Menu

A+ A A-

Actualités (1566)

LUTTE CONTRE LA POLIOMYELITE : Plus de 3 151 487 enfants à vacciner du 19 au 22 octobre 2018

Dans le cadre du 4e et dernier passage de l’année 2018 de la campagne de vaccination contre la poliomyélite, 3 151 487 enfants recevront (à partir de ce matin jusqu’au 22 octobre), leur dose de vaccin. En préventions de plusieurs infections, cette campagne est couplée à l’administration de la vitamine A.

Du 19 au 22 octobre 2018, 3 151 487 enfants de 0 à 5 ans recevront le vaccin contre la poliomyélite. Selon le département de la Santé et de l’Hygiène Publique, cette campagne vise à toucher tous les enfants de cette tranche d’âge, mêmes ceux déjà vaccinés par la campagne de routine ou lors des passages précédents. C’est pourquoi les vaccinateurs passeront de porte à porte pour atteindre les enfants à vacciner. Mieux, d’autres stratégies novatrices pourront être développées en fonction de la situation sécuritaire dans les zones d’insécurité.
Pour l’administration de la vitamine A, les cibles sont les enfants âgés de 6 à 59 mois. L’objectif de cette campagne est de contribuer à la réduction de la mortalité et la morbidité liées à la poliomyélite chez les enfants de moins de cinq ans.
La campagne concerne 47 districts sanitaires, à savoir : Bafoulabé, Diéma, Kayes, Kéniéba, Kita, Nioro, Yélimané, Kangaba, Yorosso, Barouéli, Bla, Macina, Niono, San, Ségou, Tominian, Markala Bandiagara, Bankass, Djenne, Douentza, Koro, Mopti, Ténenkou, Youwarou, Diré, Goundam, Gourma-Rharous, Niafunké, Tombouctou, Ansongo, Bourem, Gao, Ménaka, Abeibara, Kidal, Tessalit, Tin-Essako, Almoustrat, Anderamboukane, Inekar, Tidermene, Arawane, Alourche, Boujbeha, Achouratt, Foum-Alba et Taoudénit.
Ces districts ont été choisis sur la base de trois critères suivants : surveillance Paralysie flasque aiguë, immunisation et la population.
O.D

 

 

 

En savoir plus...

PR. SAMBA SOW EN VISITE AU CHU GABRIEL TOURE: "Il faut adapter l'hôpital Gabriel Touré au poids démographique actuel".

 

 

 


Le ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique, Pr. Samba Sow a effectué, le mercredi 17 octobre 2018, une visite de travail au Centre hospitalier universitaire (CHU) Gabriel Touré afin de s'imprégner des conditions de travail. A l'issue de cette visite, Pr. Samba Sow s'est dit satisfait du travail accompli par la direction et le personnel et d’ajouter qu’" il faut adapter l'hôpital Gabriel Touré au poids démographique actuel" et cela à travers les reformes en cours. En cette circonstance, le chef du département de la Santé et de l’Hygiène Publique n’a pas manqué de mots d'encouragement à l’endroit de l’ensemble des travailleurs de cet hôpital.

 

La visite du ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique, Pr. Samba Sow, a commencé par le service d’accueil des urgences (SAU) du CHU Gabriel Touré. Ce service reçoit 80% des accidentés du Mali, des cas d'AVC (accident vasculaire cérébral). Il accueille en moyenne 70 patients par jour. De nos jours, ce service fait de Gabriel Touré le premier hôpital de référence-évacuation en cas de sinistre dans notre pays. Sous la houlette d’un spécialiste rompu à la tâche du nom de Pr. Django Djibo, le service fait face à un manque criard d'équipements. Après les urgences, le ministre s'est ensuite rendu à l'unité de néonatalogie ou service des urgences pédiatriques. Ce service dispose de 84 dispositifs tout confondu pour les nouveaux nés (berceaux, couveuses, et lampes chauffantes). Il reçoit chaque jour 30 nouveau-nés normaux ou pathologiques, âgés de 0 à 30 jours. La visite du ministre l’a conduit au service de gynécologie obstétrique. Là, 200 à 300 patients y sont enregistrés par mois. Le service comprend deux salles d'accouchement, et d’une salle d’observation pour les grossesses pathologiques. La visite s'est achevée au laboratoire d'analyses médicales et du service d’infectiologies. Doté d’une technologie capable de faire des analyses en virologie, en hématologie, en biochimie et en parasitologie, le labo est fonctionnel même si certains appareils ne fonctionnent pas faute de réactif ou de maintenance.

Le ministre a également visité la morgue pour s’assurer du respect des conditions de conservation des corps.

Le directeur général du CHU Gabriel Touré, Pr. Kassoum Sanogo, a, au nom de tous les travailleurs, remercié le ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique pour sa visite. Il a rassuré Pr. Samba Sow de leur accompagnement dans la mise en œuvre de la réforme du système de santé en cours. Il a ensuite exposé les problèmes, auxquels l'hôpital est confronté, qui sont surtout d'ordre matériel.

Le ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique, Pr Samba Sow a félicité le personnel et la direction de l'hôpital Gabriel Touré pour l’hygiène des lieux et pour l’engament du personnel, en dépit des difficultés financières. Comparativement à sa dernière visite datant d’octobre 2017, le ministre Sow a visité hier un hôpital qui a fait des efforts en matière d’hygiène, et de prise en charge des patients.

Il a justifié la nécessité de réformer l'hôpital Gabriel Touré pour l'adapter au poids démographique actuel." L'hôpital Gabriel Touré doit être érigé en hôpital de 4e référence pour soulager les populations (surtout les malades) et les travailleurs. Il est impératif de décongestionner cet hôpital aujourd'hui. Nous pensons que la réforme que nous menons, au niveau de notre système de santé, avec votre soutien, nous permettra d'atteindre cet objectif", espère-t-il. La solution aux maux dont souffre le système de santé malien, réside dans sa réforme, a indiqué le ministre Sow.

Le ministre a annoncé aux travailleurs de l’hôpital que 100 millions sur les 194 millions, que le Croissant rouge d'Abu Dhabi a octroyé à notre pays, seront investis aux services des urgences et au laboratoire d'analyses médicales du CHU Gabriel Touré. Tandis que les 94 autres millions seront investis à l’Hôpital du Point G pour mettre à niveau certains services névralgiques, dont l’unité d’hémodialyse. Le ministre a salué les efforts du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, qui ont, selon lui, permis d'obtenir ce fonds.

A.D.

 

 

 

En savoir plus...

1er Master International sur la Santé Numérique en Afrique (MISNA)

 1er Master international sur la santé numérique en Afrique (MISNA)

Une formation professionnelle continue, semi-présentielle et diplômante sur la E-santé qui sera dispensée à l'ESATIC (École supérieure africaine des TIC) à Abidjan en Côte d'Ivoire et aura pour objectif de former de futurs Gestionnaires des projets E-santé pour faire face aux enjeux technologiques et sociétaux liés à l’intégration des technologies du numérique et des innovations dans la gouvernance et la production des prestations et services dans le secteur de la santé dans les pays de l’espace francophone d’Afrique, d’Asie et de l’Océan indien.

les inscriptions sont ouvertes

Veuillez télécharger les documents ci-jointes pour en savoir plus

Télécharger les pièces jointes :
En savoir plus...

CHU DU POINT G: Pr. Samba Sow visite deux chantiers à l’arrêt

Le ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique, Pr. Samba Sow a effectué, le mardi 16 octobre 2018, une visite sur les chantiers du bloc opératoire de cardiologie et du service de rhumatologie du centre hospitalier universitaire(CHU) du Point G de Bamako. L'objectif de cette visite était de s'enquérir des problèmes afin de relancer les travaux, qui sont à l’arrêt.

Le chantier du bloc opérationnel de cardiologie du CHU du Point G a été le premier chantier visité par le ministre. Un imposant bâtiment comprenant des salles d'opération, une unité de réanimation, et des bureaux exécuté à 50%. Il est financé par le Budget national sur les exercices budgétaires 2016, 2017, 2018. Le coût des travaux de 986 000 987 FCFA pour un délai d'exécution de 8 mois. A la date d'aujourd'hui les travaux sont suspendus faute de financement.

Ensuite, c'est le chantier du service de rhumatologie du CHU du Point G qui a reçu la visite du ministre Sow. Sur place, le constat fut le même que sur le chantier précédent. Les travaux exécutés à 90% sont arrêtés pour des raisons financières. Le bâtiment R+1 comprend des salles d'hospitalisation et des bureaux. Les travaux sont également financés sur le Budget national pour un montant total de 812 869 510 FCFA, pour un délai d'exécution de 8 mois.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Pr. Samba Sow, a insisté sur la nécessité d'achever ces chantiers conformément à la volonté du président de la République d'offrir un plateau technique sanitaire aux Maliens. "Des efforts seront consentis, malgré la conjoncture actuelle dans notre pays, pour achever les chantiers, parce que le besoin est là. Ces services, une fois opérationnels, nous permettront de réduire les évacuations sanitaires en dehors du Mali", a-t-il indiqué. Il a souligné l'importance d'avoir des équipements modernes et un personnel qualifié pour ces services. Ces deux éléments, dira-t-il, sont fondamentaux pour la satisfaction des besoins de la population en matière de santé.

En savoir plus...

L’unité de dialyse du Point G fonctionnelle

Pr. Samba Sow, en visite à l'hôpital du Point G a visité le service de néphrologie et le laboratoire du CHU du Point G. Le ministre a constaté de visu le bon fonctionnement de l'unité de dialyse. Onze appareils de l'unité fonctionnent normalement, seulement deux sont en maintenance. Face aux conditions de travail difficile au niveau du laboratoire, Pr. Samba Sow a dit compter sur la réforme du système de santé, qui est en marche, pour mettre ce service dans les meilleures conditions de travail, en particulier et en général toutes les structures de santé de notre pays.
Il faut rappeler que le département de la santé est engagé à décentraliser les centres de dialyse. À Sikasso, les malades dialysés n'ont plus à venir jusqu'à Bamako. Ils bénéficient sur place du nouveau centre créé dans l'enceinte de l'hôpital régional de Sikasso. Le processus de décentralisation est en cours. Bientôt d'autres centres ouvriront dans d'autres régions.

En savoir plus...

Serrer l'étau autour de la maladie à virus d'Ebola : un consortium ouest africain pour la recherche créé

 

Le ministre de la santé et de l'hygiène, Pr Samba Ousmane Sow, à présidé, ce jour à l'hôtel de l'Amitié de Bamako de la 4e conférence internationale du consortium ouest africain de la recherche clinique.
À cette occasion, le chef du département de la santé du Mali , ce consortium vise à développer la collaboration et la coopération en matière de recherche clinique sur les vaccins et les traitements par le biais d'une stratégie régionale multi-pays. Ce consortium créé en 2015 par le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée. Le Mali y'a adhéré en 2017 à travers l'UCRC et le Centre de développement des vaccins (CVD).
Le doyen de la faculté de Médecine et d'odontosmtalogie, Pr Seydou Doumbia, a souhaité la bienvenue aux participants venus des pays de la sous région, d'Europe et d'Amérique.
Plusieurs discours ont été prononcés à cette cérémonie dont celui du recteur l'université des sciences et techniques et technologie de Bamako, Pr Adama Keita.
Les États unis d'Amérique sont un partenaire solide de cette initiative. Ce qui explique la présence de l'ambassadeur de ce pays au Mali à cette cérémonie. Paul Fomsbee à réitéré l'engagement de son pays à lutter contre la maladie à virus Ebola à travers ce consortium.
Prennent part à cette conférence de Bamako, les participants (chercheurs) venus du Bénin, du Burkina Faso, de la côte d'ivoire, du Ghana, Sénégal, de la France, du Canada...

En savoir plus...

PR SAMBA SOW A LA JOURNEE MONDIALE DU LAVAGE DES MAINS AU SAVON "En se lavant régulièrement les mains au savon, on évite plusieurs maladies"

Le ministre de la Santé et l'hygiène Publique, Pr Samba Ousmane Sow, a lancé le lundi 15 octobre, dans la commune rurale de N'Gabacoro Droit, les activités de la 11ème édition de la journée mondiale du lavage des mains au savon. C’était en présence de plusieurs partenaires techniques et financiers et organismes internationaux.

Selon plusieurs études, nos mains constituent l’un des principaux moyens de transmissions de maladies, surtout quand elles ne sont pas propres. D'après l'annuaire statistique 2017 du système local d'information sanitaire (SLIS), il a été enregistré 291 131 cas de diarrhées avec 139 décès dont plus de la moitié chez les enfants de moins de 5 ans et de décès liés à la diarrhée. La même source indique que 960 723 cas d'infections respiratoires aiguës avec 92 décès dont plus de la moitié chez les enfants de moins de 5 ans et 64% de décès ont été enregistrés pendant la période.
Pourtant l’adoption d’un simple geste ou comportement permet d’éviter le pire. En effet, le lavage des mains au savon est recommandé au sortir des toilettes, après le nettoyage des enfants après leurs selles, avant de préparer le repas. Aussi, il a conseillé de se laver les mains au savon avant de manger ou de donner à manger, et après tout contact des mains avec les liquides biologiques, les surfaces et les objets souillés.
L'édition 2018 de la journée dédiée à l’observance de cette pratique a été lancée, dans la commune rurale de N'Gabacoro Droit, par le ministre de la Santé et de l'hygiène Publique, Pr. Samba Ousmane Sow, en présence du représentant de l'OMS au Mali, Dr Lucien Manga, des chefs coutumiers et religieux, des autorités de N'Gabacoro Droit et de la région de Koulikoro, en présence également de plusieurs autres partenaires techniques et financiers de notre pays.
Le thème retenu cette année est : "Des mains propres, une recette pour la santé".
Au cours de cette cérémonie plus de 1000 kits de lavage des mains avec savon ont été distribués aux scolaires présents. Des kits à usage publics ont également distribués entre les écoles de la commune. Il s’agit d’amener davantage de communautés, à partir de cette commémoration, d’intégrer cette pratique simple, et moins couteuse dans leurs habitudes quotidiennes, pour lutter contre des maladies comme la grippe, les infections respiratoires, le trachome, les diarrhées, les intoxications alimentaires, la malnutrition, et même la maladie à virus Ebola. Les artistes Mahamadou Dembélé dit Dabara, Batoma Kouyaté et la Troupe théâtrale Karim Diarra ont véhiculé de messages captivants de quoi attirer l’attention de toutes les couches sociales sur l’importance de cette pratique. Cette journée de lancement annonce une séries d’activités de sensibilisation et de promotion du lavage des mains au savon sur toute l’étende du territoire nationale.
Au nom des communautés, le maire de Ngabakoro Droit, Modibo Dembélé s’est engagé à faire adopter cette pratique par sa population.
Vivement l’édition 2019

En savoir plus...

Atelier de validation du manuel de gouvernance de la plate-forme nationale « Une seule Santé »

L'atelier de validation du manuel de gouvernance de la plate-forme nationale « Une seule Santé » se tiendra les 17 et 18 octobre 2018 à  l'hotel Radisson Blu.

L'objectif de cet' atelier est de procéder à la validation technique du manuel de gouvernance de la Plateforme nationale « Une seule santé » qui définit les rôles, responsabilités des acteurs multisectoriels ainsi que les règles de gouvernance au sein de la plateforme.

En savoir en téléchargeant le TDR et l'Agenda ci-dessous

 

 

 

 

En savoir plus...

REFERENCE-EVACUATION SANITAIRE: le ministre Samba Sow remet 15 ambulances aux structures de santé du Mali

Le ministre de la Santé et de l’hygiène Publique, Pr Samba Sow, a procédé à la remise, le mercredi 10 octobre 2018, de 15 ambulances (tout terrain et médicalisées) à des structures de santé de l’intérieur et du district. D’une valeur de 760 millions de FCFA, financés par le budget d’Etat, ces ambulances entrent dans le cadre de l’amélioration de l’évacuation sanitaire et du plateau technique.
Le développement des structures de santé, à tous les niveaux (Cscom, Cs-réf, Hôpital), passe par l’amélioration des moyens logistiques. Fort de cette conviction, le gouvernement du Mali, à travers le département de la Santé et de l’Hygiène Publique, vient de doter des structures de santé de l’intérieur et du district par l’acquisition de 15 nouvelles ambulances dont 5 médicalisées.
D’une valeur de 760 millions de FCFA, financés par le budget d’Etat, ces nouveaux véhicules contribueront à l’amélioration du plateau technique sanitaire mais aussi faciliter la référence/évacuation sanitaire qui reste très difficile dans certaines localités de notre pays, en vue de l’atteinte de la couverture sanitaire universelle qui passe par les soins de santé primaires. Les 15 ambulances sont réparties entre les régions de Kayes (3), Koulikoro (2), Sikasso(4), Ségou(2) et le district de Bamako (4).
Pr. Samba Sow, ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, a souligné l’effort consentis par l’Etat pour l’acquisition de ces ambulances, tout en exhortant les bénéficiaires à bien entretenir les nouveaux véhicules et à les utiliser uniquement dans le cadre du travail pour lequel, ils ont été achetés. Il a insisté sur la volonté des plus hautes autorités de notre pays, d’offrir des soins de santé de qualité aux populations, à travers la réforme du système de santé. « La réforme est un point essentiel de la lettre de mission du président de la République au gouvernement. Elle concerne tous les niveaux de notre système de santé. Il ne s’agit plus d’attendre que le peuple vienne vers la santé, mais de faire en sorte que la santé se déplace vers le peuple », a déclaré le ministre Sow.
Au nom des structures bénéficiaires, Ousmane Attaher Dicko, directeur de l’Hôpital du Mali, a remercié le gouvernement et pris l’engagement d’utiliser les nouvelles ambulances au bénéfice des populations maliennes. Il a également rassuré le ministre de l’accompagnement du personnel de la santé, à tous les niveaux, pour la réussite de la réforme du système de santé de notre pays.
En outre, depuis le début de l’année 2018, le département de la Santé et de l’Hygiène Publique a remis au total 127 ambulances motos médicalisées aux structures de santé à travers le pays.
Source : L'Indicateur du renouveau

En savoir plus...

Communiqué: Avis de reunion N°000777/MSHP-SG

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique , convie en session de formation, vingt quatre (24) agents pour le centre national de traitement du Centre National d’Appui à la lutte contre la Maladie (CNAM) sur la prise en charge des cas d’infections à  virus Ebola.
Cette session se tiendra du 15 au 19 octobre 2018, à 09 heures, au Centre de Formation sur la Maladies Infectieuses (CEFOMI) du CNAM.

Télécharger les pièces jointes :
En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS