Menu
A+ A A-

C’est la vie + : divertissement et changement social, une nouvelle approche pour promouvoir la santé

 

C’est la vie + est un projet unique qui a pour objectif final l’amélioration des connaissances, des attitudes et des comportements en matière de droits et santé sexuels et reproductifs en Afrique de l’Ouest. 

Au coeur de la campagne, des productions audiovisuelles pour la télévision, la radio et le web, entièrement produites sur le continent.  Lancée en 2015, la série télévisée a été créée par Marguerite Abouët (Aya de Youpongon) et Charlie Beleteau (Plus belle la vie). Elle est entièrement tournée et réalisée à Dakar, au Sénégal.
Autour des programmes de divertissement, des animations communautaires sur le terrain sont menées avec le Kit pédagogique C’est la vie !, un support d’éducation pour la santé, qui soutient l’impact des messages que la série contient. Des formations sont dispensées auprès des partenaires et des professionnel·les locaux pour que ceux·elles-ci puissent mener des séances de discussions, des projections-débat ou des ateliers sur la santé sexuelle et reproductive à partir de la série.
Le projet, porté par l’ONG sénégalaise RAES, est déployé à l’échelle continentale mais aussi à l’échelle communautaire dans 9 pays de la sous-région (Côte d’Ivoire, Mali, Burkina, Niger, Togo, Bénin, Tchad, Guinée, Sénégal), invitant les partenaires de la société civile à débattre de ces problématiques à l’échelle individuelle, communautaire et politique.

Objectifs

La campagne a pour objectifs de :

●    Diffuser des informations vérifiées au plus grand nombre pour renforcer les connaissances des téléspectateur·rice·s et des auditeur·rice·s
●    Libérer la parole et susciter un débat citoyen autour de questions de santé et des sujets de société
●    Plaider pour une plus grande implication des gouvernements dans la réalisation des droits à la santé sexuelle et reproductive, l’accès aux soins et la professionnalisation des personnels de santé
●    Favoriser l’adoption de comportements responsables en matière de santé sexuelle et reproductive en particulier chez les jeunes et les adolescent·e·s

Pour plus d'information télécharger le document ci-joint

Rendez-vous sur les réseaux sociaux du projet

www.cestlavie.tv 


Facebook @Cestlavie.tv
Instagram @cestlavie_tv


Youtube Chaîne C’est la vie

Ils parlent de nous !

Une série pour les droits des femmes 
Arte - Août 2018 
“ C’est sans doute le plus grand succès télévisé de ces dernières années en Afrique de l’Ouest.

C’est la vie !, feuilleton panafricain en partie financé par les Nations Unies, rassemble chaque soir depuis 2014 des centaines de milliers de téléspectateurs autour de la vie d’un centre de santé dans une ville imaginaire “

lien web https://www.youtube.com/watch?v=EdfX55UDbjk




Interview de Marguerite Abouet - “Nos histoires sont aussi passionnantes que celles de “Dallas” 
AFD - Septembre 2018 
“ Je voulais travailler avec des Africain·e·s, pour les Africain·e·s, avoir des jeunes filles africaines à la réalisation, des acteurs et des actrices d’ici, et c’est ce qu’on fait avec cette série. Avec la complicité du créateur de la série Plus belle la vie, on a même développé des studios en plein air dans un quartier de Dakar, des décors tournants, c’est une première. On est dans la formation, le développement d’infrastructures et de talents africains, c’est ça aussi qui m’a attirée.”



lien web https://www.afd.fr/fr/marguerite-abouet-nos-histoires-sont-aussi-passionnantes-que-celles-de-dallas


 

 

 

COOPERATION : En France, le ministre Michel Hamala Sidibé multiplie les opportunités d’appui au système de santé du Mali

En marge de la visite du Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, en France, le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé a eu, les lundi 9 et mardi 10 septembre 2019, une série de rencontres avec des structures françaises sur des questions de santé. L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris(APHP), l’hôpital Robert Debré, la marie de Paris et le Centre de Crise et de Soutien du ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères sont, entre autres, des lieux ayant reçus la visite du ministre. Ces rencontres ont abordé les questions de gestion hospitalière et la fourniture des services sociaux de base dans des zones fragiles.

Le CHU Gabriel Touré au cœur des échanges

A l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris(APHP), agence publique de santé exerçant le rôle de structure faitière en matière d’assistance aux centres hospitaliers universitaires de Paris et d’Ile de France, regroupant 39 hôpitaux, les échanges ont porté sur une possibilité de partenariat bilatéral avec le Mali autour de l’Hôpital Gabriel Touré, qui est confronté, entre autres, aux problèmes d’équipements et de gouvernance. Un plan d’action assorti d’un plan de financement est attendu dans ce sens d’ici à la fin de l’année. Il s’agit, après un diagnostic approfondi, de proposer une solution de modernisation du CHU Gabriel Touré basée sur l’innovation technologique et surtout l’amélioration de la gouvernance hospitalière. Il s’agit d’aider à trouver une alternative crédible et rapide pour amener Gabriel Touré à faire face au flux qu’il reçoit (125 0000 patients par an en consultation). L’APHP, en partenariat avec l’agence française de développement(AFD) devrai mobiliser des fonds pour renforcer cet important établissement hospitalier du Mali. C’est dans ce cadre qu’une mission de l’Assistance Publique -Hôpitaux de Paris se rendra en octobre prochain à Bamako afin d’accompagner à faire un audit de l’hôpital Gabriel Touré avant le financement attendu de l’Agence française développement.

L’Hôpital Robert Debré, l’exemple qui inspire

A l’hôpital Robert Debré, structure de référence de prise en charge des urgences pédiatriques en France, le ministre de la Santé et des Affaires Sociales a eu un échange fructueux sur ce sujet des urgences pédiatriques. L’Hôpital Robert-Debré, à travers certains de ses spécialistes comme le Pr. Yves, entretient un partenariat avec des structures hospitalières du Mali. Là, Michel H. Sidibé et sa délégation ont eu droit à une petite présentation sur ce qui peut justifier un partenariat futur entre le Mali et cet établissement hospitalier français. Dans les jours à venir, l’Association « Demissenouw Ka Yèlè », dirigée par le Pr. Yves, un imminent spécialiste de cet hôpital, fera son lancement au Mali.
Le chef de service Urgence pédiatrique de l’hôpital Robert Debré, Pr. Lugi Titonanlio, s’est réjoui de la visite du ministre de la Santé et des Affaires Sociales. « C’est un honneur de recevoir le ministre de la santé du Mali qui va apporter des réponses à son pays. Si on peut collaborer, c’est une bonne chose, parce que c’est important pour nous d’aider des populations qui sont plus en difficulté par rapport à nous. Les échanges pour nous sont importants, ils permettent d’avoir des idées pour le futur. Il y a des organisations qui peuvent se mettre en place au Mali. Cela peut apporter rapidement une amélioration dans la prise en charge des enfants. Le fait d’instaurer une collaboration, c’est-à-dire se déplacer et faire des échanges professionnels, est enrichissant pour nous : car les échanges sont toujours réciproquement bénéfiques.», a-t-il déclaré.
Pour sa part, le ministre Michel H. Sidibé s’est dit satisfait de ces visites, qui, selon lui, lui ont permis de voir jusqu’où il doit aller dans l’organisation interne des hôpitaux avec en tête l’hôpital Gabriel Touré, qui constitue une vitrine dans l’architecture hospitalière du Mali en tant que l’hôpital le plus sollicité dans notre pays. « Le temps presse, il y a urgence à adapter l’hôpital Gabriel Touré aux besoins des usagers. Nous aurons une vision pragmatique à soumettre à l’AFD parce que tout passe par l’amélioration des offres de service dans cet hôpital », a déclaré le ministre Sidibé.

Un projet de gestion des déchets biomédicaux au Mali

Ensuite, le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, a été reçu à la mairie de Paris par le maire de la ville, Anne Hidalgo. Michel Hamala Sidibé, accompagné par le nouveau coordinateur de la Cellule sectorielle de lutte contre le Sida, la Tuberculose et les Hépatites, Dr. Youssouf Diallo, a décliné ses priorités dans la lutte contre le sida au Mali qui passent par le renforcement et la dynamisation du dispositif de prévention, et surtout par la prise en charge. Le ministre Sidibé a annoncé le lancement très prochainement d’une vaste campagne de dépistage au Mali. Réputées pour leur engagement respectif et décisif dans la lutte contre le VIH, les deux personnalités réaffirment cet engagement qui a pu faire atteindre des résultats remarquables tant au niveau mondial pour le ministre de la Santé et des Affaires Sociales du Mali et ancien directeur exécutif de l’ONUSIDA qu’au niveau de Paris pour le maire de Paris, Anne Hidalgo. Cet engagement est renouvelé pour un Bamako sans sida.
En plus du VIH/Sida, les deux personnalités ont échangé de la possibilité de mise en place à Bamako d’un projet de gestion des déchets biomédicaux. La maire de Paris a promis d’envoyer à Bamako une mission technique pour échanger avec l’ensemble des acteurs concernés par ce projet.

Des projets sociaux à impact rapide

Le mardi 10 septembre, le ministre Sidibé et sa délégation ont été reçus conjointement par les responsables de deux structures clés du ministère de l’Europe et des Affaires Sociales. Il s’agit de M. Éric Chevalier, directeur du Centre de Crise et de Soutien et de M. Cyril Pierre, directeur général adjoint de la Mondialisation. Il a été question, lors de cette rencontre, de la mise en place au Mali des projets sociaux à impact rapide ; de la conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose et l’Alliance française de la santé globale ; et surtout du renforcement de la politique de mutuelles au Mali.

Dans la journée du mercredi, le ministre Sidibé a rencontré d’autres personnalités notamment Pr. Dominique Leguludec, présidente de la Haute Autorité de santé. La délégation du ministre a été entretenue sur la vie de cet organe de référence dans la régulation du secteur de la santé en France. D’autres thématiques en lien avec les assurances maladies, et les stratégies d’amélioration de la qualité de services de santé étaient également au centre des échanges.
Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, prendra part ce jeudi à Toulouse au 20 ème anniversaire de la création de la Fondation Fabre.

CCom du MSAS

Visite du MSAS MICHEL SIDIBE à l'Hôpital le Luxembourg : ‘‘Nous n'avons plus besoin d'évacuer à l'étranger les malades du cœur’’


Ce jeudi, 05 septembre 2019, le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé, s'est rendu à l'hôpital Mère-Enfant Le Luxembourg de Bamako pour visiter l'Unité de cardiologie interventionnelle dont les activités ont débuté mercredi dernier.
Fruit d'un partenariat entre la Principauté de Monaco, l’association monégasque SHARE, la Fondation pour l’Enfance, des Associations et particuliers, cette unité dont l’inauguration officielle est prévue pour le début de l'année prochaine, permet de faire des interventions par cathétérisme afin de dilater ou déboucher les artères en cas d’attaque cardiovasculaire. Sa construction et son équipement auront coûté environ 1,5 million d'euros, financés en grande partie par le Gouvernement princier de Monaco, l’association SHARE et ses partenaires financiers. L’association SHARE a également soutenu la formation de toute l’équipe médicale et paramédicale pendant plusieurs années.
Appréciant cette visite du ministre, le Directeur médical du centre cardio-thoracique de Monaco, le Dr François Bourlon, a salué l'excellence des relations entre le Mali et la Principauté de Monaco qui aura permis la réalisation de cette unité qui permettra de sauver de nombreuses vies humaines au Mali. “C'est un atout extraordinaire pour les populations maliennes d'avoir une salle de cathétérisme cardiaque», a-t-il ajouté.
Pour sa part, le Directeur de l’Hôpital Mère-Enfant Le Luxembourg, Pr Mamadou B Diarra, s'est aussi déclaré motivé par cette visite du ministre et engagé à faire bon usage de joyau pour le bonheur des malades du cœur.
Le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé, s'est réjoui du plateau technique de cette unité qui permettra de réduire la mortalité et les évacuations sanitaires sur l'extérieur, qui coûtent énormément cher au budget national. « Nous sommes ici pour accompagner une initiative porteuse. C'est un partenariat promoteur entre la Principauté de Monaco et l'hôpital Mère Enfant Le Luxembourg. Nous avons l'un des services les plus avancés en termes de nouvelles technologies médicales dans le domaine de la cardiologie. Nous n'avons plus besoin d'évacuer à l'étranger les malades du cœur. Cette unité de cardiologie interventionnelle et le centre André Festoc contribueront largement à l'amélioration de la santé des populations maliennes, conformément à la volonté du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta », a-t-il déclaré. Il a exhorté le personnel de l'Hôpital Mère Enfant Le Luxembourg à continuer de faire de cet hôpital un exemple dans la sous-région.
MSAS

Bulletin trimestriel du Système D’Information Sanitaire de routine du Mali NUMERO 7 Août 2019

 Le bulletin trimestriel d’information sanitaire présente le niveau de certains indicateurs clés de santé du Mali extraits du logiciel District Health Information Software version 2 (DHIS2) à la date du 21 Aout 2019. Il s’inscrit dans la diffusion régulière des informations sanitaires pour aider à la prise de décision à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.
Cette parution est le septième numéro et prend en compte les données du deuxième trimestre 2019.

EN MARGE DE LA TICAD: Le ministre Michel H. Sidibé plaide pour un partenariat bilatéral Mali-Japon dans le domaine de la technologie…

L’Association Parlementaire Japon-Union Africaine a offert ce mercredi 29 août 2019, en marge du sommet de la TICAD au Japon, un petit déjeuner convivial au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta et à sa délégation. 

Représentant à l’occasion le chef de l’Etat, le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé a  plaidé pour un partenariat bilatéral Mali-Japon dans le domaine de la technologie, de l’appui à la jeunesse... C’était  au 68è  étage de Royal Park Hôtel de Yokohama.

Au sortir de cette invitation de l’Association Parlementaire Japon-Union Africaine visant à renforcer l’excellente coopération bilatérale entre le Mali et le Japon, le représentant du président de la République, le ministre  de la Santé et des Affaires sociales et chef de la délégation, Michel H. Sidibé, s’est confié à la presse.  « Je pense que c’était très utile au nom du président de la République et du gouvernement du Mali, nous avons fait un plaidoyer pour que le partenariat avec le Japon soit renforcé essentiellement dans certains domaines clés qui peuvent être utiles pour le Mali.  

Etaient au centre de cette rencontre, entre autres thématiques : Comment appuyer la jeunesse ? Comment peut-on faire un transfert des compétences technologiques existantes ? Tout ce qui peut être du domaine de la robotique, même de l’intelligence artificielle. Mais plus que cela, on a aussi fait un plaidoyer très fort  invitant les parlementaires japonais à établir des ponts entre le secteur privé du Japon et le secteur privé du Mali. Je crois que c’était un message important et je suis persuadé que ces parlementaires vont le porter plus haut ».

La délégation comprenait également le ministre de l’Enseignement Supérieur, Mahamadou Famanta,  des diplomates maliens auprès des institutions africaines et onusiennes ainsi que des proches collaborateurs du président de la République.

 

MSAS

Cours de rattrapage au profit des Pupilles de la République

Dans le cadre du suivi scolaire, l’ONAPUMA en partenariat avec le Centre Père-Michel, a organisé des cours de rattrapage et des activités culturelles, ludiques et sportives au profit des pupilles.Ces visites scolaires en vue d’apprécier l’évolution scolaire des élèves.
Ces visites scolaires qui ont un durée déterminé entre le 05 au 30 Aout 2019, sont réalisées dans les six communes du district de Bamako et la commune de Kati s’inscrivaient en droite ligne des objectifs d’implication et de responsabilisation de l’administration scolaire et du personnel enseignant au bon encadrement des pupilles dans les différents établissements.

L’Objectif général est de créer un cadre d’épanouissement intellectuel, humain et psychologique aux enfants pupilles pour des vacances utiles.

Retrouvez les TDR et l'Offre technique pour plus d'information