Menu
A+ A A-

Les responsables de la mission de riposte contre la recrudescence du paludisme à Kidal face à la presse

‘’On est à l’abri d’une flambée épidémiologique’’

Au mois d’octobre suite à l’enregistrement de plusieurs cas de paludisme avec des cas de décès, l’alerte avait été donnée par les mouvements armés. L’état d’urgence sanitaire avait été décrété par le gouvernement et une mission de riposte dépêchée sur le terrain par le département de la santé et de l’hygiène publique. Après un travail d’hercule sur le terrain, la mission de riposte, revient sereine et confiante quant à l’enrayement la progression de la maladie. L’information a été donnée mercredi 16 décembre 2015, lors d’une conférence de presse dans la salle de conférence du département de la santé et de l’hygiène publique, par le chef de la mission Dr Souleymane Sacko, en présence de Dr Diakalia Koné, Directeur du programme national de lutte contre le paludisme et Mahamane Ali Thera.

 

Si prévenir vaut mieux que guérir, la prise en charge rapide et efficace n’en demeure pas moins, un moyen sûr de lutte contre la maladie. La réaction du gouvernement a été à la hauteur du danger de la recrudescence du paludisme dans la région de Kidal.

Une mission de riposte, composée de 25 équipes, a été envoyée sur le terrain par le département de la santé et de l’hygiène publique pour non seulement constater, mais aussi et surtout mettre un terme à cette recrudescence. L’opération a coûté la somme de 59.265.515 FCFA entièrement financé par le gouvernement malien.

Ces équipes dotées d’un lot de 44 millions FCFA de médicaments ont sillonné tous les cercles de la région de Kidal avec pour mission de faire la sémio préventionet le prélèvement de sang pour approfondir la recherche.

Fractions, villages, hameaux même des zones d’insécurité ont eu la visite des membres des 25 équipes. Les personnes de 3 à 80 ans ont eu droit au traitement. Les cas suspects à en croire la mission ont été pris en charge. Aussi, les équipes sur le terrain ont procédé à la pulvérisation des chambres (lutte anti-vectorielle) et formé et sensibilisé les populations par rapport à l’utilisation moustiquaires imprégnées.

Selon le chef de mission, Dr Souleymane Sacko, cette approche de sensibilisation a concerné environ 7527 personnes dans la région de Kidal.

« Les résultats de la mission ont été à la hauteur. Avec la riposte, on enregistre un peu moins de cas que 2013 et 2014 à la même période. Le nombre testé positif est en deçà de 10 cas. On est à l’abri d’une flambée épidémiologique », a déclaré le chef de la mission.

Le Directeur du programme national de lutte contre le paludisme, Dr Diakalia Koné, a indiqué que tout a été fait pour faciliter le travail aux équipes. « Nous avons été bien accueillis. On n’a eu aucun problème. Une attestation nous a même été décernée pour le travail bien fait », a-t-il dit.

Selon Dr Diakalia Koné, les médicaments sont disponibles en quantité et en qualité pour faire face au paludisme ailleurs et dans le district de Bamako.

 

 

 

 

 

 

Dernière modification levendredi, 18 décembre 2015 14:29

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut