE ;

 

-          Proposer de nouveaux messages prenant en compte la coexistence Maladie à Coronavirus et MVE.

 

La méthodologie utilisée a consisté à faire :

 

-          la présentation et discussions sur les supports de 2014 ;

 

-          les Travaux de groupe sur la correction par type de support (Affiches, dépliants, aide-mémoire, flyers, spots et microprogrammes, guides, etc.) ;

 

-          la Plénière sur les résultats des travaux de groupe.

 

Les présentations ont porté sur les supports de communication Ebola qui sont essentiellement axés sur :

 

Ø  le kakemono sur les mesures de prévention contre la maladie à virus Ebola ;

 

Ø  les affiches avec des numéros verts pour indiquer les voies en face des cas suspects ;

 

Ø  l’aide-mémoire sur les manifestations et les modes de transmission de la maladie à virus Ebola ;

 

Ø  les dépliants sur les méthodes de réduction de la propagation de la maladie et les bonnes pratiques à promouvoir ;

 

Ø  les panneaux sur les gestes barrières et les numéros verts ;

 

Ø  les messages destinés aux communautés pour la lutte contre la maladie à virus Ebola.

 

Ce fut ensuite la répartition des participants en deux (02) groupes de travail avec comme mandat d’une part de réviser le contenu des différents supports imprimés de communication en matière de lutte contre la maladie à virus Ebola et d’autre part d’élaborer des microprogrammes et spots.

 

Les résultats de ces travaux de groupes ont été présentés et amendés en plénière.

 

Un canevas provisoire sur le dialogue communautaire a été élaboré par les participants qui servira de document de base pour la mise en place d’une référence nationale en matière de dialogue communautaire au Mali. , un bref rappel a été fait sur la gestion des rumeurs au niveau du centre d’appel.

 

L’atelier a pris fin par les mots de remerciement des participants à l’endroit du partenaire technique et financier pour l’appui qui nous a permis d’atteindre des résultats appréciables.

 

Au terme des travaux de l’atelier, les recommandations suivantes ont été formulées :

 

En savoir plus...

Revue du Plan de Communication sur les Risques et Engagement communautaire pour la riposte contre le coronavirus

L’an deux mille vingt un et du vingt- cinq  au vingt-six janvier, s’est tenu au Centre de formation Marie DELHEZ  à Koulikoro, l’atelier sur la revue du plan de communication sur les risques et l’engagement communautaire pour la riposte contre le coronavirus.

 

L’atelier est organisé par le centre national d’information, d’éducation et de communication pour la santé (CNIECS) sur financement USAID/ Breakthrough Action sous le leadership du secrétariat permanent de la Plateforme Une Seule Santé.

 

L’objectif de cet atelier était de faire le point d’exécution des activités programmées dans le plan de communication des risques et engagement communautaire pour la riposte de la COVID-19.

 

Au total une vingtaine de participants ont pris part à cet atelier de deux jours, (voir en annexe la liste de présence).

 

L’atelier a démarré par le mot de bienvenue de Dr Hamadoun Dia, conseiller santé numérique et engagement communautaire à Breakthrough Action qui a salué de vive voix les participants d’avoir fait le déplacement sur Koulikoro la capitale du Méguétan et a donné la parole au secrétaire permanent de la plateforme « Une Seule Santé », Dr Youma Sall Coulibaly pour son discours d’ouverture.

 

Dr Sall, dans son intervention a remercié le CNIECS et  Breakthrough Action pour la tenue de cet atelier. Elle a aussi exhorté les participants à plus de rigueur dans l’analyse pour enrichir le contenu  du plan qui est un document capital pour le département de la santé. Selon, le secrétaire permanent de plateforme USS, ce plan de communication sur les risques et engagement communautaire sert de référence afin d’apporter une meilleure réponse à la pandémie de COVID-19. Après le discours d’ouverture de l’atelier, il y a eu un tour de table pour coller un visage à chaque nom. A la suite de cela, les participants ont été divisés  en deux groupes de travail ayant un même mandat. La méthodologie utilisée était basée sur la présentation du plan afin d’évaluer le niveau de sa mise en œuvre. Pour ce faire des canevas de travaux de groupe ont été donnés à chaque groupe.

 

Les travaux de groupe ont porté  entre autres sur :

 

-L’analyse du processus de la communication des risques et engagement communautaire ;

 

-L’évaluation du niveau de réalisation du plan ;

 

-L’analyse du mécanisme de mobilisation des ressources financières ;

 

L’identification des forces et insuffisances du plan ;

 

-La proposition des recommandations pour améliorer la mise en œuvre du plan ;

 

Les travaux de groupe ont continué au deuxième jour de l’atelier.

 

A l’issu de cet exercice, les participants se sont réunis en session plénière. Au cours de laquelle, les discussions ont porté principalement sur :

 

L’octroi  de deux cent cinquante mille masques  par la primature pour soutenir l’opération Kata-Katani  financée par l’UNICEF.

 

Les considérations socio-culturelles (non-respect des mesures) et les événements sociaux ;

 

A l’issue des travaux de groupe les recommandations suivantes ont été formulées qui sont entre autres :

 

  • Prioriser les activités non réalisées ou en cours de réalisation ;
  • Intégrer la communication sur la vaccination contre la covid-19 dans le plan ;
  • Etendre la formation en communication de risque jusqu’au niveau opérationnel ;

 

·         Disséminer le plan révisé  auprès de toutes les parties prenantes dans un bref délai ;

 

·         Assurer une bonne coordination des acteurs dans la mise en œuvre des activités de communication ;

 

·         Intensifier la communication pour le changement de comportement à risque dans la communauté (déni  de la maladie, relâchement de certains gestes barrière).

 

 

 

                                                                               Koulikoro, le 26 janvier 2021

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En savoir plus...

Cartographie du personnel de santé des Structures centrales et des Districts sanitaires des secteurs public, privé et collectivités territoriales relevant du District de Bamako

Du 06 au 17 juillet 2020 à l’INRSP se tiendra l’atelier Atelier pour la cartographie du personnel de santé des Structures centrales et des Districts sanitaires des secteurs public, privé et collectivités territoriales relevant du District de Bamako.

Présidé par Mr Etienne COULIBALY, Directeur Général de Ressources Humaines, cet atelier permettra de renforcer le logiciel SI-GRH qui est de construire une réelle légitimité quant à l’appropriation de ce logiciel par tous les chargés Ressources Humaines.

Pour en savoir plus, cliquez sur le Discours du DG de la DRH.

 

En savoir plus...

Rencontre du Groupe Thématique du PRODESS en appui aux Ressources Humaines

 

L’An deux mil vingt et du dix-huit au dix-neuf juin s’est tenu dans la salle de conférence de la Maison des Aînés l’atelier du Groupe Thématique du PRODESS en appui RH relatifs à la dissémination de la nouvelle Politique du Développement des Ressources Humaines et l’appui à la riposte au Covid19 au Mali, sur le financement du projet HRH de l’USAID exécuté par Intrahealth.

 

Cet important atelier organisé par la Direction des Ressources Humaines du Secteur de la Santé et du Développement Social étendu à la Promotion de la Famille a regroupé une quarantaine de participants et quelques partenaires privilégiés comme OMS, HRH Intrahealth de l’USAID, Save the Children, l’UNICEF, MUSKOKA, CLAC du Canada. L’innovation majeure est que certains participants ont suivi l’atelier par visioconférence.

 

Il s’est tenu dans un contexte particulier où toutes les attentions convergent vers la pandémie à Covid-19. A cet effet, la DRH a tenu au respect strict des mesures barrières telle la distanciation d’un mètre entre les participants, le port de masque et l’usage du gel hydro alcoolique.

 

Objectif principal 

 

Partager les stratégies de développement des ressources humaines et partager l`Outil COVID-19 WISN pour l’aide à la riposte au Covid19 avec les parties prenantes du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales.

 

Objectifs spécifiques

 

  • Faire l’exposé des stratégies de développement des ressources humaines ;
  • Requérir les points d’éclaircissement sur les deux documents ;
  • Remettre un exemplaire de chaque document à chacun des participants à l’atelier ;
  • Partager les résultats préliminaires de l’outil d`évaluation rapide de la charge du travail personnel de santé et des sites de prise en charge (COVID 19 WISN) pour l’aide à la riposte au Covid19 au Mali ;
  • Echanger sur les perspectives et prochaines étapes pour la participation active de la DRH a la lutte contre le COVID 19 au Mali.

 

La cérémonie d’ouverture a été marquée par trois interventions majeures. Il s’agit des allocutions de Dr Jeanne TESSOUGUE d’Intrahealth Mali, de Monsieur Etienne Coulibaly Directeur des ressources humaines et du Représentant du Ministre en Charge de la Santé et des Affaires Sociales.

 

            Dr Jeanne TESSOUGUE à l’entame de ses propos a réitéré ses remerciements à l’endroit de la DRH pour leur disponibilité et leur leadership. Elle a rappelé que le Projet Renforcement des Ressources Humaines dont les axes d’intervention sont l’appui à la gestion des RH, le déploiement du SI GRH et l’appropriation de l’outil SI GRH tire vers sa fin.

 

            Dans son discours d’ouverture, le Directeur des Ressources humaines a souligné l’importance de l’atelier et souhaité la cordiale bienvenue aux participants et aux partenaires techniques et financiers qui accompagnent la DRH.  Il a surtout évoqué le contexte de la mise en œuvre de la Politique de développement des Ressources Humaines, marqué par la pandémie à COVID 19, la pénurie des RH, la qualité et l’offre de soins, entre autres. 

 

            Enfin, le représentant du ministre en chargé de la Santé et des Affaires Sociales dans son allocution a salué la disponibilité du cadre programmatique à savoir la Politique de développement des RH assorti d’un plan d’actions stratégiques intégré à l’horizon 2019-2023.  Il a aussi ajouté que la couverture sanitaire universelle et l’atteinte des ODD passe le processus de révision du cadre organique de la DRH, la mise en œuvre d’outils et de méthodes de travail plus innovantes, la formation continue, la mise en place de mécanisme pour renforcer la résilience contre le désert médical et le défi de la rétention des agents au poste entre autres. Enfin, Il a déclaré ouvert les travaux de l’atelier.

 

Après un tour de table des participants, l’agenda de l’atelier et les TDR ont été présentés pour d’éventuels commentaires et amendements.

 

La présentation sur les stratégies de la politique de développement des ressources humaines a porté sur les éléments suivants :

 

  • Planification et développement des RH ;
  • Développement des compétences ;
  • Gouvernance ;
  • Mobilisation et valorisation ;
  • Dialogue social et conditions de travail ;
  • Performance et efficacité.

 

A l’issue de la présentation, des questions ont été posées par les participants auxquelles des réponses satisfaisantes ont été apportées par rapport aux points suivant :

 

-      La prise en compte des ASC dans le système de santé ;

 

-      La contribution du secteur privé dans la mise en œuvre de la stratégie de développement des ressources humaines pour la santé aussi bien dans la production que dans le recrutement des RH vue leur contribution dans la formation des paramédicaux et dans la prestation de soins ;

 

-      la prise en compte communautaire de l’estimation des besoins ;

 

-      le recrutement des médecins chômeurs pour faire face à la pandémie COVID19 ;

 

-      rehaussement du niveau d’implication des ordres professionnels en santé dans la lutte contre la COVID19 ;

 

-      la mise à jour régulière des données RH dans le logiciel SI-GRH ;

 

-      l’utilisation efficiente des ressources humaines et financières dans la lutte contre la pandémie.

 

A l’issue de l’atelier, les recommandations suivantes ont été formulées :

 

-          Développer et mettre  en place un mécanisme  incitant le personnel à servir  en milieu rural (district et ou aire de santé);

 

-          Augmenter les primes de zone incitant le personnel à servir  en milieu rural ;

 

-          Décentraliser le recrutement;

 

-          Organiser annuellement les concours de la fonction publique des collectivités;

 

-          Mettre en place une stratégie de formation des agents de la santé et du développement social au niveau des collectivités territoriales (Responsable : DRH, Partenaires : CFCT, DNFPCT);

 

-          Mettre en place un cadre de concertation entre le ministère de la santé et ministère des collectivités territoriales ;

 

-          Renforcer les capacités et les compétences du personnel de la DRH-SSDS ;

 

-          Mettre à la disposition de la DRH-SSDS un groupe électrogène ou un dispositif de panneau solaire pour une autonomisation de l’électricité;

 

-          Décentraliser la formation initiale des agents de santé ;

 

-          Proposer une relecture des cadres organiques des structures du secteur en tenant compte des nouvelles spécialités;

 

-          Réviser le plan de communication en appui à la mise en œuvre de la politique ;

 

-          Mettre en place un système efficace de suivi du personnel ;

 

-          Valoriser la fonction de praticien hospitalier ;

 

-          Accentuer la contribution du secteur privé dans la mise en œuvre de la stratégie de développement des ressources humaines pour la santé ;

 

-          La prise en compte des frais de connexion internet par les DRS, CSRéf, Services centraux, les hôpitaux pour la mise à jour régulière des données dans la base de données du logiciel SI-GRH ;

 

-          Faire la cartographie des écoles de formations en santé au Mali.

 

Les prochaines étapes sont :

 

-          Appropriation de la DRH-SSDS à l’outil WINS COVID19 ;

 

-          Recherche de partenariat plus fécond par la DRH-SSDS pour avoir des fonds supplémentaires ;

 

-          Présentation de l’outil aux comités de crise et de gestion de COVID19 ;

 

-          L’extension de l’outil COVID 19 avec l’élaboration d’un plan de mise à l’échelle.

 

La cérémonie de clôture a été marquée par l’intervention de la représentante du projet HRH de l’USAID/Intrahealth qui a remercié les participants pour leur assiduité aux travaux et qui incite la DRH-SSDS à être plus agressive dans la recherche de fonds avec d’autres partenaires pour la réalisation de ses activités et mieux se positionner dans les comités de gestion et de crise. L’atelier a été clôturé par la Directrice Adjointe des ressources humaines qui a remercié le projet HRH de l’USAID/Intrahealth pour leur appui constant auprès de la DRH tout en souhaitant une nouvelle phase du projet car celui tend vers sa fermeture. Elle a remercié l’ensemble des participants et leur a souhaité un bon retour dans leur foyer respectif.

 

 

 

Bamako, le 19/06/2020

 

L’atelier

 

 

 

En savoir plus...

Atelier d’élaboration du plan quinquennal de communication du Centre Hospitalier Universitaire Bocar Sidy SALL de Kati

L’an deux mille dix-neuf, du sept au onze janvier, se sont tenus dans la salle de réunion du service d’imagerie médicale, les travaux de l’atelier d’élaboration du plan de communication 2019-2023 du CHU-BSS de Kati.

Les travaux ont débuté avec la cérémonie d’ouverture qui a été marquée par deux (02) interventions, à savoir :

-          L’introduction par la représentante du Directeur du CNIECS, qui a remercié la Direction Générale de l’hôpital pour cette initiative visant à améliorer la communication interne et externe.

-          Le discours d’ouverture du Directeur Général de l’hôpital qui après avoir remercié et souhaité la bienvenue aux participants, leurs a adressé ses vœux de nouvel an. Il a ensuite rappelé les objectifs de l’atelier et l’importance du plan de communication qui est un outil indispensable pour le bon fonctionnement d’un hôpital et la satisfaction des usagers. Enfin, le Directeur a aussi signalé que le ministère de tutelle avait instruit l’élaboration d’un plan de communication appuyé par une recommandation du Conseil d’Administration.

Suivant le programme inscrit à l’ordre du jour, il a été procédé à la présentation des participants, des objectifs de l’atelier ainsi que des formalités administratives. Ceci a été suivi par la lecture/l’adoption de l’agenda, l’élaboration des normes de travail et la désignation des rapporteurs du jour et de l’atelier.

Ont pris part à cet atelier, les représentants des structures ci-dessous :

§  Centre National d’Information d’Education et de Communication pour la Santé (CNIECS)

§  Direction Nationale de la Santé (DNS)

§  Agence Nationale d’Evaluation des Hôpitaux (ANEH)

§  Agence Nationale de Télésanté et D’Informatique Médicale (ANTIM)

§  Direction Générale de l’Hôpital

§  Conseil d’Administration de l’Hôpital

§  Centre de Santé de Référence de Kati (CSREF)

§  Mairie de la commune urbaine de Kati

§  Union des Radios et Télévisions Libres (URTEL)

§  Service local de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille (DRPFEF)

§  Société Civile : ONG Le/Tonus

§  Djénné Communication

§  Les représentants  des différents services de l’hôpital.

Les travaux proprement dits ont commencé par trois (03) présentations par les facilitateurs :

-          Les résultats du sondage rapide sur la communication du CHU-BSS de Kati dont les objectifs visaient à :

·         Analyser les perceptions et préoccupations des usagers et du personnel de l’hôpital de Kati en matière de communication.

·         Apprécier les canaux/moyens de communication interne

·         Apprécier les canaux/moyens de communication externe/relations publiques

·         Identifier les acquis et faiblesses de la communication de l’hôpital de Kati

·         Proposer des recommandations stratégiques pour améliorer la communication.

-          Le processus P : est un outil d’élaboration du plan et de mise en œuvre des activités de communication qui s’articule sur cinq (05) étapes :

o   Etape 1: Analyse

o   Etape 2: Conception stratégique

o   Etape 3: Élaboration et pré-test

o   Etape 4: Mise en œuvre et suivi

o   Etape 5: Evaluation et reprogrammation

 

-       Canevas du plan de communication : qui donne l’ossature du document en douze (12) points

A la suite de ces présentations, quelques questions de compréhension ont été discutées par les participants entre autres la prise en charge totale des patients démunis, l’information des usagers, l’amélioration des conditions de travail.

Après ces présentations, les participants ont été répartis en trois (03) groupes de travail avec les mandats ci-dessous :

Groupe 1 : Aperçu sur les données socio administratives et démographiques, Contexte/Analyse de situation

Groupe 2 et 3 : Analyse FFOM

-          Forces

-          Faiblesses

-          Opportunités

-          Menaces

Ensuite interviendra la plénière sur les travaux des groupes deux (02) et trois (03). Beaucoup de discussions ont été faites sur l’analyse FFOM. Les observations les plus pertinentes ont porté sur les points suivants :

-          Volonté de la Direction pour mettre en place une communication efficace et efficiente

-          Existence de 2 guichets au bureau des entrées

-          Existence d’un logiciel de gestion de l’hôpital

-          Tenue de réunions interservices, de staff, d’assemblées générales.

-          L’existence de la flotte mobile santé et d’interphone entre les services

-          Existence de notes de services, de circulaires, de comptes rendus, rapports

-          Existence de filet social.

Après la plénière, les participants ont continué les travaux dans leurs groupes respectifs sur l’identification des problèmes, l’analyse causale et les comportements à promouvoir.

La troisième journée a commencé par la poursuite des travaux de groupe, suivi de plénière des groupes deux et trois. Les problèmes identifiés ont porté sur :

-          Les usagers du CHU de Kati ne bénéficient pas d’un bon accueil et d’une orientation adéquate à tous les niveaux

-          Le personnel de l’hôpital ne communique pas suffisamment entre eux

-          Le personnel ne donne pas assez d’informations aux patients et accompagnants sur leurs maladies et les conseils pratiques

-          L’hôpital n’informe pas suffisamment les usagers par rapport aux services et au circuit de paiement

-          Insuffisance de ressources financières allouées

-          Risques d’arnaque des usagers

-          Insuffisance d’information des usagers  sur le circuit de paiement

-          Insuffisance des ressources matérielles

-          Faible capacité de fonctionnalité des nouvelles spécialités

-          Méconnaissance des nouvelles spécialités par les usagers

Après ceux-ci, le groupe 1 a présenté le résultat de ses travaux qui portaient sur deux points essentiels à savoir :

-          Aperçu sur les données socio administratives et démographiques

-          Contexte/Analyse de situation

Après quelques contributions se rapportant à leurs résultats, les travaux de groupe ont continué jusqu’au dernier jour et portaient sur :

·         Groupe 1 : la vision, les objectifs de communication, les groupes cibles et Axes stratégiques

·         Groupe 2 et 3 : Remplissage du cadre logique (Résultats, activités, canaux et supports, indicateurs de  performance, responsable, période).

La suite des travaux du dernier jour ont porté sur les plénières des thèmes cités ci-dessus. Certaines recommandations ont été formulées au cours de l’atelier :

1.      Organiser les services en département

2.      Développer et rechercher le partenariat avec les ONG et Les PTF (CA et direction générale)

3.       Sensibiliser à l’interne sur la prévention des maladies

4.      Impliquer tous les acteurs (personnel et usagers) dans le processus de communication pour la satisfaction de tous.

5.       Renforcer les capacités en outils informatiques les chefs de services et surveillants (ordinateurs, tablettes) pour le traitement des courriers.

6.       Installer les câbles pour étendre le réseau à tous les services,

7.       Créer un service informatique pour la formation et la maintenance du parc informatique.

8.       Veiller à l’application de la transmission des courriers au niveau des services

9.       Assurer le suivi des  recommandations des réunions

10.   Créer un service de communication au sein de l’hôpital

 

 

ATELIER

En savoir plus...

Atelier de formation des nouveaux administrateurs de la carte de score de performance de la santé maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescent (SRMNIA)

« Renforcer les capacités des membres de l’équipe nationale dans la gestion et l’utilisation de la carte de score SRMNIA du Mali » tel est l’objectif général de l’atelier de formation des administrateurs de la carte de score de performance de la santé maternelle, néonatale, infantile et de l’adolescent (SRMNIA) tenu les 29 et 30 octobre 2018 à l’OMS.  L’atelier a été organisé par la Cellule de Planification et des statistiques Secteur Santé, Développement Social et Promotion de la Famille (CPS-SS-DS-PF) avec l’appui technique et financier de l’Alliance Africaine des Chefs d’Etat contre le paludisme (ALMA). Pour en savoir plus, télécharger le rapport de synthèse.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS