Menu
A+ A A-

SYNTHESE GENERALE DE L’ATELIER DE FORMATION DES MEMBRES DES PLATEFORMES REGIONALES « UNE SEULE SANTE » (PRUSS) DE GAO, KIDAL ET MENAKA SUR L’ENGAGEMENT COMMUNAUTAIRE EN SITUATION DE CRISE SANITAIRE (EC-SCS)

L’an deux mil vingt-deux et du vingt-quatre au vingt-six août s’est tenu dans la salle de conférence de l’hôtel « la fleur du désert », l’Atelier de Formation des Membres des Plateformes Régionales « Une Seule Santé » (PRUSS) de Gao, Kidal et Ménaka   sur l’Engagement Communautaire en Situation de Crise Sanitaire (EC-SCS) sous la présidence du Gouverneur de la Région de Gao représenté par son Directeur de cabinet sur financement de Breakthrough ACTION.
Etaient présents :
1.    Niveau national :
1.    le représentant de la Direction Nationale des Services Vétérinaires (DNSV);
2.    la représentante de l’Institut National de Santé Publique (INSP) ; 
3.    la représentante de l’Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale (ANTIM).
4.    Niveau régional
Les points focaux de la plateforme Une Seule Santé des Directions Régionales de la santé, des Services Vétérinaires, de l’Agriculture, des eaux et Forêts des régions de Gao, Kidal et Ménaka,
5.    Partenaires :
1.    la Directrice du Projet Breakthrough ACTION;
2.    le médecin d’appui OMS à la DRS de Gao ;
3.    la représentante du Bureau d’étude Koulé Consulting.
L’objectif général était :
Renforcer les capacités des acteurs régionaux en matière d’engagement communautaire en situation de crise sanitaire et de communication de risques.
Les objectifs spécifiques étaient :
Renforcer les connaissances et les compétences des participants principalement sur les aspects ci-après :
1.    Orientations générales
2.    Définition de quelques concepts fréquemment clés utilisées lors des crises sanitaires
3.    Importance de la Communication des Risques et l’Engagement Communautaire (CREC) dans la gestion des crises sanitaires
4.    Etapes du processus READY de l’Engagement Communautaire
5.    Intégration de la dimension genre et des droits humains dans la CREC
6.    Facilitation et Co facilitation
Les différentes interventions ont marqué les cérémonies d’ouverture et de clôture :
1.    La Directrice Pays du projet Breakthrough ACTION, dans son intervention a souhaité la bienvenue aux participants et évoqué les raisons qui ont motivé le Projet à la réalisation de cet atelier qui est organisé pour toutes les régions du Mali, tout en soulignant l’importance de la collaboration intersectorielle dans le cadre de l’approche ‘Une Seule Santé’ et que l’appui de son organisation serait toujours constant.
2.    le représentant de la Plateforme Nationale ‘Une Seule Santé’ a salué les participants, rappelé les insuffisances constatées lors des évaluations précédentes : l’évaluation Externe Conjointe et l’Evaluation de la Performance des Services Vétérinaires des capacités du Mali pour la mise en œuvre du Règlement Sanitaire International 2005 réalisées respectivement par l’Organisation Mondiale de la Sante en juin 2017 et l’Organisation Mondiale de Santé Animale en novembre 2017 qui ont attribué à la communication des Risques des scores allant de 1 à 2 (faibles ou capacités limites) sur une échelle de 1 à 5. Il a au nom de la Plateforme Nationale ‘Une Seule Santé’ et à son nom propre remercié particulièrement l’USAID à travers le projet Breakthrougt ACTION pour son appui constant et indéfectible.
3.    Pour le représentant de Monsieur le Gouverneur, il a d’abord souhaité la Bienvenue à l’ensemble des participants, a présenté l’historique de l’approche ‘Une Seule Santé’ au Mali et a situé l’atelier dans son contexte avant de remercier l’ensemble des participants et l’appui technique et financier du partenaire. Tout en souhaitant plein succès aux travaux, il a déclaré ouvert l’atelier.
Les présentations ont porté sur :
1.    Le rappel de quelques concepts ;
2.    La facilitation et Co-facilitation ;
3.    La communication des Risques et de l’engagement Communautaire (CREC) ;
4.    Le processus READY de l’Engagement Communautaire (obtenir l’adhésion et le soutien des leaders communautaires, collecter et analyser les données de la communauté pour une prise de décision, orienter les leaders et groupes communautaires pour leur implication, orienter la communauté sur le processus d’engagement communautaire, Elaborer et mettre en œuvre des plans de riposte communautaire et assurer un feedback et suivi régulier dans la communauté)
5.    L’écoute dynamique et Gestion des Rumeurs ;
6.    L’intégration du Genre et des droits humains dans les stratégies de la communication des risques et l’engagement communautaire ;
7.    La simulation relative à la réaction de la communauté face à une crise sanitaire ;
8.    Les bonnes pratiques en matière de CREC dans le cadre de la gestion des crises sanitaires ;
9.    Les outils d’évaluation pour l’étape 2 et la capacité des pays dans le cadre du RSI.
Les travaux de groupe avec restitution en plènière ont été effectués.
Au cours de ces présentations, différents points ont fait l’objet d’échanges/discussions à savoir :
1.    L’action proportionnée dans le RSI ;
2.    Le concept d’approche multilatérale dans un Programme Mondial de Sécurité Sanitaire ;
3.    La responsabilité de déclaration d’une crise sanitaire comme étant une Urgence de Santé Publique de Portée Internationale ;
4.    La différence entre infodémies et rumeurs ;
5.    L’Implication et l’engagement des personnes affectées ;
6.    L’identification des leaders communautaires à rencontrer au niveau de la région ou du district ;
7.    Les défis dans l’identification des leaders communautaires ;
8.    La confiance entre la communauté et les mobilisateurs communautaires ;
9.    La perte de confiance entre la communauté et les mobilisateurs communautaires ;
10.    L’arbre à problème.
A tous ces points, des réponses satisfaisantes ont été apportées.
Au terme de l’atelier, des recommandations suivantes ont été formulées :
Recommandations    Responsables
Faire la restitution au retour dans les différents services    Participants
Former les agents au niveau des cercles    DRS/DRSV/DRA/DREF/Partenaires


Gao, le 26 Août 2022
L’atelier

Cérémonie de signature de convention entre l’ANTIM et la FENASCOM dans le cadre de la mise en œuvre du projet SanDi

L’an deux mille vingt-deux et le dix-huit août, s’est tenue dans la salle de réunion de l’ANTIM, la cérémonie de signature de convention entre l’ANTIM et la FENASCOM d’une part, des contrats locaux, relative à la durabilité et le renouvèlement des équipements informatiques et solaires mis à la disposition des ASACO dans le cadre de la mise en œuvre du projet Sandi, d’autre part.

Cette cérémonie a eu lieu en présence des acteurs ci-dessous cités :

Niveau national : la FENASCOM ; la DNDS ; la DNPSES ; l’ANTIM.

Niveau régional : la FERASCOM ; la DRS.

Niveau local : la FELASCOM ; le CSRéf CI ; le SLDSES CI.

Niveau Aire de santé : les DTC ; les Présidents d’ASACO.

L’ouverture a été marquée par l’intervention du Directeur général adjoint de l’ANTIM, qui après avoir souhaité la bienvenue à tous les participants, a fait un rappel historique sur ladite convention. L’intervention du Président de la FENASCOM a suivi celle du DGA de l’ANTIM, au cours de laquelle la situation des ASACO, leurs fonctionnements, les difficultés ont été évoqué. Il a aussi rappelé toute l’importance de l’informatisation des ASACO pour la santé communautaire.

Pour les prochaines étapes du processus, les recommandations suivantes ont été formulées, à savoir :

-          Partager le document finalisé avec tous les partenaires ; (ANTIM)

-          Solliciter l’ANTIM dans la maintenance des équipements ; (LES ASACO)

-          Faire un planning pour savoir ce que l’ASACO peut prendre en charge et ce qu’elle ne peut pas ; (LES ASACO)

-          Mettre à la disposition des CSCOM des équipements adaptés ; (PROJET SANDI/ANTIM)

-          Prévoir dans les micros plans des ASACO la prise en charge des frais de maintenance préventive et de réparation. (LES ASACO).

 

 

 

Dossier d'investissement de la santé de la reproduction de la mère, du nouveau-né, de l'adolescence et de la nutrition (SRMNEA+ N 2019-2023)

La santé de la reproduction de la mère, du nouveau-né, de l'adolescence et de la nutrition (SRMNEA+ N 2019-2023) s'appuie sur les objectifs du PRODESS IV en lien avec le PDDSS (2014-2023) dans la perspective des progrès vers l'atteinte des ODD ainsi que la réalisation de la couverture maladie universelle au Mali en priorisant les zones les plus vulnérables et les goulots majeurs du système de santé. Pour plus d'informations, télécharger le dossier.

Rapport d'évaluation finale du Projet Appui Budgétaire Sectoriel en Santé Sexuelle et Reproductive (ABS-SSR), 2019-2021

L’évaluation (ABS-SSR), 2019-2021 s’articule autour des points suivants : le niveau d’exécution des activités et des ressources financières ;  les effets induits du projet ; les bonnes pratiques et les défis en matière de santé sexuelle et reproductive et droits ; les goulots d’étranglement et les leçons apprises dans la mise en œuvre du projet et les recommandations. Pour plus d’informations, télécharger le rapport d’évaluation finale.

 

Programme de Développement Socio-Sanitaire 2020-2023 (PRODESS IV)

Le Programme de Développement Socio-Sanitaire 2020-2023 (PRODESS IV) est un précieux outil des services techniques du secteur santé, du développement social et promotion de la famille et leurs partenaires pour l’élaboration des plans opérationnels annuels et des autres projets de développement socio-sanitaires. Pour en savoir plus, télécharger le document PRODESS IV ici

 

Le Ministre de la Santé et du Développement Social à tous les Chefs de service du Ministère de la Santé et du Développement Social et des Établissements de santé du secteur privé

L'inscription régulière au tableau de l'Ordre des médecins du Mali est une obligation déontologique. Conformément aux dispositions de l'article 10 de la Loi N° 2017-030 du 14 juillet 28:7 portant création de l'Ordre des médecins du Mali, aucun médecin ne peut exercer son art sur le territoire national s'il n'est régulièrement inscrit au tableau de l'Ordre des médecins du Mali. Selon les textes, le délai règlementaire pour se mettre à jour est le 31 mars 2022 et la date de publication du tableau est prévue pour le 30 avril 2022. Pour en savoir plus, cliquer ici.

 

L’atelier de remplissage de l’outil de collecte des données de l’auto-évaluation du RSI (2005) et de l’outil SPAR (outil d’évaluation annuelle du RSI)

L’an deux mil vingt-deux, du vingt-huit Février au quatre Mars, s’est tenu l’atelier deremplissage de l’outil de collecte des données de l’auto-évaluation du RSI (2005) et de l’outil SPAR (outil d’évaluation annuelle du RSI) dans la salle de conférence de l’Hôtel club de Sélingué.

Cet atelier a été organisé dans le cadre du processus d’évaluation interne du RSI (2005) par le Ministère de la Santé et du Développement Social à travers le point focal RSI avec l’appui financier de la Banque Mondiale à travers le projet REDISSE III.r

La cérémonie d’ouverture a été marquée par deux interventions dont :

Celle du spécialiste en suivi-évaluation et Coordinateur par Intérim de REDISSE III, celui-ci a remercié les participants d’avoir répondu à l’appel. Il a rappelé les objectifs de l’atelier et l’importance du travail qui sera fait pour répondre à une exigence du RSI.

Celle de la Conseillère Technique Juridique du Ministère de la Santé et du Développement Social (MSDS), représentantle Secrétariat Permanent de la Plateforme Nationale « Une Seule Santé » au Mali.i

Les objectifs de cet atelier étaient:

 

·         la présentation des résultats de l’évaluation interne des capacités de mise en œuvre du RSI (2005) au Mali ;

 

·         la validation des données collectées ;

 

·         le remplissage de l’outil SPAR.

 

Pour plus d’informations, télécharger le rapport de synthèse de l’atelier.

 

16ème session ordinaire du Conseil d'Administration de l'Agence Nationale de Télésanté et d'Informatique Médicale (ANTIM)

L’Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale (ANTIM) a tenu ce mardi 22 février  2022, la 16ème session ordinaire du conseil d’administration par vidéoconférence sous la présidence du Ministre de la Santé et du Développement Social,  Madame Diéminatou SANGARE.

Au menu des travaux de cette session, il s’agissait de l’examen, l’amendement et l’adoption des documents ci-dessous soumis à leur approbation notamment :
•    Le procès-verbal de la 15ème session ordinaire du conseil d’administration ;
•    Le point d’exécution des recommandations de la 15ème session du conseil d’administration ;
•    Les rapports d’activités et financier 2021 ;
•    Le programme d’activités et le projet de budget 2022 ;
•    Le contrat annuel de performance 2021;
•    Le rapport annuel de performance 2021 et le projet annuel de performance 2022.

Dans le cadre de l’atteinte des objectifs  du Programme 2 : 057 du  Département de la santé, l’ANTIM a réalisé les activités en lien avec les objectifs stratégiques 6, 8, 10 et 11du PRODESS IV.
Au 31 décembre 2021, sur un budget d’État prévisionnel de  1 211 427 000 FCFA, il a été notifié   446 290 846FCFA soit 36,84 % (moins de la moitié du budget prévisionnel), pour un taux d’exécution de 99, 59% soit 444 463 146 FCFA. En outre,   la mobilisation de 58% des ressources propres et de 40,71% des ressources des partenaires a permis à l’Agence de réalisé 75% des activités soit 27 sur 36 prévues malgré la situation de la pandémie à COVID-19 et le contexte socio-économique du pays.
Selon les administrateurs, l’ANTIM a répondu aux attentes en termes de réalisation des objectifs qui lui sont assignés. C’est pour cette raison que les différents documents soumis à leur appréciation ont été validé.  A cette occasion, le Président (PCA) et les administrateurs ont  félicité le Directeur et l’ensemble du personnel de l’ANTIM pour l’atteinte de ses résultats. Cependant, ces efforts doivent être poursuivis pour le maintien du cap en vue d’améliorer les performances pour l’année 2022.

Outils d’entretien avec les bénéficiaires de la formation

Cet outil  est destiné à la collecte des données auprès des collègues de travail et s’inscrit dans le cadre de l’analyse du contexte de travail en vue de comprendre  l’environnement dans lequel les agents.es formés.es participent à la réalisation des objectifs de leur structure. Il s’agit aussi d’identifier les forces, les points de faiblesse et de procéder aux améliorations nécessaires afin d’optimiser l’utilisation des compétences acquises pour le développement  de la structure.