Menu
A+ A A-

Michel Hamala Sidibé au CHU Gabriel Touré :"Il faut une rupture de fond en terme de gestion pour que l'hôpital puisse produire des résultats pour les pauvres"

Le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé, accompagné de Adama Bictogo, président directeur général de la société SNEDAI, a effectué, le lundi 1er juillet 2019, une visite au Centre hospitalier et universitaire (CHU) Gabriel Touré de Bamako. Lobjectif de cette visite était de permettre au PDG de SNEDAI de constater de visu l'état du CHU Gabriel Touré dont la réhabilitation est confiée à Marylis BTP, filiale de sa société.

Les deux personnalités ont visité, tour à tour, plusieurs services du CHU Gabriel Touré. Il s'agit, entre autres, du bureau des entrées; du service des urgences qui accueille 25 000 patients par an dont les cas de brûlure (le CHU Gabriel Touré est le seul au Mali à pouvoir prendre en charge ces cas); de la pharmacie; du service de réanimation; de la pédiatrie; du laboratoire d'analyse médicale; de la traumatologie; de la chirurgie générale.

Au cours de la visite, plusieurs problèmes ont été signalés notamment le manque de réactifs pour le laboratoire du service des urgences; l'état délabré des toilettes de la pédiatrie qui a occasionné la fermeture de 4 salles de soins soit un total de 16 lits en moins; le manque de table chauffante pour l'unité de néonatologie; le manque de lits et de toilettes pour beaucoup d'unités du CHU Gabriel Touré.

Cette visite a été initiée par le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, 72 heures après sa visite avec le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, en côte d'ivoire où il avait échangé avec Adama Bictogo, PDG de la société SNEDAI dont la filiale Marylis BTP assure la réhabilitation du CHU Gabriel Touré de Bamako.

Le ministre Sidibé a insisté sur la nécessité d'améliorer l'offre de santé dans notre pays à travers un plateau technique de qualité conformément à la volonté du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. "Nous voulons que les services de santé soient proches des patients, qui sont dailleurs au cur de nos préoccupations. Gabriel Touré reçoit environ 100 000 patients par an. Nous savons que les conditions ne sont pas les plus appropriées pour prendre en charge tous ces patients.

Nous avons un contrat avec la société SNEDAI, nous avons voulu qu'elle vienne voir ce que c'est que Gabriel Touré. Nous voulons faire en sorte que l'accidenté qui arrive ici, puisse avoir l'espoir d'y sortir guéri. Il faut une rupture de fond en terme de gestion pour que l'hôpital puisse produire des résultats pour les pauvres", a-t-il déclaré. Le ministre Sidibé a également salué l'engagement du personnel du CHU Gabriel Touré malgré les conditions de travail difficiles.

Le PDG de SNEDAI, Adama Bictogo a réaffirmé la détermination de sa société à respecter ses engagements pour la réhabilitation du CHU Gabriel Touré. "Lhôpital c'est le lieu où on trouve la vie, c'est aussi le lieu où on trouve la mort. La mutualisation de nos compétences nous permettra de faire de cet hôpital un lieu de vie et non de mort. Nous pouvons vous assurer que nos engagements seront respectés", a renchéri le PDG de SNEDAI.

Il a aussi affirmé sa gratitude au ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé pour sa visite de travail en côte d'ivoire autour de la politique de santé.

Il faut rappeler que SNEDAI dispose dune expertise dans le domaine sanitaire. Elle travaille avec ELSMED qui a en charge la réhabilitation de 210 hôpitaux en Afrique dont celui dAbobo (en Côte dIvoire) qui était dans les mêmes dispositions que Gabriel Touré mais, de nos jours, compte parmi les joyaux sanitaires ivoiriens.

Abdrahamane Diamouténé, l'indicateur du Renouveau

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut