Menu

A+ A A-

Obsèques Nationales rendues au Professeur Ogobara Doumbo

Ce samedi 16 Juin 2018 sur le Boulevard de l'indépendance en présence du Chef de l'Etat et de nombreuses autres personnalités maliennes et étrangères.
Nous vous proposons en intégralité le message de condoléances du Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Ibrahim Boubacar Keita qui a élevé l'illustre défunt à la dignité de Grand Officier de l'Ordre National du Mali. Message lu par le Grand Chancellier des Ordres Nationaux.

CONDOLEANCES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT, GRAND MAÎTRE DES ORDRES NATIONAUX, SUITE AU DECES DU PROFESSEUR OGOBARA DOUMBO
(16 juin 2018)

*Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Grand Maître des Ordres nationaux ;
*Monsieur le Premier ministre Chef du Gouvernement ;
*Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;
*Madame et Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;
*Monsieur le Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique ;
* Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique ;
*Distinguées Personnalités en vos titres, rangs et qualités tout protocole observé ;

-Mesdames, Messieurs ;

Qu’Allah, azawajel bonifie pour nous ce mois béni du Ramadan. Nous lui demandons pardon et prions pour qu’Il accepte notre jeûne, nos prières et notre dévotion. Puisse-t-il dans sa magnanimité accorder à tous les Maliens la paix des cœurs et des esprits.

Le destin des grands peuples se façonne dans l’adversité, la douleur, le sacrifice. Le peuple malien, hélas, paye un lourd tribut au tragique de sa destinée…tragédie de la mort qui transforme la vie en destin. Destin cruel que la perte d’un être cher, destin inéluctable que celui de tout être humain, mortel parmi les Mortels, car telle est l’issue de sa vie, le sens de son existence ici bas.
La mort, dans sa brutale et inflexible logique, vient encore de frapper au cœur du monde scientifique malien. Pour des millions de Maliens, pour des centaines de scientifiques – étudiants et chercheurs – le temps s’est figé le samedi 09 juin 2018.
Funeste jour, terrible sentence. Ce samedi 9 juin 2018, le Professeur Ogobara DOUMBO a abandonné à jamais, toge et microscope, amphithéâtres et laboratoires. A jamais ne résonneront les pas mesurés de ce grand homme. Oui la voix douce, pleine d’humilité de ce puits de savoir et de sagesse s’est éteinte à jamais. La lutte implacable que cet ancien diplômé en médecine de l’Ecole Nationale de médecine et de pharmacie du Mali menait contre l’endémique paludisme l’a fait reléguer au second plan sa propre santé.
Sa vision, son rêve, vaincre le paludisme, mais pas que. Cet ancien disciple du Professeur Ranque s’était en effet spécialisé en parasitologie-mycologie pour, en bon médecin et chercheur africain, chercher et trouver un remède à toutes ces maladies qui déciment l’avenir du continent et assassinent l’espoir. Prétentieux ? Travaux d’Hercule ? Peine de Sisyphe ? Rien de tout cela, parce que OGO comme on l’appelait communément, croyait en ce qu’il faisait et l’effort ne lui faisait pas peur. La ténacité, l’ardeur au travail, il s’en est nourrit dans son Mantéou (Koro) natal au pays Dogon.
C’est une sommité scientifique que le Mali vient de perdre, une perle rare que peu d’huîtres produisent. A l’écoute de son oraison funèbre, chaque Malien, chaque Africain, malgré la tristesse de l’instant et la solennité du moment, se sent rempli de fierté, tant la reconnaissance du milieu scientifique mondial fut unanime :
*Prix d’Excellence du Ciwara de la Recherche Biomédicale au Mali en 1996 ;
*Prix Christophe Mérieux en 2007 ;
*Prix du prince des Asturies en 2008 ;
*Prix de l’alpha oméga alpha honor medical Society en 2008 ;
*Prix international de la Recherche de l’INSERM 2013.
Cet infatigable chercheur, cet enseignant émérite, par sa rigueur, son esprit d’ouverture, qui rayonnait par son envergure et son aura incomparable, s’attira également le respect et la considération des plus hautes autorités de la France et du Mali comme en témoignent ces distinctions reçues :
*Chevalier de l’Ordre national du Mali en 2000 ;
*Chevalier de la Légion d’Honneur de la France en 2000;
*Officier de la Légion d’Honneur de la France en 2011 ;
*Officier du mérite national de la République française en 2011 :
*Officier de l’Ordre national du Mali en 2017 et comme vous venez de le constater Mesdames et Messieurs, le président de la République, Chef de l’Etat, Grand maître des Ordres nationaux vient de l’élever à la dignité de Grand Officier de l’ordre national du Mali à titre posthume.
Notre tristesse est grande parce que la perte impossible à compenser…mais comment dans cette tristesse ne peut ressentir une pointe de fierté, lorsqu’on se remémore les propos du speaker de l’Institut de France au moment où les académiciens lui décernaient le prix Mérieux, je cite : ‘’Avec le professeur Doumbo.., nous sommes en présence d’un des plus brillants représentants de cette Afrique culturelle et scientifique qui s’efforce de prendre en main son propre destin…’’. Et pour parodier Birago Diop, je dirai : ‘’Vous n’êtes pas mort, professeur, vous n’êtes pas parti…
-vous êtes dans le regards des dizaines de jeunes spécialistes en immunologie et parasitologie que vous avez formés ; vous êtes dans le sourire des milliers de femmes qui voient leurs bébés leur revenir après une crise palustre aiguë ; vous êtes cher Professeur Ogobara DOUMBO, dans l’attitude de chaque homme, chaque femme ici dans cette salle, emprunte de fierté de dignité, mais aussi de résignation devant ce qu’ALLAH (SWT) a fait.’’
Le vide que vous laissez Professeur, est abyssal, tant votre envergure inspirait respect et admiration. Cependant en faisant nôtre cette pensée, je cite : ’’Le secret du bonheur est de faire ce que tu aimes, le secret de la réussite est d’aimer ce que tu fais.’’ Fin de citation, nous nous abreuverons à chaque instant à la source de votre réussite et tirerons leçon de votre amour du travail bien fait.
Puisse Allah donner force et piété à votre famille, à vos proches et à tous ceux qui en cette triste matinée vous regardent vous éloigner, pour l’implorer afin que les portes du Paradis soient grandement ouvertes pour vous accueillir.
Au nom de Son Excellence Monsieur le Président de la République Grand Maître des Ordres Nationaux, au nom des membres du Conseil des Ordres Nationaux et à mon nom propre je présente à la famille, aux Parents, Amis, Collègues et Collaborateurs de l’illustre disparu, à tout le monde de la Santé et de la Recherche, mes condoléances les plus attristées.
Reposez en paix Professeur Ogobara DOUMBO, la patrie ne vous oubliera jamais, et vous restera éternellement reconnaissante.
Que la Terre vous soit légère, AMEN !

Mesdames et Messieurs nous vous prions de bien vouloir vous lever s’il vous plaît.
AUX MORTS !

Veuillez-bien vous rasseoir s’il vous plaît.

Je vous remercie.

Dernière modification ledimanche, 17 juin 2018 21:39

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut