Menu
A+ A A-

Michel Hamala Sidibé Ministre : "on n'a pas forcément besoin de milliards pour changer les choses"

En réponse, ce mardi 13 août, aux meilleurs voeux de fête de Tabaski de ses chefs de services, lors d'une réunion de cabinet, le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé, a exhorté ses collaborateurs à se donner à fond pour satisfaire aux demandes sociales des Maliens à travers des services de qualité. Lesquels services de qualité n'ont forcément pas besoin de milliards pour être opérés. Par exemple, à Mondoro où une "maladie mystérieuse avait été déclarée" semant la panique au sein de l'opinion, mais à force de détermination, se rejouit-il, la situation a été comprise et cernée avec le déplacement du ministre en personne à Mondoro pour s'assurer réellement que la situation était loin d'un désastre humanitaire. Contrairement à des rumeurs répandues, les populations de la commune de Mondoro avaient juste besoin de l'amélioration des conditions nutritionnelles, des conditions sécuritaires, du rétablissement de la connexion téléphonique, des médicaments pour le Centre de santé communautaire...
Michel Hamala Sidibé a insisté sur la transparence, l'obligation de résultats, l'obligation de rendre compte, comme lignes conductrices, les éléments d'évaluation des cadres.
"Pour moi, le seul critère qui tienne c'est la transparence et le travail bien fait. A mon âge et avec la carrière que j'ai derrière moi, je n'ai pas besoin qu'on me dise que je suis beau", a-t-il asséné. Je resterai exigeant pour les résultats pour lesquels nous sommes là".
Au nom du personnel, Dr Baboua Traoré, s'est félicité de la détermination et de l'engagement personnel du ministre qui l'ont mené plusieurs dizaine de fois sur le terrain dans des conditions parfois pénibles, juste pour aller au contact des populations. Le porte-parole du personnel a également indiqué les chantiers sur lesquels le ministre est attendu.
Les déclaration debpardons de part et d'autre fut l'un des temps forts de cette rencontre.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut