Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 85
Menu

A+ A A-

Discours du ministre de la santé lors de la Journée Africaine de lutte contre la drépanocytose

Honorable, Monsieur, le Président de l’Assemblée Nationale du Mali,
Honorable, Monsieur le Président de la Commission santé de l’Assemblé Nationale,
Honorables députés de la Commission Santé de l’Assemblée Nationale,
Monsieur le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique du Mali, Parrain de ce Plaidoyer sur la Drépanocytose,
Monsieur, le Ministre de l’éducation Nationale,
Madame le Ministre de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille,
Monsieur, le Ministre de l’information de la Communication de l’économie numérique,
Honorable délégation de la principauté de Monaco,
Son Excellence le Consul de MONACO au Mali,

Excellences les Ambassadeurs et Consuls honoraires, Représentants diplomatiques accrédités au Mali
Monsieur, le Représentant de l’OMS au Mali
Monsieur, le Président du Conseil Économique et social
Monsieur, le Gouverneur du District de Bamako
Monsieur, le Président du Conseil National de la Société civile
Mesdames et Messieurs les leaders religieux,
Madame la Présidente Nationale de la CAFO
Monsieur le Président du RECOTRADE
Monsieur, le Président du Conseil National des Jeunes du Mali,
Monsieur, le Président de la Maison de la Presse du Mali
Monsieur le Directeur Général du CRLD
Mesdames et Messieurs du Réseau International de lutte contre la Drépanocytose
Le Coordinateur des Chefs des Quartiers du District de Bamako
Mesdames et Messieurs  de la Commission Nationale d’Organisation de la Journée de Plaidoyer sur la drépanocytose,
Chers (es) Invités, en vos rangs et grades respectifs,

C’est avec un réel plaisir que  je prends la parole à l’occasion de la commémoration du 10 mai, Journée Africaine de lutte contre la drépanocytose.
Votre présence massive à cette cérémonie témoigne tout l’intérêt que vous accordez à ce plaidoyer sur la drépanocytose.   
Ce plaidoyer s’inscrit dans la droite ligne des engagements du gouvernement à combattre  la drépanocytose pour le bien être de nos populations.

Mesdames et messieurs,
La drépanocytose est une maladie du sang et une maladie héréditaire aux signes cliniques multiples marquée par fréquence des douleurs.
Elle est considérée comme la première maladie génétique au monde.
Connue du milieu médical depuis plus de 100 ans. Elle affecte un nombre de personnes de plus en plus croissantes mais reste encore méconnue du grand public. Dans le monde il y a 120 Millions  porteurs du trait drépanocytaire dont 2/3 en Afrique. 156 pays sont touchés.
L’intérêt de cette journée est d’attirer l’attention sur une maladie très handicapante non seulement par ses effets sur la santé mais aussi par le nombre des occasions perdues pour les porteurs et pour la société en termes de temps de travail pour les adultes et en termes de fréquentation scolaire pour les enfants.
Permettez-moi de faire économie des explications scientifiques sur la maladie dont le détail vous a été donné dans la présentation des spécialistes.
Mesdames et messieurs
La drépanocytose qui nous réunit ce matin a été reconnue comme problème de Santé Publique d'abord par l'Union Africaine le 5 Juillet 2005, puis par l'UNESCO le 19 octobre 2005 et, enfin par l'OMS le 27 mai 2006.
Honorable Président de l’Assemblée Nationale du Mali, Chers invités, permettez-moi de saluer ici, l’effort de l’Association malienne de lutte contre la drépanocytose à travers cette mobilisation pour le combat d’un mal aussi handicapant que la drépanocytose.

Mesdames et Messieurs,

Pour faire face à cette maladie, le gouvernement a créé un le Centre de Recherche et de Lutte contre la drépanocytose dont il assure le fonctionnement pour le bien être des malades.

La drépanocytose est une maladie chronique qui ne se guérit pas mais qui peut être bien traité.
Sa prise en charge nécessite un suivi médical adéquat, une bonne hygiène de vie, et un bon encadrement social. Cette prise  en charge appelle donc l’implication de tous (professionnels de santé, gouvernants, communautés, famille du malade et le malade lui-même).
C’est en ce sens que le plaidoyer d’aujourd’hui contribuera à appuyer le CRLD dans sa tâche quotidienne de prise en charge des malades drépanocytaires.

Chers membres de l’AMLUD

Je puis vous assurer de l’engagement de mon département pour continuer à faire de la drépanocytose une priorité de santé publique bénéficiant de toute l’attention nécessaire.
En effet, le conseil génétique avant le mariage doit faire partie des actions de routine, car constituant le seul gage pour faire reculer la drépanocytose dans notre pays.
Honorables invités, Il est important de changer l'image de la maladie auprès du grand public, qui est souvent amené à côtoyer un drépanocytaire au quotidien. L'éducation et la sensibilisation sur la maladie sont donc des faits indissociables pour lutter efficacement contre la drépanocytose».
La prévention par la sensibilisation à travers l’information des populations, le dépistage,  le conseil génétique; la promotion de la recherche médicale sur la drépanocytose ; et le développement du partenariat scientifique et médical sont indispensable dans la lutte contre la drépanocytose.
C’est pourquoi le thème retenu par l’Association Malienne de Lutte contre la Drépanocytose: « La Sensibilisation comme facteur essentiel pour gagner le combat contre la drépanocytose », me parait pertinent.
A travers ce thème, l’AMLUD interpelle tous les décideurs maliens, les parlementaires,  les partenaires techniques et financiers, les organisations internationales, les entrepreneurs et sociétaires du Mali, les organisations non gouvernementales, les secteurs privés, la société civile toute entière, les personnes de bonnes volontés à voler au secours de l’association et de ses malades.
Honorables invités  du Burkina Faso, de Madagascar, de Mauritanie, du Niger, du Sénégal, et la Principauté de Monaco, c’est avec votre collaboration et appuie que l’AMLUD a pu porter haut le flambeau de la lutte contre la drépanocytose.
Au nom du Gouvernement Malien, je vous salue tous, principalement la Principauté de MONACO pour son engagement auprès du CRLD au Mali, pour la prise en charge des malades. Nul n’ignore vos investissements pour l’amélioration de l’espérance de vie des nombreux drépanocytaires de notre pays. Nous en sommes honorés.
Chers Partenaires de la DCI Monaco, ce Réseau International de lutte contre la drépanocytose que vous aviez mis en place, témoigne votre engagement à accompagner les différentes associations dans leur tâches quotidiennes qui consiste à informer, à éduquer, à communiquer pour aboutir à un changement de comportement autour de la drépanocytose dans nos pays respectifs.
Je dis changement, c’est compte tenu du système de transmission du père et de la mère de la drépanocytose à l’enfant. Et nos pratiques coutumières constituent des facteurs de multiplication de cette maladie.
Honorables invités, par ma voix, le gouvernement du Mali s’engage avec l’appui des partenaires ici présents à mettre en œuvre chaque objectif et recommandation du présent plaidoyer pour le bien être des drépanocytaires du Mali.
J’exhorte les représentants des antennes régionales de l’AMLUD à servir de relais de communication, d’information et de sensibilisation pour une meilleure connaissance de nos populations sur la drépanocytose.
Je ne saurai terminer ce discours sans adresser une mention spéciale à Mme la Première dame épouse du chef de l’Etat Mme Keïta Aminata Maïga en faveur de la santé de la mère et de l’enfant. Au moment où nous procédons à la commémoration de cette journée, la Première dame boucle une visite à un Centre de recherche et de lutte contre la drépanocytose au Congo. Ce centre visité par Madame la Première Dame a la même vocation que le CRLD Mali et est financé par le même partenaire : j’ai nommé la Fondation Fabre.
Vive le Mali sans victime drépanocytaire !
Je vous remercie de votre aimable attention

Lieu : Hôtel Salam, Bamako, Mali
Date : Dimanche 10 mai 2015

Dernière modification lemardi, 12 mai 2015 00:32

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut