Menu

A+ A A-

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE A L’OCCASION DE LA DECORATION DES MEMBRES DE LA 24ème MMC DE L’HOPITAL DU MALI, LE 18 JUILLET 2017

Excellence Mme  l’Ambassadeur de la République populaire de Chine au Mali,
Monsieur le Grand Chancelier des Ordres nationaux du Mali,
Mesdames, Messieurs les membres du Cabinet du Ministère de la Santé,
Excellence Mesdames, Messieurs les travailleurs de l’Ambassade de la République populaire de Chine au Mali,
Monsieur le Directeur Général de l’Hôpital du Mali,
Mesdames, Messieurs les travailleurs de l’Hôpital du Mali,
Mesdames, Messieurs les membres de la Mission médicale Chinoise,
Monsieur le DGA du CNAM ;
Chers Collègues,
Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,
Bonjour et bienvenue à la cérémonie de décoration de la Mission médicale chinoise de l’Hôpital du Mali.
Excellence Madame l’Ambassadeur de Chine au Mali,
Avant tout propos, permettez-moi de vous transmettre les remerciements du Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keita, et du Gouvernement du Mali au peuple et aux autorités chinoises. Personnellement je vous remercie pour votre implication personnelle à nos côtés pour la promotion de la santé au Mali.
Mesdames et Messieurs
La coopération entre le Mali et la Chine remonte aux années d’indépendance du Mali. Au plan sanitaire, cette coopération sino-malienne se traduit entre autres par la réception de missions médicales chinoises. De 1968 à jours, 24 missions médicales chinoises se sont succédé au Mali. Chacune de ces missions a contribué à sa manière à l’amélioration de la santé des Maliens.
La mission médicale, dont nous procéderons toute à l’heure à la décoration des membres,  est la 24e Mission médicale chinoise au Mali, et la 3e mission médicale de l’Hôpital du Mali.
En effet, durant deux ans, ces professionnels chinois ont participé de façon qualitative à la prise en charge de nos compatriotes dans tous les services de l’Hôpital du Mali. Ils ont en plus organisé une semaine d’appui à l’Hôpital de Kati en 2016.     
Donc cette cérémonie constitue une marque de reconnaissance de leurs efforts que nous souhaitons magnifier de la façon la plus solennelle; elle est aussi un rappel de la longue amitié et de la coopération exemplaire entre les peuples chinois et maliens ainsi.
Mesdames et Messieurs
C’est, le lieu pour nous d’exprimer encore une fois toute la gratitude de notre peuple et celle du gouvernement du Mali à ces médecins chinois qui, durant leur séjour, ont travaillé sans relâche et de la façon la plus efficace possible dans un contexte culturellement différent de celui de leur pays d’origine.  
Leur présence a incontestablement renforcé une notoriété qui avait été déjà bâtie par les missions précédentes. Cette notoriété a été certainement aussi une source d’attraction pour l’Hôpital du Mali.
Mesdames, Messieurs les membres de la mission médicale chinoise
J’imagine que vous sentez des regrets de quitter déjà un pays que vous appréciez et que vous commencez juste à mieux connaître. Mais j’imagine en même temps toute la joie qui vous anime en ce moment à la seule idée de retourner chez vous, avec des médailles méritées, pour retrouver vos familles, vos épouses ou époux et vos enfants.
Vous devez être fiers d’avoir bien travaillé et renforcé la coopération entre le Mali et la République populaire de Chine.
Je vous invite à transmettre toute notre amitié à vos familles respectives à la Province du Zhejiang et  au  peuple chinois tout entier.
Je vous exhorte à transmettre aux membres de la nouvelle mission médicale l’enthousiasme et la volonté  qui vous ont permis de travailler de façon efficace et efficiente durant vos deux années de noble mission au Mali. 
Vous leur donnerez aussi l’assurance qu’ils seront bien accueillis par tout le peuple Malien et l’accompagnement du personnel malien de l’Hôpital du Mali ainsi que celui de mon département ne leur feront jamais  défaut.
Avant de terminer, permettez-moi de vous souhaiter bon retour chez vous en Chine et bonne chance pour la suite de vos carrières respectives.
Vive la coopération Sino-Malienne !
Je vous remercie de votre aimable attention.

Retrouvez plus d'images sur notre page facebook

 

 

 

En savoir plus...

Intervention du Professeur Samba Ousmane Sow Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique lors de la 70ème Assemblée Mondiale de la Santé. Genève, 22-31 mai 2017

Monsieur le Président,
Mme la Directrice générale "sortante",
Mme/Mr le Directeur Général "entrant",
Mme et Messieurs les Ministres,
Distingués Délégués.

Permettez moi, Mr le président de vous féliciter pour votre élection à la présidence de la 70 ième Assemblée mondiale de la Santé, ainsi que celle des membres de votre bureau.
je voudrais au nom du Président de la République du Mali, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA remercier le Dr Margaret Chan pour le travail excellent , de qualité fait pendant son mandat à la tête de l’organisation mondiale de la Santé, dans un contexte particulier avec d'énormes défis pour lesquels des résultats importants ont été accomplis. Je voudrais ici vous témoigner toute la gratitude du peuple malien. Je lui souhaite aussi beaucoup de bonheur et plein succès dans ses entreprises futures.
Permettez moi également de féliciter au nom du Président de la République du Mali Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA le Directeur Général entrant de l'OMS pour sa brillante élection. Au regard de sa vision et ses qualités nous sommes convaincus que les importants défis qui se profilent à l'horizon sous sa haute direction seront relevés. Il pourra compter sur le plein soutien et la coopération du gouvernement malien. Nous fondons beaucoup d'espoir sur la concrétisation des réformes de l'organisation pour plus d'efficacité afin de contenir les urgences sanitaires, d'assurer un développement des ressources humaines qualifiées, engagées et motivées, d'accroitre les financements pour la santé notamment au plan domestique. Ceci contribuera significativement et de façon durable à renforcer nos systèmes de santé et de faciliter la marche vers la couverture sanitaire universelle.
Monsieur le Président
Distingués délégués
Permettez moi, de vous remercier pour le thème retenu pour cette 70ième session de l'Assemblée mondiale :« Mettre en place de meilleurs systèmes pour la santé à l’ère du développement durable », en droite ligne avec les ODD et nos préoccupations dans les pays.
Je voudrais saisir cette occasion pour souligner encore une fois notre préoccupation commune relative à la survenue des épidémies qui impactent très négativement le fonctionnement de nos services de santé. La mise en œuvre des plans de développement sanitaires est fortement menacée par la survenue de ces épidémies. En effet, les épidémies successives de fièvres hémorragiques ont révélé la faiblesse des systèmes de santé de nos pays. Il urge donc de revoir nos dispositifs sanitaires dans toutes leurs composantes et sur tous les plans.
Dans cette logique, au niveau de chaque pays des équipes robustes de lutte contre les épidémies devront être pré positionnées afin d'être mises en route au moment opportun aussi bien au niveau national, régional que mondial. Ceci devra être doublée d'un système de surveillance renforcée sur la base d'une parfaite collaboration avec les institutions de recherche en place tant au niveau local, régional que mondial.
Monsieur le Président
Distingués délégués
Je voudrais appeler l'attention de l'assemblée sur quelques points importants suivants:
• Accompagner les pays afin d’asseoir des approches pertinentes pour la disponibilité des ressources humaines de qualité, motivées et engagées, indispensables à la délivrance des prestations nécessaires pour la couverture universelle en santé.
• Rendre les services de santé de qualité accessibles à toutes les populations de façon équitable.
• Prioriser la santé maternelle, infantile et celle des adolescents ;
• Institutionnaliser et faciliter la gestion des urgences sanitaires à tous les niveaux dans la dynamique de la sécurité sanitaire mondiale.
• Rendre disponible des stocks de vaccins afin d'intervenir de manière adéquate notamment dans les pays à risque avéré.
• Promouvoir la recherche innovante en matière de prévention, de diagnostique, et de prise en charge dans le domaine de la santé.
• Faire du concept « Une seule santé » un levier clé pour asseoir une gestion efficace des urgences sanitaires afin de contenir les épidémies.
• Exhorter les pays à l’application adéquate du règlement sanitaire international; ceci devient de plus en plus un point critique. En effet au regard de la globalisation, nous observons des mouvements importants de populations entre nos pays. Il est donc indispensable que chaque pays joue pleinement sa partition pour que l'on puisse gagner le combat commun de la lutte contre les épidémies et les pandémies.
• Pour terminer, je voudrais mettre un accent particulier sur la dimension paix et sécurité, condition sine qua none de tout développement et particulièrement dans le domaine socio-sanitaire.

Je vous remercie

 

 

 

En savoir plus...

Biographie de Pr. Samba SOW

Le Pr. Samba Ousmane SOW est le nouveau ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique.

 

Directeur général du centre national de lutte contre la maladie (CNAM) jusqu’à sa nomination en tant que ministre de la santé, le professeur Samba Sow est surtout connu pour ses efforts dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola. Pour son implication dans la lutte contre cette maladie et d’autres épidémies, il a été érigé au rang de «chevalier de l’ordre national de la légion d’honneur de la république de France » par décret en date du 25 janvier 2017.

Le nouveau ministre de la santé est détenteur d’un bac scientifique obtenu au lycée Askia Mohamed de Bamako. Il devient docteur après avoir terminé ses études à l’école nationale de médecine et de pharmacie du Mali (ENMP). Il est également titulaire d’un master en science de la London SCHOOL  of hygiène and tropical médecine.

Au cours de sa carrière professionnelle, il a apporté une contribution substantielle à la vaccination fondamentale, la photogenèse bactérienne et la recherche clinique. Il a par ailleurs été d’un grand apport à l’avancée des recherches sur l’épidémiologie de terrain, ainsi qu’à l’amélioration de la politique de santé  publique au Mali et en Afrique subsaharienne.

Avec plus de 90 articles scientifiques et chapitres, le professeur SOW est la première personnalité noire à intégrer la  commission médicale et scientifique de la Fondation Raoul Follereau  depuis sa création il y a 70 ans. Il est par ailleurs membre suppléant de l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) et membre honoraire international de l’American Society of Tropical Médicine and Hygiène (FASTMH).

Pour son expertise avérée dans son domaine, Samba Sow avait bénéficié, en 2014, de la confiance du président de la république qui l’a nommé conseiller spécial sur les questions de santé.

Le récipiendaire du Prix LAVIRON  de Médecine Tropicale a sans contexte la main sur les épaules. Samba Sow est un homme d’expérience en matière de santé qui  semble être à sa place en tant que ministre de la santé.

 

Issa Coulibaly 

 

 

 

En savoir plus...

DISCOURS DE LANCEMENT DE LA JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE VIH SIDA.

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
Madame, Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;
Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement ;
Excellence mesdames, mmessieurs les Ambassadeurs ;
Monsieur le Secrétaire exécutif du Haut Conseil National de Lutte contre le Sida ;
Monsieur le Gouverneur du district de Bamako ;
Monsieur le Maire de la commune V du district de Bamako ;
Mesdames messieurs les membres des cabinets ministériels ici présents
Monsieur le Représentant résident de lOMS ;
Mesdames messieurs les partenaires multi et bilatéraux ;
Monsieur le chef de file des Partenaires Techniques et Financiers ;
Mesdames messieurs les représentants des services centraux, rattachés et personnalisés des différents départements ministériels
Madame la Présidente du Réseau Malien des Associations des Personnes Vivant avec le VIH ;
Distinguées Notabilités de Bamako ;
Mesdames, Messieurs les Représentants de la presse publique, privée et du RECOTRADE;
Honorables invités ;
Mesdames, Messieurs,

Cest un grand honneur et un agréable devoir pour moi de madresser à vous à loccasion de la cérémonie de lancement de la journée mondiale de lutte contre le sida.
Monsieur le Premier ministre, chef du Gouvernement
Je voudrais, avant tout propos, rendre un hommage particulier à Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la république, Chef de lEtat, Président du Haut Conseil National de lutte contre le Sida, pour son engagement personnel dans cette lutte, non seulement sur le plan national mais également sur le plan international.
Je voudrais également vous dire merci, Monsieur le Premier ministre, Chef du gouvernement, pour tout ce que vous faites à la tête du Gouvernement et surtout dêtre venu présider en personne cette cérémonie de lancement malgré votre emploi de temps que nous savons très chargé.. Mes remerciements vont à tous mes collègues du gouvernement, pour leur implication dans la lutte contre le SIDA à travers les cellules sectorielles.
Monsieur le Premier ministre ;
Mesdames messieurs ;
La date du 01 décembre, faut-il le rappeler, consacre la célébration de la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida. Cette année, notre pays le Mali, célèbre la 29ème Edition sous le thème « « Dépistage et Traitement pour tous » et comme slogan « le Dépistage Maintenant et Partout au Mali »
Ce thème sinscrit dans le cadre de laccélération du dépistage pour faciliter la mise rapide sous traitement antirétroviral et rompre la chaîne de transmission pour aller à lélimination de la maladie en 2030 conformément aux Objectifs Durables de Développement (ODD) et pour le SIDA pédiatrique dès 2018- 2020.
La lutte doit donc être intensifiée dici 2020 en mettant un accent particulier sur lobjectif trois fois quatre-vingt-dix afin que :
90% des personnes connaissent leur statut sérologique ;
90% de toutes les personnes diagnostiquées séropositives reçoivent un traitement antirétroviral ;
90% de toutes les personnes qui reçoivent un traitement antirétroviral aient une charge virale indétectable.
Latteinte de lobjectif «trois fois quatre-vingt-dix (3x90)» ne sera possible sans laccès universel à la prévention, aux traitements et au soutien.
Au Mali, avec une prévalence de 1,1% en 2012, le nombre de personnes infectées a été estimé à environ 100 000 personnes.
Aussi, depuis plusieurs années, le Mali sest lancé dans la dynamique de « laccès universel » en posant des actes sur lensemble du territoire national pour laccélération de la prévention et la décentralisation du traitement.
Les résultats obtenus, monsieur le Premier ministre, sont appréciables en termes de disponibilité des services de prévention et de traitement. La gratuité des soins et du bilan ont été instaurés au Mali depuis 2004, ce qui a favorisé laccès dun plus grand nombre de Maliens aux services de prévention, de traitement et de soutien.
Cela a été possible, grâce non seulement, à lengagement du gouvernement du Mali, mais aussi à laccompagnement constant des différents acteurs de la lutte contre la maladie qui sont les partenaires techniques et financiers et les nombreuses ONG, associations et Fondations.
Monsieur le Premier ministre ;
Mesdames, Messieurs ;

Les résultats obtenus au 30 septembre 2016 sont les suivants:
Dans le domaine de la Prévention de la Transmission du VIH de la Mère à lEnfant, en terme de document normatif notre pays dispose désormais dun plan National dElimination de la transmission Mère enfant 2015-2019 dont la dissémination a été faite dans toutes les régions et districts sanitaires.
Lactivité de prévention de la transmission mère-enfant est disponible dans 652 sites PTME en 2016, contre 446 en 2015 soit 206 nouveaux sites. Cela a permis de conseiller et de sensibiliser 275 537 femmes enceintes en consultation prénatale, parmi lesquelles, 178 168 ont accepté de faire le test de dépistage du VIH : 1 272 se sont avérées séropositives soit un taux de séropositivité de 0,71% contre 1,09% de la même cible en septembre 2015 .
Sur les 1 272 femmes enceintes séropositives, 1212 ont bénéficié de la prophylaxie ARV soit 95,28% contre 79,68% en septembre 2015 .
Dans le cadre du suivi des nouveaux nés 18 mois après leur naissance, sur 269 nouveaux nés de mères séropositives ayant suivi la PTME, 248 nouveaux nés ont été séronégatifs au VIH soit 92,19%.

Dans le domaine de la prise en charge,
91 sites de prise en charge globale, répartis sur lensemble des régions, sont fonctionnels parmi lesquels 73 offrent la prise en charge pédiatrique.
Le nombre total de personnes séropositives mises sous ARV et suivies régulièrement est de 36 927 en 2016 contre 33 740 en 2015, soit 3 187 personnes de plus.

Dans le domaine du suivi biologique des personnes vivant avec le VIH
Si en 2015, nous ne disposions que de 42 appareils de comptage des CD4 fonctionnels sur 63 disponibles, en 2016, 51 appareils sont fonctionnels, ceci grâce à un contrat de maintenance signé avec la société ASL dun montant de 177 264 320 FCA, financé sur budget dEtat. A ceux-ci, il faut ajouter 11 appareils de charge virale. Il est à noter que nous avons également bénéficiés en octobre 2016 dun complément de 34 appareils neufs et mieux adaptés au climat tropical, un don de la société ASL que nous saluons au passage.
Dans le domaine de la sécurité transfusionnelle,
Aucune transfusion sanguine nest faite sans la pratique des tests obligatoires. Ainsi, 51 223 poches de sang collectées en 2016 ont été testées au VIH, à la Syphilis et aux virus de lhépatite B et C à travers 8 antennes du Centre national de transfusion sanguine créées dans les capitales régionales.
A ces différentes actions, sajoute la distribution gratuite des préservatifs et des supports de prévention aux acteurs de tous les secteurs de la réponse nationale.
Dans le domaine du financement de la lutte contre le SIDA
Le Mali et ses partenaires techniques et financiers notamment le Fonds mondial ont investi rien que dans lachat des réactifs, des ARV et la maintenance près de 5 milliards de FCFA en 2015 et plus de 6 milliards 220 millions de FCFA en 2016. Ces montants ne prennent pas en compte la prise en charge sur le fonds Mondial de plus de 230 agents pour plus de 2 milliards de FCFA de masse salariale annuelle.

Monsieur le Premier ministre
Mesdames et Messieurs ;
Ces indicateurs illustrent à suffisance les efforts fournis par le Mali pour faciliter laccès des populations aux services de prévention et de prise en charge.
Cependant, de nombreux défis restent à relever pour atteindre laccès universel au dépistage et au traitement
Ces défis ont pour nom :
la pérennisation des acquis à travers la mobilisation des ressources internes car les financements extérieurs alloués au Mali pour la lutte contre le VIH et SIDA ont toujours été largement supérieurs aux financements nationaux. Ce défis est au cur des préoccupations des plus hautes autorités et je voudrais renouveler ici mes remerciements à Monsieur le Premier ministre qui a renouvelé lengagement du Mali à créer et à alimenter le Fonds national de lutte contre le SIDA lors du sommet de reconstitution des ressources du Fonds mondial à Montréal (Canada) en septembre 2016,
le renforcement du système de santé, car le pari de la lutte contre la maladie ne peut pas se gagner sans un système de santé fort, ce qui a été unanimement souligné par les participants et les PTF lors de nombreuses rencontres internationales dont celles de Nairobi au Kenya en août 2016, de Montréal en septembre 2016 et Rotterdam aux Pays Bas en octobre 2016. Les leçons doivent être tirées de lépidémie dEbola.
la maîtrise de lépidémie dans les groupes vulnérables et marginalisés,
lintensification de la prévention surtout dans les zones à risques tels que dorpaillage et vu le contexte de conflit armé et dinsécurité que vit le Mali depuis 2012.
Monsieur le Premier ministre,
je ne saurais terminer sans renouveler les remerciements aux partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement et solliciter leur engagement à soutenir davantage les efforts du Mali dans la lutte contre le sida, aux cellules sectorielles de lutte contre le SIDA de tous les départements impliqués dans la lutte, à lensemble des acteurs socio- sanitaires des secteurs publics, privés notamment communautaires pour leur engagement et leur dévouement dans lutte contre le VIH et le sida.
Je les exhorte à plus de persévérance pour le maintien de nos acquis car sans leur effort au quotidien il ny aura pas de résultats.

Quant à mon département, nous nous engageons à tout mettre en uvre tout, à travers la Cellule Sectorielle de Lutte contre le VIH et le SIDA, pour assurer loffre de service de prévention, de traitement et de soutien aux différents niveaux de la pyramide sanitaire.
Jeunes du Mali engagez vous dans la lutte contre le SIDA
Moi je m'y engage !!!

Je vous remercie !

 

 

 

En savoir plus...

Biographie de Dr. Marie Madeleine TOGO

Dr. Marie Madeleine TOGO est le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique. 

Dr. Marie Madeleine Togo, 61 ans, a fait ses premières armes en médecine dans les années 80 avant d’être au service de néphrologie de l’hôpital du Point G et à l’hôpital Gabriel Touré qu’elle dirigea de 1999 à 2004.
Elle consacre l’année 2005 aux soins des malades au Centre de Santé de Référence de la Commune V de Bamako. L’enfant de Pel Maoudé (Cercle de Koro- Région de Mopti) est nommée conseillère technique au ministère de la Santé en novembre 2007. Depuis février 2014, elle est inspectrice de santé au service de la bonne marche du système sanitaire de notre pays.
1982, c’est l’année où Mme Marie Madeleine Togo a soutenu sa thèse de doctorat avant de se spécialiser en anesthésie et réanimation au C.H.U. de Clermont-Ferrand en France (DES). Assoiffée de connaissances, elle développe ensuite ses capacités en médecine de catastrophe au C.H.U. d’Amiens, toujours en France. Cerise sur le gâteau, elle enrichit son CV par un certificat du cours supérieur d’épidémiologie à Bamako en 2004.
Son dévouement lui a valu la décoration de chevalier de l’Ordre du mérite de la santé en 2009 et de chevalier de l’Ordre national du Mali en 2015. Le nouveau ministre de la Santé remplace Ousmane Koné, qui n’est pas médecin, mais qui a eu le mérite de réussir le combat contre Ebola. Mais Mme Marie Madeleine Togo dispose de deux atouts de taille : le professionnalisme et sa parfaite maitrise du système de santé.

 

En savoir plus...

Discours du ministre de la santé lors de la Journée Africaine de lutte contre la drépanocytose

Honorable, Monsieur, le Président de l’Assemblée Nationale du Mali,
Honorable, Monsieur le Président de la Commission santé de l’Assemblé Nationale,
Honorables députés de la Commission Santé de l’Assemblée Nationale,
Monsieur le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique du Mali, Parrain de ce Plaidoyer sur la Drépanocytose,
Monsieur, le Ministre de l’éducation Nationale,
Madame le Ministre de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille,
Monsieur, le Ministre de l’information de la Communication de l’économie numérique,
Honorable délégation de la principauté de Monaco,
Son Excellence le Consul de MONACO au Mali,

En savoir plus...

Discours de Madame Diallo Madeleine Ba, Ministre de la Santé lors de la Présentation de vœux du personnel de la santé

Discours de  Madame Diallo Madeleine Ba, Ministre de la Santé lors de la Présentation de vœux du personnel de la santé

• Mardi 17 janvier  2012 à 15 h lieu:DNS
- Monsieur le Secrétaire général,
- Madame la Représentante de l’Organisation Mondiale de la Santé
- Mesdames, Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers,
- Mesdames, Messieurs les membres du secrétariat général et du cabinet,
- Mesdames, Messieurs les Directeurs des services centraux, des services rattachés et des services et organismes personnalisés,
- Monsieur le Président de la FENASCOM,
- Monsieur le Secrétaire General du Syndicat National de la Santé et de l’Action Sociale
- Monsieur le Président de l’Association Nationale des Retraités de la Santé et de l’Action Sociale,
- Mesdames, Messieurs les Présidents et Secrétaires généraux des Ordres Professionnels et Syndicats de la Santé,
- Mesdames et Messieurs de ma Presse publique et privée,
Mesdames, Messieurs,

Tout le plaisir est pour moi de présider ce jour, 17 Janvier 2012, la cérémonie de présentation de vœux du personnel de la santé.

Je vous remercie pour les vœux que vous avez bien voulu formulés à mon endroit et à celui de ma famille, au nom du personnel. Je vous adresse en retour à vous,  à vos familles, ainsi qu’à tous ceux qui vous sont chers, mes vœux de santé, de bonheur, de longévité et de réussite.
Que cette année 2012 soit, pour nous, une année de paix, de joie, de bonheur et prospérité.

Monsieur le Secrétaire général,

Mesdames, Messieurs,

J’ai noté avec satisfaction les avancées significatives enregistrées en 2011 dans plusieurs domaines dont l’extension de la couverture sanitaire, la  prévention et la lutte contre la maladie, prenant en compte la surveillance et la lutte contre les épidémies et endémies majeures, la santé de la reproduction, la nutrition, la lutte contre le VIH/SIDA, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, le renforcement en infrastructures et équipements, l’hygiène assainissement, la sécurité sanitaire des aliments, l’accessibilité financière aux soins notamment la prise en charge gratuite des cas de paludisme chez les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes, des malades du cancer, la poursuite de la prise en charge gratuite de la césarienne, de la tuberculose, de la lèpre, des maladies tropicales négligées, le renforcement de capacité des formations sanitaires pour les besoins de l’AMO ;
ainsi que la décentralisation et la déconcentration, la planification, la gestion, le suivi évaluation, la coopération et le partenariat.

Mesdames, Messieurs

Je félicite l’ensemble du personnel de santé pour les efforts déployés et les  résultats obtenus en 2011 et j’adresse toute ma gratitude aux partenaires techniques et financiers, aux communautés, aux partenaires sociaux, aux collectivités pour  l’appui et l’assistance qu’ils nous ont apportés.

Monsieur le Secrétaire Général

Je vous engage, en 2012, à prendre les mesures utiles pour consolider les résultats obtenus en accordant une attention particulière au développement de la qualité des soins et des services.

Je vous exhorte tout particulièrement à la mise en œuvre d’initiatives de chantiers d’interventions à grands impacts parmi lesquels l’élimination du cancer du col de l’utérus au Mali, qui je suis convaincue, est à notre portée, si on appliquait son dépistage systématique à tous les niveaux du système de la santé.

De même, je vous invite à plus de vigilance et de diligence en 2012 dans la gestion des priorités du PRODESS parmi lesquelles:
- la mise en œuvre de la politique de développement des ressources humaines, surtout le plan de carrière et la disponibilité de personnel qualifié dans les lieux défavorisés ;
- la mise en œuvre des plans stratégiques de prévention et de lutte contre la maladie  avec un accent particulier sur l’éradication de la poliomyélite et de la dracunculose,
- la mise à échelle des interventions à grand impact ainsi que des soins  essentiels dans la communauté ;
- le développement de la télésanté et de l’informatique médicale ;
- l’amélioration de la qualité des soins et de l’utilisation des services ;
- le renforcement  de capacités des formations sanitaires ;
- le respect du calendrier pour l’élaboration du prochain plan décennal de développement sanitaire et social ainsi que de  l’EDSM V ;
- le transfert concomitant des compétences et des ressources de l’Etat aux collectivités décentralisées ;
- l’amélioration de la  gestion financière et comptable,
- le renforcement du Partenariat Public-Privé ;
- le développement de la recherche ; et
- la mise en œuvre correcte de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO).

Mesdames, Messieurs

Je ne me fais aucun doute quant à l’engagement, la compétence et la capacité du personnel placé sous votre responsabilité pour surmonter les obstacles et donner une réponse efficace aux défis tantôt cités.

Mesdames, Messieurs

C’est aussi l’occasion pour moi de remercier et féliciter tous les cadres du Département de la santé admis à faire valoir leur droit à la retraite, à compter du 1er janvier 2012, après de bons et loyaux services rendus à la Nation.

Je voudrais leur donner l’assurance, aux noms de tous leurs collègues, qu’ils seront toujours chez eux, dans la grande famille de la santé.

Nous souhaitons que vous soyez, chers ainés, toujours à nos côtés, pour vos conseils et vos suggestions en vue de l’amélioration de la qualité de nos prestations dans le domaine de la santé au Mali.

Mesdames, Messieurs

Je voudrais, si vous le permettez, remercier l’OMS pour la distinction honorifique, qu’elle a bien voulue remettre à Monsieur Moussa Coulibaly membre de l’Association Nationale des Retraités de la Santé et de l’Action Sociale, pour sa contribution à la lutte contre la Trypanosomiase humaine africaine.

Nous lui adressons nos vives félicitations et demandons à chacun de nous et à la jeune génération de prendre le bon exemple sur lui et nos autres anciens qui ont mérité de la Nation.

Mesdames, Messieurs

Avant de terminer mon propos, je voudrais rendre un hommage mérité à Dr Hubert Balique, qui a passé une bonne partie de sa carrière au Mali, pour nous appuyer dans l’amélioration du système de santé dans notre pays.

Nous le remercions sincèrement pour tout l’appui qu’il nous a apporté et nous lui souhaitons un très bon retour après cette fin de mission. Nous espérons qu’il nous reviendra très prochainement pour continuer encore à nous appuyer.

Dr Balique, au nom de toute l’équipe du Ministère de la Santé,  je vous dis  « I Ni Tchié, I Yèrè yé ».

Mesdames, Messieurs
En vous renouvelant à tous mes vœux les meilleurs pour la nouvelle année, je demeure convaincue qu’ensemble, nous  relèverons le défi pour un Mali prospère et en parfaite santé.

Que Dieu le tout puissant guide nos pas, qu’il nous permette à tous à œuvrer dans le sens du bonheur du peuple malien.

Que Dieu bénisse le Mali !
Je vous remercie de votre aimable attention.

En savoir plus...

Discours du ministre de la santé lors de la CEREMONIE DE REMISE DE MODOPAR AUX PATIENTS ATTEINTS DE LA MALADIE DE PARKINSON

CEREMONIE DE REMISE DE MODOPAR AUX PATIENTS ATTEINTS DE LA MALADIE DE PARKINSON
Discours du ministre de la santé MADAME DIALLO MADELEINE BA

Ministre de la sante
- Monsieur le Professeur Moussa TRAORE,
- Monsieur le Directeur de la Pharmacie et du Médicament ;
- Madame la Présidente Directrice Générale de la Pharmacie       Populaire du Mali ;
- Madame, Messieurs les Directeurs des services Centraux du Ministère de la santé
- Mesdames, Messieurs les malades
- Mesdames et Messieurs de la Presse

Honorables invités
Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir pour moi aujourd’hui de procéder à la remise symbolique de quelques boites de Modopar aux patients atteints de la maladie de Parkinson.

En effet, suite à la deuxième édition du congrès de neuroscience tenu à Bamako du 25 au 28 septembre 2011, je vous ai informé de la disponibilité du Modopar au Mali, molécule de première ligne dans le traitement de la maladie de Parkinson.

Le Mali est ainsi l’un des premiers pays de la sous région à rendre disponible cette molécule, qui apportera un grand soulagement à nos compatriotes souffrant de cette maladie chronique et invalidante.

Il s’agit là d’une avancée significative dans la prise en charge de cette terrible maladie.
Mesdames et Messieurs,

Certes la forme DCI (Levedopa + benserazide) n’est pas encore disponible, car sa disponibilité nécessite un certain nombre de préalables.

Cependant, j’exhorte la Pharmacie Populaire du Mali (PPM) à poursuivre les efforts nécessaires pour l’acquisition de cette forme pour une meilleure prise en charge de nos compatriotes à moindre coût.

La mise sur le marché du Modopar en DCI contribuera sans nul doute à diminuer les coûts d’au moins 50%,  ce qui ouvrira de nouvelles perspectives pour amoindrir les dures épreuves , les  frustrations  et  le handicap pour  le malade , autant de soucis  pour  ses proches et autant de pesanteur pour  la  société.

Aux bénéficiaires de ces médicaments, je leur demande de se conformer strictement aux prescriptions de leur médecin et leur souhaite un prompt rétablissement.

Je vous remercie de votre aimable attention.

En savoir plus...

Discours de lancement de : MADAME DIALLO MADELEINE BA, Ministre de la Santé lors du LANCEMENT DE : La première Semaine Africaine de la Vaccination au Mali,

Discours de lancement de : MADAME DIALLO MADELEINE BA, Ministre de la Santé lors du LANCEMENT DE :
La première Semaine Africaine de la Vaccination au Mali,
La campagne de distribution gratuite  des moustiquaires imprégnées d’insecticides longue durée, et
La Semaine Mondiale & Nationale de lutte contre le
Paludisme au Mali

Monsieur le Gouverneur de la région de Sikasso,

Madame la Directrice de l’USAID, représentant Son Excellence Madame l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Mali,

Mesdames, Messieurs les membres de la délégation nationale et régionale,

Monsieur le Représentant de l’UNICEF, Chef de file des Partenaires Techniques et Financiers,

Madame le Représentant de l’Organisation mondiale de la santé,

Mesdames, Messieurs les Partenaires techniques et financiers,

Monsieur le Préfet de Yanfolila,

Monsieur le sous-préfet de Sélingué,

Monsieur le Maire de la commune de Baya,

Monsieur le Chef de village de Sélingué,

Messieurs les représentants des notabilités religieuses et autorités traditionnelles,

Mesdames, Messieurs les représentants des ONG et de la société civile,

Mesdames, Messieurs les artistes et communicateurs traditionnels,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

C’est avec un réel plaisir que je prends la parole ce jour 26 Avril 2011 à Sélingué, dans la commune de Baya, à l’occasion des cérémonies de lancement de la Semaine Africaine de la Vaccination et de la Journée Mondiale de Lutte contre le Paludisme.

Mesdames, Messieurs,

La situation sanitaire au Mali se caractérise par la persistance des maladies infectieuses et parasitaires, avec un niveau relativement plus élevé de morbidité et de mortalité chez les femmes et les enfants.

Or, la plupart des maladies meurtrières et/ou handicapantes qui touchent les enfants, sont évitables par la vaccination.

C’est pourquoi le Mali a lancé en 1986 son programme élargi de vaccination ou PEV, pour réduire la morbidité et la mortalité dues à six maladies cibles que sont : la tuberculose, la diphtérie, la  coqueluche, le tétanos, la poliomyélite et la  rougeole.

De 1986 à nos jours, d’autres vaccins ont été introduits pour compléter le nombre de maladies cibles à dix. Il s’agit de  la fièvre jaune, de l’hépatite B, des infections dues à l’hémophilus influenza B, et des infections dues au pneumocoque.

Au cours des prochaines années, deux autres nouveaux vaccins pourraient entrer dans le PEV de routine. Il s’agit du vaccin anti méningococcique A et du Rota virus.

Madame la Directrice de l’USAID,

Mesdames, Messieurs,

Les résultats de l’enquête de couverture vaccinale  de 2010 montrent qu’au Mali, la proportion d’enfants complètement vaccinés pour toutes les doses d’antigènes, est de 62%. Cette couverture varie de 47% pour Kidal à 85% pour Bamako.

La proportion des enfants n’ayant jamais reçus une dose d’antigènes est passée de 5% en 2006 à 6% en 2010. Sur ce taux, Kidal et Tombouctou ont la proportion la plus élevée.

De même, les  taux d’abandon de 13 ,6% et 12,6% respectivement entre BCG-VAR (tuberculose et rougeole)  et  DTCP1- DTCP3 (diphtérie, tétanos, coqueluche et polio), restent  toujours élevés.

Toujours selon cette enquête, les raisons de non vaccination évoquées par  les parents d’enfants de 12 à 23 mois, non ou incomplètement vaccinés, sont  surtout liés au manque d’information et de motivation, à l’ignorance de la nécessité de la vaccination, à la peur des effets secondaires et aux coutumes.

Au regard des résultats enregistrés pendant 25 ans de mise en œuvre du PEV, des défis restent à relever concernant la couverture vaccinale  qui est en deçà de l’objectif fixé, à savoir 80 % dans certains districts.
Aussi, voudrais-je lancer un cri de cœur, en tant que maman, afin que les parents amènent leurs enfants aux lieux de vaccination et recevoir ainsi les différents antigènes dont ils ont besoin pour leur croissance.

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

En septembre 2010, la 60ème session du Comité régional de l’Organisation Mondiale de la Santé pour l’Afrique a adopté une résolution appelant tous les Etats membres à institutionnaliser la Semaine Africaine de la Vaccination.

Cela, afin de renforcer le plaidoyer, élargir la participation communautaire et améliorer la prestation des services de vaccination.

Pour ce faire, il est important de mobiliser tous les différents acteurs à la base pour soutenir le Programme Elargi de Vaccination, et promouvoir les changements de comportements aux niveaux des familles, des communautés et du système de santé.

Cette semaine  permet à coup sûr le rattrapage pour les districts à faible couverture, puisqu’il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Il est  encore  possible de  rehausser les mérites du PEV, surtout que l’indépendance vaccinale voudrait une responsabilisation beaucoup plus accrue des communautés dans la prise en charge des activités de vaccination.

Monsieur le Représentant de l’UNICEF, Chef de file des Partenaires Techniques et Financiers,

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais également rappeler que la date du 25 avril, consacre la célébration de la Journée Mondiale de Lutte contre le Paludisme.

Cette année, nous célébrons la 4ème Edition placée sous le thème « Progrès réalisés et impact », et comme slogan "Ensemble, nous pouvons faire plus”.

La particularité de cette année 2011, est qu’elle coïncide avec le lancement par notre pays de la Campagne de distribution gratuite des moustiquaires imprégnées d’insecticides longue durée, sur toute l’étendue du territoire national.

Instituée par l'Assemblée mondiale de la Santé en 2007, la journée Mondiale de Lutte contre le Paludisme a pour objectif de renforcer le plaidoyer et la mobilisation sociale autour des stratégies de lutte contre le paludisme, en vue de minimiser  son impact au sein de la communauté.

La célébration de la journée mondiale 2011 de lutte contre le paludisme coïncide avec une période où des progrès significatifs sont en cours d'évaluation, en vue d'atteindre près de zéro décès d'ici à 2015.

Déjà, en 2010, le partenariat « Faire reculer le paludisme » ou Roll Back Malaria, a axé son action sur l’analyse des résultats de ces efforts collectifs.

Ainsi, au cours des douze derniers mois, cinq rapports ont été publiés. Ils documentent les progrès réalisés dans la lutte mondiale contre le paludisme et l'impact qui a été obtenu, en termes de couverture et de vies sauvées.

Cette série de rapports intitulée «RBM Progrès et impact», se poursuivra jusqu'à la fin de 2011 lorsque de nouvelles données seront disponibles.

Madame le Représentant de l’Organisation mondiale de la santé,

Mesdames, Messieurs,

Malgré les immenses efforts déployés par le Gouvernement de la République du Mali et ses Partenaires ces dernières années dans le cadre de l’amélioration de la santé des populations, le paludisme représente encore 38,4 % des motifs de consultation dans les formations sanitaires publiques, selon les données du Système Local d’Information Sanitaire de 2009.

Il est et demeure une maladie qui cause beaucoup de décès, notamment chez les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans.

En dehors de ses conséquences sanitaires, le paludisme est reconnu comme une maladie de la pauvreté par les Nations Unies, et de ce fait sa réduction fait partie des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Monsieur le Gouverneur de la région de Sikasso,
Mesdames, Messieurs,

C’est au regard de ces constats, et soucieux des conséquences du paludisme sur la santé publique en général et sur l’économie des ménages en particulier, que le Gouvernement s’emploie continuellement à diminuer son fardeau sur les populations.

Ainsi, le Mali a adhéré aux différents engagements internationaux et participé au Sommet Africain des Chefs d’Etat et de Gouvernement tenu à Abuja au Nigeria sur la lutte contre le paludisme. Cet engagement s’est traduit par l’élaboration des plans nationaux de lutte contre le paludisme sur les périodes 2001-2005 et 2007-2011.

Aussi, de nombreuses actions préventives ont été menées pour lutter efficacement contre l’endémie palustre.

Il s’agit, entre autres, de la prévention chez les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans à travers la promotion et l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticide, la chimio prophylaxie chez les femmes enceintes, la destruction des gîtes larvaires et la communication pour le changement de comportement.

A ces efforts s’ajoutent les gratuités des Combinaisons Thérapeutiques pour le traitement du paludisme chez les enfants de moins de 5 ans, et pour le traitement préventif intermittent du paludisme chez la femme enceinte.

Mesdames, Messieurs,
A ces gratuités décidées par le Président de la République, Son Excellence Amadou Toumani Touré, viennent s’ajouter les efforts de nos Partenaires.

Je voudrais notamment parler des apports inestimables de l’Initiative du Président Américain, et du Fonds Mondial de lutte contre le Paludisme, la Tuberculose et le Sida.

Un nouvel espoir est donc né pour la population malienne vers l’élimination du paludisme, et nous devons imaginer à présent des stratégies innovantes de mise à échelle pour une couverture de 100% des populations.

C’est ce qui explique le fait que notre pays s’est doté d’une feuille de route en 2010, année du cinquantenaire de notre indépendance en vue d’accélérer la lutte contre cette maladie.

Parmi les stratégies novatrices nous ambitionnons d’offrir cette année, une moustiquaire pour 2 personnes par ménage.

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

Pour terminer, je voudrais adresser les sincères remerciements du Président de la République, Son Excellence Amadou Toumani Touré, et la gratitude profonde du Gouvernement de la République du Mali au Gouvernement et au Peuple américains, ainsi qu’à l’ensemble des Partenaires techniques et financiers qui ne cessent d’accompagner notre pays pour l’atteinte de ses objectifs en matière de santé.

J’exhorte le personnel socio sanitaire et l’ensemble des bénéficiaires à redoubler d’efforts, pour la réussite totale des opérations de terrain.

Sur ces mots, je déclare lancée au Mali, la première Semaine Africaine de Vaccination, la campagne de distribution gratuite  des moustiquaires imprégnées d’insecticides longue durée et la Semaine Mondiale & Nationale de lutte contre le paludisme.

Je vous remercie de votre aimable attention.

En savoir plus...

Discours de Dr Badara Aliou MACALOU, Ministre de la Santé lors forum des partenaires de lutte contre la tuberculose au mali

Monsieur le Secrétaire exécutif du Haut Conseil National de lutte contre le Sida,

Madame le Représentant de l’Organisation mondiale de la santé,

Messieurs les consultants de l’OMS,

Monsieur le  Président du CCM,

Mesdames, Messieurs les Chefs de Services Nationaux et Organismes rattachés du Ministère de la Santé,

Madame la Directrice Régionale de la Santé du District de Bamako,

Messieurs les Conseillers Santé des Organisations et ONG Nationales et  Internationales,

Monsieur le  Représentant local du Fonds Mondial,

Monsieur le Représentant de l’Agence de Gestion Fiduciaire,

Monsieur le Président du Comité Anti tuberculeux de lutte contre les Maladies respiratoires du Mali,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais tout d’abord souhaiter la bienvenue, à tous les participants au Forum des partenaires de lutte contre la tuberculose au Mali.

Je voudrais, à l’entame de mes propos, remercier Madame le Représentant de l’Organisation mondiale de la santé au Mali pour tous les efforts consentis non seulement pour la réussite de la revue externe du programme tuberculeux,  mais aussi pour l’organisation de cette journée.

Ceci illustre à bien des égards son engagement pour les activités de santé en général, et en particulier pour la lutte contre la tuberculose dans notre pays.

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

La journée du 24 mars, traditionnellement choisie pour le lancement des activités de mobilisation sociale, commémore la découverte du Mycobacterium Tuberculosis par Robert Kock et marque l’engagement de la communauté internationale à lutter contre la tuberculose.  

Je voudrais rappeler que dans le monde, la tuberculose est responsable de 26% des décès évitables chez les 15-59 ans, avec plus de deux millions de décès par an. Environ 98% de ces décès, surviennent dans les pays en développement.
Du reste, le Mali aussi est un pays à forte endémie tuberculeuse. L’incidence de la tuberculose a été estimée en 2008, à 180 nouveaux cas de tuberculose pulmonaire à microscopie positive pour 100.000 habitants.

En 2009, dans notre pays, 26.460 cas de tuberculose pulmonaire à microscopie positive étaient attendus.

Sur ces cas estimés, il y avait 6.840  cas de tuberculose toutes formes confondues, 5.163 cas de tuberculose pulmonaire à microscopie positive qui sont les formes contagieuses, contre respectivement 4.334 cas tuberculose toutes formes confondues et 2.750 cas de tuberculose pulmonaire à microscopie positive en 2010.

Mesdames et Messieurs,

Malgré les énormes efforts déployés par notre pays depuis déjà plus d’une décennie, la tuberculose reste encore un problème de santé majeure dans notre pays. Les cibles fixées, à savoir un taux de détection des tuberculoses à microscopie positif à 70% et un taux de succès de traitement à 85%, ne sont pas encore atteintes.

La détection est encore en deçà de 50%, même si le taux de succès de traitement avoisine les 80%.

Cette situation traduit les efforts qui restent encore à faire, pour l’atteinte des Objectifs du millénaire à l’horizon 2015.

Le taux de dépistage des cas de tuberculose pulmonaire à microscopie positive  est passé de 29% en 2009 à 13% en 2010. Le taux de succès au traitement a passé de 76% en 2006 à  81%  en 2009. Le taux de perdus de vue est passé de 32% en 2002 à 4% en 2009. Le taux de décès reste élevé, atteignant les 10%.

Le taux de tuberculose Multi résistante parmi les nouveaux cas de tuberculose résistante, est estimé à 0.9 %, et une prise en charge des cas a débuté en 2006 sur le financement du budget d’Etat.

Le Gouvernement du Mali, à travers le budget d’Etat, supporte 100% des antituberculeux adultes de première ligne et de seconde ligne, et le Fonds mondial 100% des formes pédiatriques.  

Mais, la faible couverture des populations par les Centres de diagnostic et de traitement réduit l’accessibilité des malades aux services de diagnostic de la tuberculose, et cela malgré le dispositif de transport des échantillons de crachats des Centres de santé de proximité vers les laboratoires mis en place par le Programme National de Lutte contre la Tuberculose.

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Le Programme National de Lutte contre la Tuberculose a démarré la stratégie DOTS (traitement par observation directe) en 1995, et est passé à la stratégie « Halte à la tuberculose »  en 2007 avec un plan stratégique 2007-2011 intégrant en plus du renforcement/extension de la DOTS,  la prise en charge des Tuberculoses Multi résistantes, la collaboration Tuberculose/VIH, l'engagement communautaire, l’engagement du secteur confessionnel et privé et de la société civile.

Je voudrais rappeler que notre pays a bénéficié des  ressources de la série 7 du Fonds Mondial, à travers les subventions des Round 4 et 7, qui sont en phase d’exécution depuis 2007.

Grâce à cet apport du Fond Mondial et des autres partenaires au développement du Mali, la lutte contre la    tuberculose a connu un regain d’intérêt avec la mise en place des stratégies novatrices et efficaces telles que la recherche fondamentale menée par le laboratoire SEREFO à la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie de Bamako, la culture du BK sur les milieux solide et liquide, l'identification moléculaire et les tests de sensibilité aux médicaments de 2° ligne  depuis 2005.

C’est pour permettre au Programme Tuberculose de reconquérir sa position de programme pilote dans la sous région  africaine, que nous avons initié le présent  Forum des partenaires de lutte contre la tuberculose au Mali., avec l’appui technique et financier de l’Organisation mondiale de la santé.

L’objectif général du forum, est de contribuer à relancer les activités de lutte contre la tuberculose au Mali.

Mesdames et Messieurs,

Il faut signaler le rôle combien important joué par les Partenaires comme  le Fonds Mondial de Lutte contre la Tuberculose, le Sida et le Paludisme, la Coopération Canadienne, la KNCV et l’OMS

C’est le lieu pour moi de leur adresser la profonde gratitude de Son Excellence Monsieur Amadou Toumani Touré et de tout le peuple malien, pour tous les efforts consentis dans le cadre de la lutte contre la tuberculose.

Pour terminer, je lance un appel pressant à tous les nouveaux Partenaires dans le domaine de la lutte contre la tuberculose à soutenir les efforts du Ministère de la Santé afin que  nous puissions relever le défi ; à savoir reconquérir la position de Programme pilote dans la sous région africaine.

Convaincu que notre appel sera entendu, je déclare ouvert les travaux du Forum des Partenaires de lutte contre la tuberculose.

Je vous remercie de votre aimable attention.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS